Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

19 septembre 2014 5 19 /09 /septembre /2014 09:10

Le pétrole dévisse, l’économie algérienne en danger

Algérie – Du besoin de diversification

Depuis le début de l’été, la chute est lente mais continue. Le cours du baril de pétrole chute inexorablement depuis le mois de juin dernier. Il se négocie ce mardi sous la barre des 98 dollars alors qu’il valait 115 dollars le 20 juin dernier. Depuis le 1er janvier, la baisse atteint 11,5%. En glissement annuel, la baisse est de 13%. Il a même frôlé lundi, avec son plus bas depuis 2012, sous les 96 dollars. Une très mauvaise nouvelle pour l’Algérie quand on sait que 98% de ses rentrées en devises proviennent du pétrole.
La baisse très marquée du prix du baril s’explique par différentes raisons. D’abord, le ralentissement de la demande mondiale. L’un des plus gros acheteurs de pétrole brut dans le monde, la Chine, a vu sa production industrielle marquer le pas cet été. Elle est passée à 6,9% en glissement annuel, au plus bas depuis 6 ans. D’où une demande moins grande. Par ailleurs, le ralentissement de la croissance en Europe et la baisse de la demande des géants sud-américains (Brésil en tête) ont accéléré le phénomène.
Le schiste américain
Par ailleurs, le phénomène du pétrole de schiste se fait également ressentir. L’Administration américaine d’information sur l’énergie (EIA) a annoncé une production de 8,6 millions de barils par jour au mois d’août, un chiffre historique. « Celle-ci prévoit d’atteindre 9,5 millions de baril en 2015. Un record depuis le « peak oil » de 1970, année à partir de laquelle la production avait commencé à reculer », rapporte ce mardi, le journal français Le Monde qui précise que « le taux de dépendance américain au pétrole importé est tombé de 60 % en 2005 à 30 % aujourd’hui ». D’où la baisse par ricochet de la production de pétrole brut et la baisse de son prix sur le marché.
L’inquiétude de Yousfi
L’économie nationale devrait être rapidement pénalisée par ces mauvais chiffres. La situation est pourtant déjà critique. Le 6 août dernier, la banque d’Algérie tirait déjà la sonnette d’alarme. Dans son rapport annuel, elle notait que la baisse du prix du pétrole au premier trimestre 2014 avait tiré vers le bas les recettes d’exportations de l’ordre de 2,6%.
Hier, Youcef Yousfi n’a pas caché la préoccupation du gouvernement. « C’est là une grande préoccupation ! Et ce qui nous préoccupe davantage réside en cette tendance particulièrement rapide de ce cours du baril », a affirmé le ministre de l’Énergie, en marge de la visite de travail et d’inspection qu’il a effectuée à Mostaganem, selon des propos rapportés par le journal Liberté ce mardi.
Source: TSA Algérie

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires

Le Pèlerin 21/09/2014 16:21

Bonjour Hamza
Je ne remets pas en cause le potentiel
Je remets en cause
La tentation du fric
Il est plus rentable d’importer que de produire pour le marché intérieur et extérieur
La volonté de produire
Que de terres en friches… ?
…..La corruption a été la source de bien des abus et bien des manquements au « raisonnable »
Gouverner c’est prévoir
Je ne serai pas là peut – etre pour le voir mais il me semble que la prospective ne soit pas le point fort des gouvernements qui se sont succédés
Cordialement,
Le Pèlerin

hamza 21/09/2014 11:27

Pas d'inquiétude - même si la baisse du pris du pétrole se fait sentir. En cas de besoin nous nous mettrons à la production du blé et autres car l e pays est vaste et la maind'oeuvre ne manque pas. Donc je ne crois pas que l'Algérie soit en danger. Nous nous trouverons toujours le moyens de nous en sortir.