Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

7 novembre 2014 5 07 /11 /novembre /2014 18:12

La croissance de l'Hexagone reste cependant atone.

Economie - Le déficit commercial recule en France grâce à Airbus

La Banque de France a annoncé vendredi 7 novembre prévoir une croissance économique poussive de 0,1% au quatrième trimestre, après 0,2% au troisième trimestre, expliquant cette absence de rebond par le repli continu de l'activité dans le bâtiment.

L'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) prévoit pour sa part une augmentation de 0,1% du produit intérieur brut de la France pour ces deux trimestres.

La Banque de France se base pour cette première estimation sur son enquête mensuelle auprès des entreprises, qui comptent sur une progression modérée de l'activité en novembre dans l'industrie et les services et sur un léger recul dans le bâtiment.

En octobre, la production industrielle a enregistré une légère progression, tout comme l'activité dans les services marchands.

En revanche, l'activité dans le bâtiment a été de nouveau en repli, pour le septième mois consécutif.

L'enquête mensuelle de conjoncture de la Banque de France couvre l'activité de sociétés de l'industrie, des services, du négoce de gros, du bâtiment et des travaux publics. La collecte est effectuée auprès d'un échantillon composé d'environ 9.000 entreprises ou établissements.

Le gouvernement vise une croissance de 0,4% sur l'ensemble de l'année 2014, puis de 1% en 2015.

Cette prévision est plus optimiste que celle de la Commission européenne, qui a annoncé mardi tabler pour l'économie française sur seulement 0,3% de progression cette année, puis 0,7% l'an prochain.

Sursaut à l'export

Par ailleurs, un sursaut à l'export, résultant de plus amples ventes d'avions Airbus, a permis à la France de légèrement réduire son déficit commercial en septembre, à 4,7 milliards d'euros, en données corrigées des variations saisonnières et des jours ouvrables.

Le trou était de 5,0 milliards en août, a indiqué vendredi l'administration des douanes, en revoyant à la baisse le montant du déficit initialement annoncé pour ce mois.

Les exportations françaises, à la peine depuis plusieurs mois, ont frémi (+1,7% par rapport à août), pour atteindre 36,8 milliards d'euros. Leur accélération est ainsi un peu plus franche que celle des importations, qui ont cru de 0,7%, à 41,5 milliards d'euros.

Ce résultat a notamment été permis par l'augmentation des livraisons d'Airbus: la France a livré en septembre 28 appareils d'une valeur cumulée de 1,9 milliard, contre 13 appareils, pour 1,2 milliard le mois précédent.

Déficit public en légère baisse

Le déficit cumulé de l'Etat français à fin septembre a quant à lui diminué très légèrement sur un an, s'établissant à 80,5 milliards d'euros, avec un recul parallèle des recettes et des dépenses, a annoncé le ministère des Finances.

Le déficit s'est établi à 80,5 milliards d'euros contre 80,8 milliards fin septembre 2013, selon un communiqué.

Les dépenses ont diminué de 4,8 milliards d'euros à 278 milliards au 30 septembre et les recettes ont reculé de 5,2 milliards à 220,7 milliards d'euros.

La légère contraction du déficit global a été permise par la diminution du trou des comptes spéciaux, qui recouvre notamment les avances aux collectivités territoriales et les régimes de pension spéciaux. Son solde négatif est revenu à 23,3 milliards contre 23,9 milliards d'euros fin septembre 2013.

Source Challenge.fr / AFP

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires