Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

20 janvier 2015 2 20 /01 /janvier /2015 14:50

CAN-2015 : Malmenée par l’Afrique du Sud, l’Algérie arrache un succès inespéré

L'Afrique du Sud a longtemps dominé l'Algérie avant de craquer en fin de match

Logiquement menée par une Afrique du Sud dominatrice à l’heure de jeu, l’Algérie a réussi à renverser la vapeur en quelques minutes, pour finalement s’imposer (3-1) lundi. Mais l’entrée en lice des favoris de la CAN-2015 a été laborieuse.

L’histoire de cette CAN-2015 ne retiendra finalement que la victoire plutôt large des Algériens, lundi 19 janvier, face à l’Afrique du Sud (3-1). Mais que ce fut difficile pour les Fennecs, apathiques et peu inspirés, et qui ont dû s’en remettre à leur portier M’Bohli pour ne pas sombrer dans la première heure !

L’Afrique du Sud, après un premier quart d’heure manqué, a ensuite prouvé que son statut d’outsider n’était pas usurpé. À la 23e minute, Furman, seul dans l'axe, a décoché une lourde frappe détournée par le gardien des Verts sur sa barre transversale. Une première parade qui en a appelé deux autres, en toute fin de mi-temps.

Tout d’abord, M’Bohli a sorti le ballon d’une main ferme devant Vilazaki, qui s’était défait de son marquage au point de pénalty (42e) avant d’être de nouveau décisif une minute plus tard, cette fois face à Jali, étrangement seul dans la surface (43e).

Le break manqué

En seconde période, les Bafana Bafana ont de nouveau pris la mesure d’Algériens peu entreprenants, comme paralysés par l’événement. Et Phala, idéalement servi au point de pénalty à la suite d’une combinaison entre Rantie et Vilazaki, a logiquement donné l’avantage aux siens d’une frappe limpide du droit (51e, 1-0).

Dans la foulée, les Sud-Africains ont obtenu un pénalty logique pour un tacle à retardement de Mandi sur Phala. Mais Rantie, qui s’est chargé d’administrer la sentence, a trouvé la barre transversale (54e). Le vent avait tourné…

Sur la contre-attaque, l’Algérie a même été à deux doigts de revenir dans le match, mais la "Madjer" de Slimani a finalement été repoussée par Keet, qui s’est même fendu d’une deuxième parade sur une tête de l’attaquant algérien.

Un coup de pouce du destin

La solution allait finalement venir d’un coup du sort pour l’Algérie. À la 67e minute, alors que l’Afrique du Sud a pourtant repris la mesure de son adversaire dans l’entrejeu, Brahimi, sur la gauche du terrain, tente un centre rentrant qui vient rebondir sur la tête de Hlatshwayo, qui lobe son gardien. L’Algérie, miraculée, revient dans le match (67e, 1-1).

Et la suite est sans appel. Dans une rencontre désormais totalement débridée, Ghoulam hérite d'un ballon peu dangereux sur le côté gauche. Le latéral napolitain décide de provoquer son vis-à-vis, entre dans la surface et décoche une lourde frappe du gauche sur laquelle Keet est battu (72e, 2-1).

L’Algérie, en tête du groupe C

Sonnés, les Sud-Africains tentent bien de réagir, mais c’est finalement Islam Slimani, dix minutes plus tard, qui met les Fennecs à l’abri. L’avant-centre, servi dans l’axe par une passe manquée d’un milieu de terrain des Bafana Bafana, décoche une frappe sans grand danger, mais Keet, visiblement émoussé, se troue totalement (83e, 3-1). La messe est dite et les Sud-Africains, écœurés par la tournure des événements, ne reviendront pas dans la partie.

L’Algérie, elle, peut se satisfaire de ces trois points pris face à un adversaire qui aura longtemps mené les débats. Les Fennecs de Christian Gourcuff, à la faveur de leurs deux buts d’écart, occupent même seuls la tête du groupe C, devant le Sénégal (trois points également mais un but de moins au compteur). Mais ce premier bilan comptable, rassurant pour les Algériens, a tout d’un miracle au vu de la prestation livrée par les deux équipes.

Et s’ils veulent faire honneur à leur statut de favori, les Fennecs devront se montrer beaucoup plus convaincants.

Source France 24 AFP Yann Buxeda

Le Pèlerin

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Algérie
commenter cet article

commentaires