Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

20 juillet 2016 3 20 /07 /juillet /2016 12:51

La Mer est comme une Femme,
 

Souvenir d'instants difficiles dans le golfe du Lion

La mer est comme une femme, une maîtresse,
Elle ondule et vous terrasse comme une tigresse !
Elle vous envoûte, vous attire, vous aspire !
Elle devient votre vie, elle veut vous estourbir !


Elle est comme la femme toujours imprévisible
Et l’amour des hommes pour elle, est indicible.
Elle est dévoreuse d’hommes téméraires
Qui osèrent s’y aventurer pour lui plaire.


Combien de femmes de Marseille ou d’Alger
Perdirent leurs hommes à jamais immergés
Leurs tempêtes sont autant de folles colères
Qui pour des marins courageux furent meurtrières !


La mer est pour l’homme, une femme cruelle
Qui fait payer cher, ce qu’elle offre d’elle.
La mer est une maîtresse que nous offre la nature
Pour nous payer de notre amour de l’aventure.


Des aventuriers qui franchirent les mers,
Dans l’espoir de trouver une gloire aventurière!
Mais aimer est souvent pour nous humains,
Un sacrifice conquis pour offrir aux nôtres le pain.


Et comme le monde change, évolue sans cesse,
Aujourd’hui pour l’homme seul son poisson l’intéresse !
Car nos technologies modernes privent la mer
De ses attraits qui furent longtemps nos chimères.


Mais il reste quelques hommes, de courageux marins,
Amoureux de la mer, qui en sont les pèlerins.

Source Anonyme / Le Pèlerin

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Le Cercle des Poètes
commenter cet article

commentaires

Le Pèlerin 31/07/2016 20:17

Mon Cher Hamza
Tu es un Brave
Oui le monde est devenu fou et ce sont toujours les plus démunis qui en font les frais….
Oui j’ai bien peur que nombre d’entre nous ont perdu toute forme de raison
Le pire c’est que j’arrive à ne plus trouver de solutions
Je pense qu’il nous faut rester lucide et faire preuve de sérénité
…..Essayer de ne pas attiser la haine comme le font certains
Je suis d’un naturel optimiste mais là….
Restons-le …..Optimiste…
Mais je crains que cela ne soit pas suffisant
Une action positive sera necessaire
A méditer
Amicalement,
Le Pèlerin

hamza 24/07/2016 04:09

Merci Pélerin pour ta réponse. Oui comme tu dis la Méditerranée a laissé bien des souvenirs surtout en ces derniers temps ou elle avale sans pitié des hommes, des femmes et des enfants venus l'implorer car à la recherche d'un lieu serein, car poursuivis par les guerres, la faim et les misères du monde. Hélas ! Sa réponse n'a pas été toujours positive et pour preuve des milliers de morts et à leurs têtes le petit AYMAN. Pourquoi le monde est-il si cruel. Vous voyez ce qui se passe dans notre belle planête et je cite La Syrie, la Libye, le Yemen, Nice dernièrement, la Belgique il y a quelques temps, l'Allemagne maintenant. Pourquoi ce désastre. Avons nous perdu la tête. Que faire pour arrêter cela. Mes amitiés cher Pélerin/ Hamza

Le Pèlerin 23/07/2016 23:45

Merci Sans pour ce soutien
Il est vrai que lorsque gronde la Méditerranée les traversées laissent bien des souvenirs et ce particulièrement dans le golfe du Lion
C'était tout de même le bon temps ....Celui de ma jeunesse ou je faisais la traversée entre Alger et Marseille, du temps où j'étais étudiant ....Cela fait bien longtemps....
Le temps passe si vite....
Oh temps suspends ton vol...!
Cordialement,
Le Pèlerin

sans 22/07/2016 06:16

beau poème concernant la mer - je viens souvent dans ton blog qui est sympa - je te souhaite de continuer