Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

7 février 2016 7 07 /02 /février /2016 15:09

La nouvelle Constitution ….Les binationaux pénalisés

Abdelaziz Bouteflika

Abdelaziz Bouteflika

Le nombre de mandats présidentiels est limité à deux…

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika, le 26 octobre 2015 au palais présidentiel d'Algérie

Le Parlement algérien a adopté ce dimanche un projet de révision de la Constitution, prévoyant la fin de la présidence d'Abdelaziz Bouteflika par le rétablissement de la limitation à deux du nombre de mandats présidentiels. Le projet a été approuvé par 499 parlementaires réunis en congrès. Deux ont voté contre et 16 se sont abstenus, a précisé le président du Sénat, Abdelakder Bensalah.

La limitation des mandats présidentiels existait avant 2008, mais le gouvernement avait fait disparaître cette disposition afin de permettre à Abdelaziz Bouteflika de se présenter pour un troisième mandat en 2009, puis un quatrième en 2014.

« Démocratisation » du pays

La réforme de la Consitution algérienne avait été annoncée en avril 2011, peu après le mouvement des « Printemps arabes ». Promise pour « démocratiser » le pays et apaiser les esprits, cette réforme veut faire de l’Algérie un exemple de démocratie : élections libres, lutte contre la corruption… La réforme a néanmoins fait l’objet de vives contestations de l’opposition, notamment sur le fait que seuls les Algériens ayant uniquement la nationalité algérienne, et non pas binationaux, peuvent accéder à la haute fonction publique.

Source 20 minutes.fr

Démission du gouvernement abdelmalek sellal ce dimanche : Remaniement ministériel imminent !

Un remaniement ministériel est annoncé au plus tard la fin de cette semaine en cours après la démission du gouvernement Sellal ce dimanche. Qui partira, qui ne partira pas ? Que des chahuts médiatiques !
Le président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, s’apprêterait à effectuer, au cours de la semaine en cours, un remaniement ministériel après l’adoption du projet de révision de la Constitution par le parlement réuni (Senat-APN), ce dimanche, qui sera suivi automatiquement par la démission du gouvernement Abdelmalek Sellal.
Après l’adoption du projet de révision de la Constitution, ce dimanche, par le parlement réuni (Senat-APN), le premier ministre Abdelmalek Sellal devrait, en effet, présenter la démission de son gouvernement au président de la République Ce dernier devrait nommer un premier ministre après consultation de la majorité parlementaire, conformément à l’article 86 de la Constitution.
On s’attend donc à la nomination d’un nouveau gouvernement de conjoncture économique dans les jours à venir. Des sources rapportent que ce remaniement touchera plusieurs ministres auxquels on a donné un sursis pour qu’ils prouvent leur capacité à gérer rationnellement leurs secteurs en cette période de crise.
En effet, la conjoncture actuelle de l’économie nationale exige une rationalisation des dépenses dans les différents secteurs. Cependant, certains ministres n’ont pu s’adapter à la nouvelle donne, liée à la chute des prix des hydrocarbures et d’autres qui n’ont pas suivi à la lettre le programme du chef de l’Etat, pourront dire adieu à leurs portefeuilles ministériels.
A cet effet, le président de la République devrait décider un changement d’équipe gouvernementale pour répondre aux nouvelles indications de la Constitution ainsi qu’aux indices économiques pour mettre en place une nouvelle équipe gouvernementale capable de gérer la crise financière et garantir des retombées positives sur le cadre de vie des citoyens. Selon des sources, on devrait s’attendre à des fusions entre départements et ministères pour rationaliser les budgets. C’est ainsi qu’on donne les noms de plusieurs ministres partants tels que les ministres des transports, du tourisme, de la culture et d’autres qui changeront peut-être de portefeuille, comme celui des travaux publics qui remplacera peut-être celui des transports.
Par ailleurs, l’actuel premier ministre, M. Abdelmalek Sellal, pourra diriger la prochaine équipe gouvernementale, du moment où sa nomination ne »s’opposera » pas aux textes de la nouvelle Constitution, du moment où Abdelmalek Sellal est issu de la majorité parlementaire (FLN) et également membre du Comité central du FLN.
Source: reflexiondz.net

Pronostic sur le nouveau gouvernement

Ce qui va suivre n’est donc qu’un pronostic sur la future équipe gouvernementale à laquelle nous avons rajouté celle du cercle présidentiel. En voici le résulta
Le Premier Ministre Abdemalek Sellal, très souvent décrié pour les manifestations récurrentes de son espièglerie quittera son poste pour celui de Ministre d’Etat, représentant personnel du Président de la République. Il sera remplacé par Ahmed Ouyahia. 

