Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

16 octobre 2014 4 16 /10 /octobre /2014 11:11

Algérie - Des centaines de policiers algériens manifestent devant la présidence

Des policiers manifestants dans Alger, le 15 octobre.

Fait inédit en Algérie, plusieurs centaines de policiers manifestent devant la présidence à El Mouradia

Fait inédit en Algérie, plusieurs centaines de policiers manifestent devant la présidence à El Mouradia. Des rassemblements sont aussi organisés à Oran et Constantine. Ils réclament la démission de leur chef et de meilleures conditions de travail.

"Quelle honte, quelle honte, un gouvernement sans décideurs !" Un millier de policiers algériens ont manifesté, mercredi 15 octobre, devant le siège de la présidence, à El Mouradia, pour réclamer de meilleures conditions de travail ainsi que la démission du chef de la sûreté nationale, Abdelghani Hamel, et des négociations avec le président Abelaziz Bouteflika. À Khenchela, Constantine et Oran, des policiers sont également sortis dans la rue.

Après avoir rencontré des représentants du mouvement à Alger, le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a reconnu que les policiers travaillaient dans des conditions difficiles et annoncé la tenue, dimanche prochain, d’une réunion interministérielle sur la question. Une annonce qui ne semble pas avoir convaincu la majorité des protestataires. Plusieurs d’entre eux se sont dits déterminés à poursuivre le sit-in devant la présidence.

"Nous devons aller jusqu’au bout"

Un peu plus tôt dans la journée, selon les médias algériens, les policiers en colère avaient tenté, en vain, de pénétrer à l’intérieur du palais présidentiel en scandant "Hamel dégage". D’après le site Internet du quotidien "El Watan", "des groupes de policiers venant de Blida, Tizi Ouzou, Mascara et Jijel" ont rejoint les manifestants. Depuis le début de l’après-midi, deux hélicoptères survolaient la capitale, l’un au-dessus d’El Mouradia, l’autre au-dessus du centre-ville.

"Nous devons aller jusqu'au bout. Si on arrête sans arracher nos revendications, nous serons toujours en position de faiblesse", ont déclaré certains policiers à "El Watan". Concrètement, les policiers réclament, outre la démission de leur chef, la création d'un syndicat, une hausse de 100 % du salaire mensuel de base pour le porter à 70 000 dinars algériens (653 euros), le droit au logement, la réduction de la durée de service au sein de la police de 32 ans à 20 ans, l’instauration d’une prime mensuelle pour les femmes au foyer de policiers.

Une première en Algérie

Les manifestations ont débuté mardi à Alger, où plusieurs centaines de policiers ont défilé sous la pluie et sans matraque pour exprimer leur solidarité envers leurs collègues de Ghardaïa, une ville du sud du pays près de laquelle plusieurs d'entre eux ont été blessés le 13 octobre lors d'affrontements entre Arabes et Berbères.

Depuis mars, près de 10 000 policiers et gendarmes sont déployés dans les principales artères de Ghardaïa, cité de 400 000 habitants en proie à des heurts inter-communautaires meurtriers qu’ils ne parviennent pas à contenir. Lundi, plusieurs centaines de policiers déployés dans la région ont participé à une marche dans la ville pour réclamer de meilleures conditions de travail.

Encadré par un discret dispositif de sécurité, ce mouvement policier constitue une première dans un pays dont la loi interdit aux hommes en uniforme de manifester ou de faire grève. Au sein de la population, le coup de sang des forces de sécurité est suivi avec attention. "C’est malheureux de voir ça et c’est en même temps très inquiétant. Si la police manifeste alors le danger est imminent", déclare une passante interrogée par TSA.

Certains observateurs espèrent quant à eux que la grogne policière débouche sur une refonte d’un corps quelque peu décrié. "Si dans la foulée de ce mouvement en apparence social, le corps de la police tant décrié pour ses méthodes répressives […] se démocratise et se réforme pour être véritablement au service du citoyen et non du système, les policiers auront alors écrit, en ce mois béni, une nouvelle page dans la construction démocratique", écrit l’éditorialiste Omar Berchiche dans "El Watan".

Source France 24

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Algérie
commenter cet article

commentaires