Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 10:04

Collège Technique du Ruisseau d’Alger

 

J'ai rencontré là-bas un être exceptionnel

 

Monsieur Amédée Briffa

 

Professeur de mathématiques en Première TM

(Année 1959 / 1960)

Le Collège Technique d'Alger - Le Ruisseau

Le Collège Technique d'Alger - Le Ruisseau

Je me souviendrai toute ma vie de Monsieur Briffa

 

Dès les premiers jours d’octobre 1959, cet homme qui avait pour but de nous faire entrer les mathématiques dans le crâne nous accueillait :

 

"J'ai pour tâche de vous enseigner les mathématiques en vue du baccalauréat en fin d'année ....Et les mathématiques ....en fin d'année ....Vous les saurez ...de gré ou de force"

 

Le ton était ainsi donné pour une année scolaire déterminante en ce qui concernait notre avenir

Pas la moindre observation de la part des élèves…Cet homme qui avait somme toute déjà un âge avancé avait donné le ton

Point de livre de mathématiques point de support superflu...

Le cours de mathématiques il nous le dictait ….Et selon les redoublants….D’une année sur l’autre ce qu’il nous dictait ne variait pas de la moindre virgule.

Il inspirait le respect et n’hésitait pas à se faire respecter…..Et si quelqu’un se rebellait…..Ce qui était sur c’est qu’il  n’aurait pas eu le dernier mot.

Il n’était pas question de biaiser avec lui car c’était lui qui assurait la discipline des 1ere TM quand bien même le moindre incident s’était déroulé au collège mais en dehors de son cours…..

Un enseignant comme lui, je n’en retrouverai plus jamais

Il avait une très grande considération du rôle de l’enseignement qui était la grande cause de sa vie…Il fut d’ailleurs secrétaire de l’académie d’Alger du Syndicat national de l’enseignement technique de 1951 à 1962.

Toujours dévoué et toujours prêt à rendre service à ses élèves, il était d’une grande droiture et doté d’un grand esprit de probité envers ses élèves.

Il était très rigoureux dans sa démarche et doté d’une inflexibilité absolue quant au respect de la discipline …Autant de mots dont le sens a souvent disparu de notre culture ….Il est vrai que 1968 est passé par là et que notre société est plus encline à critiquer le système qu’à l’aider dans le respect d’autrui et de la morale

Serais-je devenu ringard …Je ne le pense pas ….Il est vrai que notre société a perdu de nombreuses valeurs et où le sens du profit à court terme l’emporte sur toute autre considération…

Mes quelques anecdotes.

J’ai reçu de sa part deux ou trois « bouffes » de sa part …. Je m’en souviendrai toute ma vie……et pourtant cela fait 55 ans et je ne les oublierai qu’après ma mort…Dieu sait qu’elles étaient méritées quand bien même les fait rapportés semblent anodins …

Le devoir oublié

Ah les devoirs à effectuer à la maison… !!!

S’il y avait une chose que je n’oubliais pas de faire avec lui, c’était bien mes devoirs

Mais où avais-je donc la tête :

Et oui ce jour là…j’avais bien effectué mes devoirs mais je les avais oubliés chez moi

Que risquais-je?....Une interrogation au tableau …Si cela avait été le cas ….Je risquais deux ou trois «bouffes » et très certainement un zéro qui aurait affecté ma moyenne scolaire…

Je m’en étais enquit auprès de redoublants et tous conseillé de l’en avertir au préalable….

Dès le début du cours donc, je me présentais à son bureau….Je le vois encore comme si c’était hier

Il était assis devant son bureau et s’appliquer à tirer un trait sur un document ….avec un stylo et une règle….Ce qui n’est pas évident pour un Monsieur qui ne possédait qu’un bras....

Il avait sur son nez de grosses lunettes d’écaille….Entre ces dernières et ses sourcils épais je surpris un regard furieux….Un regard qui exprimai un mélange de courroux  et de désapprobation

Il se leva …Il avait une stature imposante….Il s’exclama

« Mais regardez-le donc celui-là avec son petit sourire narquois….On dirait qu’il se fout sans cesse de votre gueule…! »

Ce en quoi je me pris une paire de gifles retentissantes….

….Je n’ai plus jamais oublié mes devoirs…

Casse croute à toute heure

Le samedi matin nous avions cours toute la journée

Deux heures de gymnastique de 8 à 10 h du matin

Mathématiques de 10h à 12h00

Dessin industriel de 14h00 à 18h00

….Ce jour là, suite à une panne d’oreiller, je me dispensais de gymnastique et me présentais à 10h00 en cours de mathématiques…

C’était sans compter sur l’affreux « Jojo » qui se trimbalait sans cesse avec nos énormes cahiers de textes et qui enregistrait nos présences à chacun des cours…..

Je l’avais totalement oublié ce préposé aux absences…Toujours est-il qu’il se présenta à Monsieur Briffa …Ce dernier eut la curiosité de voir si certains d’entre nous avaient et l’outrecuidance de « sécher » la « Gymnastique »

Et oui il y en avait bien un et c’était moi….

« Comment Thoa …Et tu étais absent du Collège de 8h00 à 10h00 ??? »

J’eus toutes les peines du monde à lui fournir une quelconque explication

Et lui d’ajouter :

"Mais alors l’on va inscrire au front du Collège  Casse croute à toute heure "

Il ne devait pas être en colère ce jour là puisque j’échappais aux « bouffes » qu’il avait l’habitude de distribuer en pareille circonstance…

J’ai depuis toujours participé à mes séances de gymnastique …

Ne dit-on pas que l’équilibre de l’homme passe par un fonctionnement harmonieux du corps et de l’esprit…

La Colle

Encore une fois…..Tous en chœur La 1ere TM avait fait une connerie….Collectivement s’entend …..Je dois avouer en avoir oublié le sujet….

