Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

26 juin 2016 7 26 /06 /juin /2016 22:39

Il y a tant de conneries qui se racontent sur notre pauvre terre … !

Humour – Une autre série de blagues pour la journée

Le patron dit à son employé :
– Est-ce que tu crois à la vie après la mort?
– Heu, oui patron… Pourquoi cette question?
– Ah… Alors tout va bien. Parce que hier, après que tu as quitté le travail plus tôt pour aller à l’enterrement de ta grand-mère, elle est passée pour te donner le bonjour et te reprocher de ne jamais aller la voir. Je lui ai promis de te passer le message.

le poulet fermier
Un vendeur de volailles qui vend des poulets fermiers voit arriver un acheteur qui lui dit :
– Je voudrais acheter un vrai poulet de Bresse, mais si vous me permettez je vais le trouver moi-même.

Il choisit un poulet, lui met l’index dans le derrière, suce son doigt et dit :
– Celui-là est de Saint-Sever.

Il fait de même pour un autre :
– Celui-là est de Loué.

Il en fait plusieurs, avec la même opération, jusqu’au moment où il dit :
– Voilà, celui-là est de bien de Bresse.

A ce moment le vendeur de volaille lui demande s’il peut venir derrière le comptoir, ce que fait l’acheteur, le vendeur lui dit alors en baissant son pantalon et son slip :
– Je suis de l’Assistance publique, en faisant avec moi comme pour les poulets, vous ne pourriez pas me dire où je suis né et d’où je viens?

Le p’tit dernier
Le père est sur le point de mourir. Sa femme est à ses côtés.

Le père qui était silencieux depuis un bon moment, se tourne vers sa femme…
– Marie-Jeanne, je vais mourir; on a toujours bien vécu ensemble hein?
– Oui mon vieux Simon et tu vas me manquer.
– Merci Marie-Jeanne… Mais y’a une chose qui m’a toujours laissé curieux, tu sais le petit dernier, j’ai toujours pensé qu’il ne venait pas de toi et moi.
Il ne ressemble pas aux 9 autres. Veux-tu me dire avant de mourir s’il est bien de nous deux celui-là, ça m’a toujours intrigué. Tu peux ben me le dire à cette heure que je vais mourir…

– Reste tranquille mon vieux Simon, le petit dernier est bien de nous autres. Ce sont les 9 premiers qui ne sont pas de nous deux.
– !!!???!!!

Les trois Samouraïs

Trois samouraïs veulent mesurer leur adresse au sabre. Ils se choisissent un juge qui sera le gage de l’équité de la joute qui va se dérouler entre les trois guerriers.

Le juge qui s’y connaît en tournoi de samouraïs leur a apporté de quoi se mesurer : il ouvre une petite boîte dans laquelle il y a une mouche.

Le katana du premier samouraï sort de son fourreau en un éclair, et la mouche retombe sur le sol, coupée en deux ! Le juge est satisfait par cette première performance, et il félicite le premier samouraï.

Lorsque le deuxième samouraï est prêt, le juge ouvre une nouvelle boîte et laisse s’envoler une autre mouche. Cette fois-ci, le deuxième samouraï donne deux coup de sabre dans l’air, et la mouche retombe, coupée en quatre ! Cette fois, le juge est vraiment impressionné. Et il le dit au deuxième samouraï.

Mais il reste un troisième concurrent. Lorsque celui-ci est prêt, le juge ouvre sa troisième boîte contenant une troisième mouche… Le samouraï sort son sabre et dessine une arabesque dans l’air, et range son sabre, mais la mouche continue à voler.

Le juge dit alors :
–  Mais la mouche vit toujours !
–  C’est vrai, répond le troisième samouraï, mais elle ne pourra plus jamais se reproduire !

Le Pèlerin

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Rions ensemble
commenter cet article

commentaires