Ramtane Lamamra quittera le Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération internationale pour occuper le poste de Ministre d’Etat, Conseiller diplomatique auprès du Président de la République.
Ce sera pour lui une position d’attente, car il est pressenti comme candidat à la présidence de la commission africaine.
Ahmed Gaid Salah occupera le poste de Ministre de la Défense Nationale à titre civil.
Le titre de Chef suprême des forces armées restera dévolu au Président de la République. Tandis que le poste de Chef de l’Etat-Major de l’Armée Nationale Populaire sera dévolu à un officier général.
Abdelkader Ouali remplacera Nouredine Bedoui au poste de Ministre de l’Intérieur et des Collectivités Locales.
Tayeb Louh cèdera le Ministère de la Justice à Madame Sahraoui Soumia, actuellement présidente du Conseil d’Etat.
Abderrahmane Benkhalfa gardera son poste de Ministre des Finances.
Abdelkader Messahel occupera à plein titre le poste de Ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale.
Amara Benyounes remplacera Abdesselam Bouchouareb au Ministère de l’Industrie et des Mines.
Salah Khebri, ministre de l’énergie quittera son poste et sera remplacé par Abdesselam Bouchouareb.
Tayeb Zitouni sera maintenu au Ministère des Moudjahidine.
Mohamed Aïssa sera maintenu au Ministère des Affaires Religieuses et des Wakfs.
Mohamed Benmeradi, ex ministre du travail prendra le poste de Ministre, directeur de Cabinet du Premier Ministre.
Bakhti Belaib remplacera Amar Ghoul au Ministère de l’Aménagement du Territoire, du Tourisme et de l’Artisanat.
Sid Ahmed Ferroukhi sera maintenu Ministre de l’Agriculture, du Développement Rural et de la pêche.
Mustapha Karim Rahiel remplacera Abdelwahab Nouri au Ministère des Ressources en Eau et de l’Environnement.
Abdelwahab Nouri remplacera Abdelmadjid Tebboune au Ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville.
Nouredine Bédoui remplacera Abdelkader Ouali au Ministère des Travaux Publics.
Boudjema Talai sera maintenu Ministre des Transports.
Mme Nouria Benghebrit ira occuper le poste de Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique.
Tahar Hadjar prendra le poste de Ministre de l’Éducation Nationale. 
Abdelkader Kadi, Ministre de la Formation et de l’Enseignement Professionnels en remplacement de Mohamed Mebarki
Mme Nouria Yamina Zerhouni, Ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité Sociale en remplacement de Mohamed El Ghazi qui occupera le poste de Ministre du commerce.
Wacini Laredj, écrivain de grande renommée remplacera Azzedine Mihoubi au Ministère de la Culture.
Tahar Khaoua remplacera Mme Mounia Meslem, une protégéede Zohra Drif,au Ministère de la Solidarité Nationale, de la Famille et de la condition de la Femme. 
Tayeb Louh sera nommé Ministre des Relations avec le Parlement.
Abdelmalek Boudiaf sera maintenu Ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme Hospitalière.
Boubekeur Khaldi, secrétaire général du ministère des affaires religieuses remplacera El-Hadi Ould Ali au Ministère de la Jeunesse et des Sports.
Toufik Khelladi remplacera Hamid Grine au Ministère de la Communication. 
Mme Iman Houda Feraoun sera maintenue au Ministère de la Poste et des Technologies de l’Information et de la Communication
Hadji Baba Ammi sera maintenu Ministre Délégué auprès du Ministre des Finances, Chargé du Budget et de la Prospective.
Mme Aïcha Tagabou sera maintenue Ministre déléguée auprès du Ministre de l’Aménagement du territoire, du Tourisme et de l’Artisanat, chargée de l’Artisanat 
Mme Slim Amira, députée, chargée de nos ressortissants au Maghreb et au Moyen orient sera ministre de la communauté algérienne à l’étranger
Mohamed Sebaibi, ex secrétaire général de plusieurs ministères et chef de cabinet du chef du gouvernement remplacera Ahmed Noui en qualité de Ministre Secrétaire Général du Gouvernement.
Par ailleurs, le Président de la République nommera :
Amar Saadani Ministre d’Etat Conseiller spécial auprès du Président de la République.
Abdelmalek Sellal Ministre d’Etat, Représentant personnel du Président de la République.
Mohammed Benamar Zerhouni en qualité de Ministre Directeur de Cabinet du Président de la République.
Saïd Bouteflika en qualité de Ministre Conseiller chargé des affaires spéciales du Président de la République.
Bachir Tartag, Conseiller spécial auprès du Président de la République, sera maintenu.
Le président mettra fin aux fonctions de conseiller à la Présidence de :
Kamel Rezzag Bara, qui payera pour ses bavardages incessants
Karim Djoudi, a des problèmes de santé qui l’empêchent d’apporter sa contribution
Youcef Yousfi, n’a fait preuve d’aucun dynamisme depuis sa prise de fonctions
Saadeddine Nouiouat, à presque 90 ans n’assure plus ses fonctions
Mohammed Ali Boughazi, n’a apporté aucune contribution
Les deux walis rappelés au gouvernement pourraient être remplacés par Djamel Dehane ex wali de Souk-Ahras, fils de chahid et énarque, à Tipaza, et Ahmed Adli, ex secrétaire général du ministère de l’intérieur à Boumerdes.
Il est enfin possible qu’après la démission de Abdelmalek Sellal, le président Bouteflika lui demandera de gérer les affaires courantes en attendant la formation du futur gouvernement.
Cela dit, le verdict final est entre les mains du président qui a de tout temps déjoué tous les pronostics.
Source: algerie1

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Algérie
commenter cet article

commentaires