Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

10 août 2016 3 10 /08 /août /2016 06:02

« À ceux que j’aime... et ceux qui m’aiment » 

 

Prière indienne

Prière indienne

Quand je ne serai plus là, relâchez-moi,

Laissez-moi partir,

J’ai tellement de choses à faire et à voir

Ne pleurez pas en pensant à moi,

Soyez reconnaissants pour les belles années,

Je vous ai donné mon amitié,

Vous pouvez seulement deviner

Le bonheur que vous m’avez apporté.

 

Je vous remercie de l’amour que chacun m’avez démontré,

Maintenant, il est temps de voyager seul.

Pour un court moment vous pouvez avoir de la peine.

La confiance vous apportera réconfort et consolation.

Nous serons séparés pour quelque temps.

Laissez les souvenirs apaiser votre douleur,

Je ne suis pas loin, et la vie continue...

Si vous avez besoin, appelez-moi et je viendrai,

Même si vous ne pouvez me voir ou me toucher, je serai là,

Et si vous écoutez votre cœur, vous éprouverez clairement

La douceur de l’amour que j’apporterai.

Et quand il sera temps pour vous de partir,

Je serai là pour vous accueillir.

 

Absent de mon corps, présent avec Dieu.

N’allez pas sur ma tombe pour pleurer,

Je ne suis pas là, je ne dors pas,

Je suis les mille vents qui soufflent,

Je suis le scintillement

Des cristaux de neige,

Je suis la lumière que traverse

Les champs de blé,

Je suis la douce pluie d’automne,

Je suis l’éveil des oiseaux dans le calme du matin,

Je suis l’étoile qui brille dans la nuit,

N'allez pas sur ma tombe pour pleurer,

Je ne suis pas là,

Je ne suis pas mort.

 