Le Surveillant général s’en était lavé les mains et s’en était remis à ….Monsieur Briffa…Charge à lui de décider d’une sanction s’il le jugeait utile…

Quel allait être notre sort ?

Nous étions à quelques jours de nos compositions trimestrielles et Monsieur Briffa nous proposa le marché suivant :

Le premier acte fut une colle collective de la classe

Il fut remis à chacun notre bulletin de colle valable pour deux samedis

Le second acte fut de nous libérer de cette colle pour tous les élèves dont la note serait supérieure à 14/20

A l’annonce des résultats….Un vendredi suivant à 8h30 du matin (nous avions cours de mathématiques entre 8 et 10 heures) seuls une douzaine d’élèves ….sur les 48 qui constituaient l’effectif de la classe eurent la note exigée afin de les libérer des deux samedis de colle promis. Votre correspondant avait plus de 14/20 et il allait donc pouvoir en bénéficier ….

A l’annonce de notre nom il convenait de rendre le bulletin de colle ce en quoi nous étions dispensé de cette astreinte

Et non j’avais égaré ce satané bulletin de colle ….Ce en  quoi Monsieur Briffa m’annonça :

« Puisque tu n’es pas en mesure de me rendre ton bulletin …Tant pis pour toi …Tu effectueras cette colle »

J’étais le premier désolé ….Tant pis j’en avais pris parti…

De 10 à 12h00 nous avions cours d’histoire….Et lorsque j’ouvris mon cartable pour récupérer mon cahier et mon livre d’histoire que découvris-je ?....Mon bulletin de colle….

Je demandais immédiatement à mon professeur d’histoire l’autorisation d’aller présenter ce document à Monsieur Briffa….Ce que je fis sans attendre…

C’en était fait …Je présentais le précieux document à Monsieur Briffa qui l’accepta et me confirma donc que je n’étais plus collé

Toutefois une chose se produisit dans les 10 minutes qui s’en suivirent….

Monsieur Briffa envoya un élève afin de demander à mon professeur d’histoire si j’avais bien été présent pendant ….tout le cours d’histoire….

Et oui qu’en avait-il pensé ?

Certainement que j’étais sorti du Collège et récupérer chez moi le fameux bulletin de colle (et oui il était interdit de sortir pendant les heures de cours) …Monsieur Briffa en fut pour ses frais certainement satisfait ….Et l’affaire fut considérée comme close…..

Adieu Monsieur Briffa

Monsieur Briffa est naturellement décédé …Je tenais toutefois, certes de façon un peu tardive, à lui  rendre hommage …Un professeur de mathématiques « à l’ancienne », si j’ose dire.

Il n’hésitait pas à vous rudoyer si nécessaire, voire à distribuer quelques gifles de sa main valide (Peut-être s’agit-il des bonnes vieilles méthodes !)…Mais surtout, il était un homme qui nous a transmis tant de bonnes de choses : l’amour et le respect des mathématiques  ainsi que la curiosité intellectuelle dans tous les matières associées domaines, la soif de comprendre le monde qui nous entoure, le respect des valeurs à commencer par celui du corps enseignant.
Monsieur Briffa était pour moi un enseignant qui adorait son métier et qui a su, pendant toute sa carrière, pousser ses élèves qu’il adorait quand bien même il les châtiait parfois afin d’en retirer le meilleur tout le long de leur scolarité et naturellement plus tard dans la vie.
Je suis heureux d’avoir fait partie de ses élèves …. Il aura compté dans ma vie…. Qu’il repose en paix

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires

Le Pèlerin 24/02/2015 20:11

Adieu Monsieur Le Professeur

https://www.youtube.com/watch?v=N2ifazIF9Qk

Les enfants font une farandole
Et le vieux maître est tout ému:
Demain, il va quitter sa chère école.
Sur cette estrade, il ne montera plus.

Adieu, monsieur le professeur.
On ne vous oublira jamais
Et tout au fond de notre coeur,
Ces mots sont écrits à la craie.
Nous vous offrons ces quelques fleurs
Pour dire combien on vous aimait.
On ne vous oubliera jamais.
Adieu, monsieur le professeur.

Une larme est tombée sur sa main.
Seul, dans la classe, il s'est assis.
Il en a vu défiler, des gamins
Qu'il a aimés tout au long de sa vie.

De beaux prix sont remis aux élèves.
Tous les discours sont terminés.
Sous le préau, l'assistance se lève.
Une dernière fois les enfants vont chanter:

Hugues Auffray

Merci pour l’intérêt porté à ce Blog

Le Pèlerin

ALGER 24/02/2015 19:19

En effet, certains professeurs nous ont laissé des souvenirs inoubliables .......ils avaient l'art d'enseigner :
en ce qui me concerne c'est un prof d'anglais, son humour mettait la classe dans une ambiance détendue,apprendre ! devenait un jeu .........l'heure passait en sa compagnie était bien agréable , nous
étions motivées......... .......
ce sont de beaux souvenirs .!!........
Il s'appelait Mr Richet ..........


Merci de nous avoir permis d'évoquer ces souvenirs de jeunesse !