Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

28 septembre 2017 4 28 /09 /septembre /2017 17:01

Déconnecté de la vie courante

Le Smartphone........:...et pourtant on en est bien là !!!!!!!

Une enseignante était chez elle, et à l'heure du diner, elle a commencé à lire les devoirs faits par ses élèves.

Son mari était près d'elle et jouait à je ne sais quoi sur sa tablette.
Pendant qu'elle lisait le dernier devoir, les larmes ont commencé à rouler silencieusement sur le visage de sa femme.
Le mari a vu ça et a demandé:
- « Pourquoi tu pleures ma chérie? Qu'est-ce qui s'est passé? »
La femme:
- « Hier, j'ai donné un devoir aux élèves de première année, sur... le sujet :  'Mon Souhait.' »
Le mari:
- « D'accord, mais pourquoi pleures-tu? »
La femme:
- « C'est le dernier devoir qui me fait pleurer.
Le mari curieux :
- « Qu'est-ce qui est écrit dans ce devoir et qui te fait pleurer? »
La femme:
- « Écoute, je vais te le lire :
" Mon souhait est de devenir un smartphone. Mes parents aiment tellement leur smartphone.
Ils sont tellement préoccupés avec leur smartphone que, parfois ils oublient de s'occuper de moi.
Quand mon père rentre fatigué du travail, il a du temps pour son smartphone, mais pas pour moi.
Quand mes parents sont en train de faire un travail important et que le smartphone sonne, ils répondent au téléphone à la première sonnerie. Mais pas à moi... même si je pleure.
Ils jouent des jeux sur leur smartphone, mais pas avec moi.
Ils ne m'écoutent jamais, même quand je suis en train de leur dire quelque chose d'important.
Alors, mon souhait est de devenir un smartphone ».
Après avoir écouté, le mari était ému et a demandé à sa femme :
- « Qui a écrit ça? »
La femme:
- « Notre fils »

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires

Le Pèlerin 16/10/2017 10:32

Bonjour Eglantine,
Cette histoire est délicieuse.....!.....Malgré le temps qui passe...
Je viens d'en faire un Blog pour lui donner une meilleure lisibilité
Merci pour l’intérêt que vous portez à mes Blogs
Cordialement,
Le Pèlerin

EGLANTINE 15/10/2017 14:13

ET OUI ! LE TEMPS PASSE !

Vous êtes-vous déjà senti coupable de regarder des gens de votre âge et de penser :
> > > "Je ne peux pas paraître aussi vieux !"
> > > Alors, vous allez adorer celle-ci :
> > > J'étais assise dans la salle d’attente pour mon premier rendez-vous avec un nouveau dentiste quand j'ai remarqué que son diplôme était accroché sur le mur.
> > > Il y était inscrit son nom et je me suis soudain remémoré un grand brun portant ce nom.
> > > Il était dans ma classe de lycée quelques 40 ans auparavant et je me demandais si cela pouvait être le même garçon pour qui j'avais craqué à l'époque ?
> > > Quand je suis entrée dans la salle de soins, j'ai immédiatement écarté cette pensée de mon esprit.
> > > Cet homme grisonnant, dégarni et le visage marqué de profondes rides, était bien trop vieux pour avoir été mon amour secret.
> > > Quoique... Après qu'il eut examiné ma dent, je lui ai demandé s'il était allé au lycée Henry IV.
> > > "Oui", m'a-t-il répondu.
> > > "Quand avez-vous eu votre bac ?", ai-je demandé.
> > > "1972. Pourquoi cette question ?"
> > > "Eh bien, vous étiez dans ma classe", me suis-je exclamée.

>
>

> > > Et c'est là que cet affreux vieux con m'a demandé :
> - "Vous étiez prof de quoi ?"

Bonne journée !





>

ponpon de pey 18/09/2017 10:14

c'est bien vrai il en va demême pour certains amis numérisés, on envoie des messages à, l'américaine ou autres et quand on les rencontres un petit signe de la main depuis la voiture, mais toujours presssés et jamais le temps de s'arrêter. dans le temps les chevaux qui sec croisaient prenaien le temps de s'arrêter de se saluer à leur façon , de pisser pendant que les maîtres changeaient un mot ou deux , ils ne perdaient pas d'avantage de temps et beaucoup moins qu'avec les tablettes et smart phone.
salut , je vais m'occuper de chercher les fleurs à planter. Aditiats;