Auteur inconnu

Le Pèlerin

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

L
Bonjour Azzedine<br /> Ne lisons pas la poésie avec les yeux de la haine et évitons de faire des raccourcis qui ne trouvent pas leur place sur le sujet et le poème en question<br /> Cordialement,<br /> Le Pèlerin
Répondre
A
Apres avoir lu ce poeme,je me demande qui est lle sauvage entre cet indien et le general Custer.honte a toi dans ta tombe general custer
Répondre
L
Bonjour Avenue Laure,<br /> <br /> Ah l’Avenue Laure ; que de souvenirs en mémoire<br /> <br /> J’avais l’habitude quatre fois par jour, matin et soir<br /> <br /> De la prendre ainsi pour aller au CC Jules Ferry<br /> <br /> Et 10 km par jour, n’était alors qu’une plaisanterie<br /> <br /> <br /> Je me souviens tout particulièrement d’un boucher<br /> <br /> Où nous allions, quand nous étions moins fauchés,<br /> <br /> Acheter ‘Le gigot d’agneau’ certains jours particuliers<br /> <br /> Où nous devenions alors de véritables carnassiers<br /> <br /> <br /> Mais ce qui me fascinait le plus dans cette avenue<br /> <br /> Et Dieu sait que de tous les locaux, il était connu<br /> <br /> Il se situait alors à l’angle de la rue de Constantine<br /> <br /> Un magasin qui pourtant ne payait pas de mine<br /> <br /> <br /> Mais qui excitait les papilles de tous les piétons<br /> <br /> Tant ce que les commerçant proposait était tentant<br /> <br /> Il s’agissait du célèbre « Marchand de Beignets »<br /> <br /> Que de fois, m’y suis arrêté sans rien pouvoir acheter<br /> <br /> <br /> Et oui le petit « Makrout » valait alors cinq francs<br /> <br /> Et je ne disposais de cet argent que très rarement<br /> <br /> Mais lorsque par hasard je disposais de cette somme<br /> <br /> J’en dégustais un et pour moi c’était alors le « summum »<br /> <br /> <br /> On dirait maintenant « Le Top » …Une véritable gâterie<br /> <br /> Au sens gourmand du terme, une délicieuse confiserie <br /> <br /> Je me suis rarement payé le Makrout à dix francs<br /> <br /> Ce devait être pour les évènements les plus grands<br /> <br /> <br /> Que de merveilleux moments passés à Hussein-Dey<br /> <br /> Où nous prenions du plaisir en sachant raison garder<br /> <br /> Je suis revenu dans la rue principale en ce lieu béni<br /> <br /> Car mon âme n’a pas enfoui ces souvenirs dans l’oubli<br /> <br /> <br /> Il y a des souvenirs que je ne peux oublier<br /> <br /> Amicalement ….Vous cette Inconnue qui m’avez permis<br /> <br /> De me remémorer certains souvenirs d’Algérie<br /> <br /> Que je n’oublierai jamais<br /> <br /> <br /> Le Pèlerin
Répondre
L
Bonjour Avenue Laure,<br /> Ah l’Avenue Laure ; que de souvenirs en mémoire<br /> J’avais l’habitude quatre fois par jour, matin et soir<br /> De la prendre ainsi pour aller au CC Jules Ferry<br /> Et 10 km par jour, n’était alors qu’une plaisanterie<br /> <br /> Je me souviens tout particulièrement d’un boucher<br /> Où nous allions, quand nous étions moins fauchés,<br /> Acheter ‘Le gigot d’agneau’ certains jours particuliers<br /> Où nous devenions alors de véritables carnassiers<br /> <br /> Mais ce qui me fascinait le plus dans cette avenue<br /> Et Dieu sait que de tous les locaux, il était connu<br /> Il se situait alors à l’angle de la rue de Constantine<br /> Un magasin qui pourtant ne payait pas de mine<br /> <br /> Mais qui excitait les papilles de tous les piétons<br /> Tant ce que les commerçant proposait était tentant<br /> Il s’agissait du célèbre « Marchand de Beignets »<br /> Que de fois, m’y suis arrêté sans rien pouvoir acheter<br /> <br /> Et oui le petit « Makrout » valait alors cinq francs<br /> Et je ne disposais de cet argent que très rarement<br /> Mais lorsque par hasard je disposais de cette somme<br /> J’en dégustais un et pour moi c’était alors le « summum »<br /> <br /> On dirait maintenant « Le Top » …Une véritable gâterie<br /> Au sens gourmand du terme, une délicieuse confiserie <br /> Je me suis rarement payé le Makrout à dix francs<br /> Ce devait être pour les évènements les plus grands<br /> <br /> Que de merveilleux moments passés à Hussein-Dey<br /> Où nous prenions du plaisir en sachant raison garder<br /> Je suis revenu dans la rue principale en ce lieu béni<br /> Car mon âme n’a pas enfoui ces souvenirs dans l’oubli<br /> <br /> Il y a des souvenirs que je ne peux oublier<br /> Amicalement ….Vous cette Inconnue qui m’avez permis<br /> De me remémorer certains souvenirs d’Algérie<br /> Que je n’oublierai jamais<br /> Le Pèlerin
Répondre
A
UN IMMENSE MERCI POUR CETTE PRIERE, QUE NOUS AVIONS OUBLIEE <br /> ELLE APAISE NOTRE PEINE ......C'EST L'ESPOIR QUI RENAIT ..!....<br /> AVENUE LAURE <br /> NOUS VOUS RENOUVELONS NOS REMERCIEMENTS .<br /> <br /> <br /> AVENUE LAURE
Répondre
L
Bonjour Alger,<br /> C'était le jour "Des Morts" hier<br /> C'était la moindre des choses<br /> Chaleureusement votre,<br /> Le Pèlerin
Répondre
A
MERCI POUR CETTE BELLE PRIERE <br /> QUI NOUS DONNE UNE LUEUR D'ESPOIR .<br /> ET ADOUCIT NOTRE PEINE. <br /> <br /> <br /> ALGER
Répondre