Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

19 novembre 2014 3 19 /11 /novembre /2014 15:26

Ainsi va la vie… !

Le changement

Le changement

Je vous présente quelques scénarii de la vie quotidienne…

Il y a 45 ans

Et

Aujourd’hui

….Jugez-en….

Avons-nous fait des progrès… ?

Je vous en laisse juges

Vacances.

1969 :

Après avoir passé 15 jours de vacances en famille, en Bretagne, dans la caravane tractée par une 403 Peugeot, les vacances se terminent.

Le lendemain, tu repars au boulot, frais et dispos.

2014 :

Après 2 semaines à la Réunion et à l'Ile Maurice, obtenues à peu de frais grâce aux « bons vacances » du Comité d'Entreprise, tu rentres fatigué et excédé par 4 heures d'attente à l'aéroport, suivies de 12 heures de vol.

Au boulot, il te faut 1 semaine pour te remettre du décalage horaire !

Du lait, du beurre et des œufs

1969 :

Tu vas chercher du lait chez le crémier, qui te dit bonjour, avec ton bidon en alu, et tu prends du beurre, fait avec du lait de vache, coupé à la motte. Puis tu demandes une douzaine œufs qu'il sort d'un grand compotier en verre.

Tu paies avec le sourire de la crémière, et tu sors sous un grand soleil.

Le tout a demandé 10 minutes.

2014 :

Tu prends un caddie de merde dont une roue est coincée et qui le fait aller dans tous les sens sauf celui que tu veux.

Tu passes par la porte qui devrait tourner mais qui est arrêtée par ce qu'un benêt l'a poussée, puis tu cherches le rayon crémerie, où tu te les gèles, pour choisir parmi 12 marques le beurre qui devrait être fait à base de lait de la communauté. Enfin tu cherches la date limite...

Pour le lait :

Tu dois choisir avec des vitamines, bio, allégé, très allégé, nourrissons, enfants, malades ou mieux en promo avec la date dessus et la composition .....

Pour les 12 œufs :

Tu cherches la date de la ponte, le nom de la société et surtout tu vérifies qu'ils ne soient pas fêlés ou cassés et paf !!! Tu te mets plein de jaune sur le pantalon !!!

Tu fais la queue à la caisse. La grosse dame devant toi a pris un article en promo qui n'a pas de code barre ... Alors tu attends, et tu attends ....,

Puis toujours avec ce foutu caddie de merde, tu sors pour chercher ton véhicule sous la pluie. Tu ne le retrouves pas car tu as oublié le N° de l'allée ........

Enfin après avoir chargé la voiture, il faut reporter l'engin pourri et là, tu vas t'apercevoir qu'il est impossible de récupérer ta pièce de 1 euro ....

Tu reviens à ta voiture sous la pluie qui a redoublé.

Cela fait plus d'une heure que tu es parti.

Faire un voyage en avion

1969 :

Tu voyages dans un avion d'Air France. On te donne à manger et t'invite à boire ce que tu veux, le tout servi par de belles hôtesses de l'air, et ton siège est tellement large qu'on peut s'asseoir à deux.

 2014 :

Tu entres dans l'avion en continuant d'attacher ton ceinturon qu'on t'a fait retirer à la douane, pour passer le contrôle.

Tu t'assoies sur ton siège et, si tu éternues un peu trop fort, tu mets un coup de coude à ton voisin.

Si tu as soif, le steward t'apporte la carte et les prix sont ahurissants.

Michel doit aller dans la forêt après la classe. 

Il montre son couteau à Jean avec lequel il pense se fabriquer un lance-pierre.

1969 :

Le directeur voit son couteau et lui demande où il l'a acheté pour aller s'en acheter un pareil.

2014 :

L'école ferme. On appelle la gendarmerie. On emmène Michel en préventive.

TF1 présente le cas aux informations en direct depuis la porte de l'école.

Discipline scolaire.

1969 :

Tu fais une bêtise en classe. Le prof t'en colle deux. En arrivant chez toi, ton père t'en recolle deux autres.

2014 :

Tu fais une bêtise. Le prof te demande pardon.

Ton père t'achète une console de jeux et va casser la gueule au prof.!!!

Dominique et Marc se disputent. Ils se flanquent quelques coups de poing après la classe.

1969 :

Les autres les encouragent, Marc gagne.

Ils se serrent la main et ils sont copains pour la vie.

2014 :

L'école ferme. FR3 proclame la violence scolaire, relayée par BFMTV et ITélé en boucle et TF1 au journal de 20 heures.

