Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

2 octobre 2015 5 02 /10 /octobre /2015 18:40

Une histoire touchante

L'Amour avec un grand "A"

Après trente ans de mariage, j'ai commencé à trouver une nouvelle lueur d'amour. 
Je commençais en effet à sortir avec une femme autre que ma femme et c'était l'idée de mon épouse qui m'a dit un jour : «Je sais très bien combien tu l'aimes! » 
La femme avec laquelle mon épouse voulait que je sorte, était ma mère qui est veuve depuis 19 ans, mais à cause des activités de la vie courante, mes trois enfants et d'autres responsabilités, je ne lui rendais visite que rarement. 
Un jour, je l'ai appelée et je l'ai invitée à dîner. Elle m'a demandé : «tu vas bien ?»... 
Elle n'était pas habituée à recevoir des appels de ma part à cette heure-ci. 
Elle s'est inquiétée mais je l'ai rassurée : « Oui je vais très très bien, mais je voulais juste passer un moment avec toi maman » 
« Nous deux, seuls ? » demanda-t-elle ; elle resta songeuse » 
Jeudi, après le travail, je suis passé chez elle pour la prendre. 
J’avais un peu le trac. En arrivant chez elle, je l'ai trouvée aussi perturbée. Elle m'attendait devant la porte dans une belle tenue ! Il semble que c'était la dernière robe que mon père lui avait achetée avant sa mort.
Avec un sourire angélique, maman me dit : 
«J'ai dit à tout le monde qu'aujourd'hui je vais sortir avec mon fils. Ils sont tous contents et ils attendent impatiemment ce que je vais leur raconter à mon retour.» 
Nous sommes allés à un restaurant exceptionnel, calme et magnifique. Ma mère tenait mon bras, comme si elle était La Première Dame. 
Nous étions assis, j'ai commencé à lire le menu car elle ne pouvait lire que l'écriture large. Tandis que je lisais, elle me contemplait avec un large sourire sur ses lèvres ridées... Elle m'a dit : «C'était moi qui te faisais la lecture quand tu étais petit » 
Je répondis : «Le moment est venu pour te rendre un peu de ce que tu as fait pour moi. Ne te dérange donc pas maman » 
On a beaucoup discuté pendant le dîner. Rien d'inhabituel mais c'était de vielles histoires et de nouvelles. Sans nous en rendre compte, le temps s'est écoulé et nous n'avons pas remarqué que minuit fût passé.. 
A notre retour, devant sa porte elle me dit : «Je suis d'accord pour une autre sortie, mais cette fois-ci, ce sera moi qui vais payer! ». 
J'ai embrassé sa main et j'ai pris congé d'elle. 
Quelques jours plus tard, maman est décédée d'une crise cardiaque. 
Cela s'est produit si vite que je n'ai pas eu le temps de faire quoi que ce soit.
Quelques jours après, j'ai reçu une lettre du restaurant dans lequel nous avions eu ce dîner. Avec une remarque écrite de sa propre main, me disant :

«J'ai payé d'avance car je savais que je ne serais pas là... L’essentiel, le repas est payé pour deux personnes, toi et ta femme. Tu ne pourras pas savoir l'importance de cette nuit pour moi. Je t'aime mon fils !» 
A ce moment-là, j'ai vraiment compris ce que signifie le mot « aimer» et « Je t'aime » et ce que signifie l'expression de cet amour pour l'autre.

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Société
commenter cet article

commentaires