Le lendemain, Le Parisien et France Soir en font leur première page et écrivent 5 colonnes sur l'affaire.

Jean tombe pendant une course à pied. Il se blesse au genou et pleure. Sa prof Jocelyne le rejoint, le prend dans ses bras pour le réconforter.

1969 :

En deux minutes Jean va beaucoup mieux et continue la course.

2014 :

Jocelyne est accusée de perversion sur mineur et se retrouve au chômage, elle écopera de 3 ans de prison avec sursis.

Jean va de thérapie en thérapie pendant 5 ans. Ses parents demandent des dommages et intérêts à l'école pour négligence, et à la prof pour traumatisme émotionnel. Ils gagnent les deux procès.

La prof, au chômage et endettée, se suicide en se jetant d'en haut d'un immeuble. Plus tard, Jean succombera à une overdose au fond d'un squat!!!

Le Pèlerin 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Société
commenter cet article

commentaires

NOSTALGIE 22/11/2014 12:39

Sourire de la bas !

> Petit poème " Amusant " et nostalgique !
>
>

> C'était une petite place près du Ruisseau,
> > > >
> Un beau quartier à l'Est d'Alger.
> > > >
> A la terrasse du café on se retrouvait tous,
> > > >
> Pour manger une tchouktchouka ou un couscous.
> > > >
> Mais pour trouver une place il fallait faire fissa,
> > > >
> Et avoir, comme on dit, la baraka.
> > > >
> Sitôt assis, c'était anisette et kémia,
> > > >
> Olives, anchois, fèves au cumin, ma parole soua-soua.
> > > >
> Il aurait fallu être babao ou badjoc pour pas venir,
> > > >
> Bizoutche ou maboul pour s'abstenir.
> > > >
> Entre copains l'ambiance était bonne, sans tcheklala.
> > > >
> On rigolait de ceux qui attendaient, ils avaient la rabia.
> > > >
> On leur disait : vous avez la schkoumoune aujourd'hui,
> > > >
> Le mieux c'est d'aller chez Mansour, manger le méchoui.
> > > >
> Y'en a un il m'a dit : va t'faire une soupe de fèves,
> > > >
> Je laisse pas ma place, même pas en rêve.
> > > >
> Il devait aimer manger, vu sa pantcha,
> > > >
> Et j'avais bien l'impression, qu'il ne ferait pas scapa.
> > > >
> Arrivés au dessert, y'en a qui étaient de bouffa.
> > > >
> Ca parlait fort, ça chantait a capella,
> > > >
> On se traitait de boudjadi, de tchoutche, de gavatcho,
> > > >
> Il y avait une purée d'ambiance, poh!poh!poh!
> > > >
> On entendait : tu racontes que des tchaleffes, t'es un zoubia.
> > > >
> Et l'autre répondait : tu veux une calbote ou une botcha.
> > > >
> Mais entre nous, pas de coup de zouzguef,
> > > >
> Des ennemis, y'en avait pas bezef.
> > > >
> Il y avait un chouïa d'embrouilles parfois,
> > > >
> Mais jamais de coups sournois.
> > > >
> Bon allez, vinga, il faut qu'on y aille,
> > > >
> La purée, il faut qu'on retourne au travail.
> > > >
>
> > > >
> Gérard
> > > >
>
> > > >
> Ps : explication de texte (par lettre alphabétique)
> > > >
>
> > > >
> Babao : un peu idiot
> > > >
> Badjoc : un peu fou
> > > >
> Baraka : chance
> > > >
> Bezef : beaucoup
> > > >
> Bizoutche : qui louche
> > > >
> Botcha : coup
> > > >
> Boudjadi : qui vient de la montagne et ne connait pas grand chose
> > > >
> Bouffa : être saoul
> > > >
> Calbote : petite gifle
> > > >
> Chouïa : pas beaucoup
> > > >
> Fissa : vite
> > > >
> Gavatcho : quelqu'un de mélangé
> > > >
> Kemia : petits plats pour l'apéro
> > > >
> Maboul : fou en arabe
> > > >
> Méchoui : mouton cuit à la broche
> > > >
> Pantcha : ventre
> > > >
> Pataouète : langue pieds-noirs (mélange d'espagnol, d'italien, de français et d'arabe
> > > >
> Poh!Poh!Poh! : expression d'admiration
> > > >
> Purée : expression de désolation
> > > >
> Rabia : colère
> > > >
> Schkoumoune : pas de chance
> > > >
> Soua-soua : parfait, excellent
> > > >
> Soupe de fèves : occupe toi de tes affaires
> > > >
> Tchaleffes : mensonges
> > > >
> Tcheklala : manières, fanfaronnade
> > > >
> Tchouktchouka : mélange d'oeufs, de poivrons, de tomates et d'aromates
> > > >
> Tchoutche : être bête
> > > >
> vinga : on y va
> > > >
> Zoubia : moins que rien
> > > >
>
> > > >
> Une petite tranche de vie d'un passé lointain
> > > >

CLEM 19/11/2014 23:14

L'homme descend du songe (Georges Moustaki)



Elle était belle comme la femme d'un autre (Paul Morand)



L'enfant est un fruit qu'on fit (Leo Campion)



Parfois je regarde la télé toute la journée. C'est chiant. Mais quand je l'allume, c'est pire ! (Patrick Timsit)



Curieux: se faire refaire les seins, ça coûte la peau des fesses! (Vincent Roca)



Quand il y a une catastrophe, si on évacue les femmes et les enfants d'abord,

c'est juste pour pouvoir réfléchir à une solution en silence...



La tolérance, c'est quand on connaît des cons et qu'on ne dit pas les noms.



Vous connaissez l'histoire du mouton qui court jusqu'à perdre la laine ?



Si vous m'avez compris, c'est que je me suis mal exprimé (Alan Greenspan)



Vous n'êtes pas responsables de la tête que vous avez, mais vous êtes responsables de la gueule que vous faites.



Le jour ou Microsoft vendra quelque chose qui ne se plante pas, je parie que ce sera un clou.



Elle est tellement vieille qu'elle a un exemplaire de la Bible dédicacé.



Les socialistes français ont eu tort de venir au pouvoir. Ils auraient dû faire comme Dieu: ne jamais se montrer pour qu'on continue à y croire (Coluche)



De nos jours, l'assistance à personne en danger se résume à assister au danger...



N'attendez pas la solution de vos problèmes des hommes politiques puisque ce sont eux qui en sont la cause (Alain Madelin)



Les prévisions sont difficiles, surtout lorsqu'elles concernent l'avenir.

Bonne soirée


--------------------------------------------------------------------------------

Le Pèlerin 20/11/2014 14:09

Bonjour Clem,
Votre commentaire est un peu coquin…. !!!
Le rire ainsi que la sexualité sont générateur de plaisir
Plaisir corporel
Des chercheurs ont répertorié plus d'une centaine de sortes de rire qui sont tous, à divers degrés, une forme de communication.
Cette communication couvre bien des aspects de notre vie en société. Ainsi, le rire peut être
agressif (pour se moquer d'un rival pour marquer sa supériorité),
défensif (pour ne pas offenser un patron qui vient de nous raconter une blague pitoyable), libérateur (on se détend entre amis)
et évidemment sexuel (pas moyen de séduire sans faire rire).
Des blagues universelles
Chez la plupart des peuples de la terre, les plaisanteries à caractère sexuel sont d'ailleurs celles qui font le plus rire, affirment de nombreux anthropologues.
En Occident, Bill Clinton et Monica sont devenus une industrie du rire, générant un répertoire de blagues qui aurait rendu jaloux le regretté Roméo Pérusse.
Les plaisanteries ont souvent en arrière-plan des tentatives (plus ou moins conscientes) de séduction. En France, un dicton ne dit-il pas :
"Fille qui rit, à moitié dans ton lit."
Les électrodes du rire
Les psychologues et les sociologues ont beau décortiquer le rire, celui-ci n'en est pas moins déclenché dans le cerveau.
Des études neurologiques sérieuses menées aux USA ont montré qu'on pouvait provoquer l'hilarité en envoyant une impulsion électrique dans certaines zones du cortex cérébral.
En tentant de traiter une épileptique de 16 ans, ils ont noté qu'une faible décharge dans le lobe frontal gauche entraînait automatiquement un sourire. En augmentant l'intensité du courant dans ces "points G du rire", on obtenait un véritable fou rire qui faisait perdre tout contrôle à l’individu.
Si le rire est le propre de l'homme (et de certains singes) l'humour est évidemment en partie culturel (combien de fois une série télévisée hilarante dans un pays s'est-elle lamentablement écrasée dans un autre!).
Mais l'universalité des blagues sur le sexe montre qu'au fond, il y a une sorte de culture mondiale du rire. Après tout, une bonne tarte à la crème au visage ou un coup de pied au cul, et tout le monde s'éclate.
Je vous souhaite une bonne journée
Cordialement votre,
Le Pèlerin

CLEM 19/11/2014 23:48

HOU ! j'ai fait une "sottise " dans le texte ........
Veuillez m'excuser !