Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

24 décembre 2017 7 24 /12 /décembre /2017 16:35

Langue paresseuse

Noël exotique…

Un Sénégalais entre dans un piano-bar à Montmartre pendant les fêtes de Noël.

Il s’accoude au comptoir :
– Ga’çon !

Une barmaid arrive :
– Monsieur désire ?

– Je vroud’ai un ouiski.
– Voilà Monsieur.
– Dites-moi, il joue t’es bien ce pianiste, dis donc.
La barmaid :
– Allez le voir de ma part, il se fera un plaisir de jouer votre air favori.

Le Haïtien s’approche du piano et dit au musicien :
– Je viens de la pa’ de la ba’maid. J’aime’ai entend’e « Mambo » !

Le pianiste surpris :
– Mambo? Je ne connais pas cette chanson, mais si vous me fredonnez les premières notes, cela me dira peut-être quelque chose.

Et le Haïtien de chanter :
– Mambo sapin, ‘oi des fo’êts…

…… !!!!

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires

ALGEROISE 03/01/2018 18:59

A ma famille, à mes amis, à tous mes compatriotes de là-bas...à tous les Pieds Noirs qui, bientôt 58 ans après notre exode, sont encore là, debout et droits dans leurs bottes....vous qui connaissez mieux que quiconque ce langage !!...

BONNE ET HEUREUSE ANNÉE 2018


Qu'est-c' que j'dirais pas pour vous rendre à tous heureux,


A vous bande de calamars boiteux,
Qu'est-ce que je dirai pas pour vous rendre heureux,
Sinon vous donner une calbote amicale,
Que çà va sûrement pas vous faire mal,
A vous tous les fartasses, les guitches et les laouères,
Ceux qui allaient se taper le bain en bas la mer,
A tous les bouffeurs de cocas, mantécaos, zlabias,
Bliblis, roliettes, mounas, makrouds et calentitas,
A ceux qui dégustaient les brochettes à Fort-de-l'Eau,
A ceux qui tapaient cinq, à tous les falsos,
A ceux qui sont devenus des vrais Patos,
Aux buveurs d'anisette avec khémias,
A ceux qui faisaient sans arrêt l'avenue de la Bouzaréah
A tous les falempos qui mentaient comme des voleurs
A tous ceux qui ont fait le bras d'honneur,
Et ceux qui trichaient aux tchics tchics,
Ceux qui faisaient la chaîne au Majectic,
Ceux qui tiraient le fer au cassour, à tous les kilos,
A ceux qui, comme moi, tapaient cao,
Ou soit-disant maqua hora,
Ceux qui jouaient à tchincha la fava,
Ceux qui jouaient aux tchalefs ou au tas,
Ceux qui ont fait les pôvres figa ou tchoufa,
A ceux, que quand ils partaient on aurait dit qu'ils revenaient,
Aux anciens de Bab-el-Oued, d'El-Biar, de Ben Aknoun...
A mes voisins de la rue Michelet et de la rue d'Isly,
A tous ceux de notre ancien "Paradis",
A tous ceux-là,
En pensant à ceux que j'aimerais qu'ils soient toujours là...
Je souhaite que cette Nouvelle Année vous apporte le bonheur,
Et surtout que cette purée de santé, elle vous laisse pas tomber.




BONNE ANNÉE 2018








> >


> >


> >


> >


> >

SOURIS! blanche 30/12/2017 19:13

Un couple de campagnards ‘monte’ à Paris pour faire un peu de tourisme.
A la Porte Maillot, il prend un bus pour aller au musée du Louvre.

Arrivé à la place de l’Etoile, le chauffeur lance :
- Charles de Gaulle !
Un grand monsieur descend du bus

Le bus prend alors la direction des Champs-Elysées et, à l’arrêt du rond-point, le conducteur crie :
- Franklin Roosevelt !
Un étudiant se lève et descend.

A la nouvelle halte au niveau du Grand Palais :
- Georges Clemenceau !
Un vieux monsieur quitte le bus.

Alors, la campagnarde dit à son mari :
- On ne saura jamais où descendre ;
on n’a pas donné notre nom au conducteur.

Elle fait toujours sourire ..........
Bonne soirée

Le Pèlerin 30/12/2017 22:21

Bonsoir petite Souris Blanche....
j'avais une histoire de Souris à vous proposer...Mais ellé était un peu trop grivoise
Alors je vais rester au sein des animaux pour vous conter une blague de poules du Pays
Après avoir soigné une des vaches de la ferme,
le vétérinaire se prépare à partir quand le fermier et sa femme l’arrêtent :
– Dites donc, là, y a le coq de la basse-cour qu’est pas du tout intéressé par l’affaire…
Ça fait bin un mois qu’on l’a acheté au marché de Samatan et on l’a toujours pas vu monter sur une poule.
Z’auriez pas un truc pour lui ?
Le véto rigole doucement et leur répond :
– Pas de problème ; une fois par jour,
vous allez attraper votre coq et vous lui frotterez le croupion à la brosse de chiendent.
Ça va lui activer l’organe et avec ça,
les poules passeront un sale quart d’heure, faites-moi confiance.
Quand le vétérinaire revient, une semaine plus tard, le fermier s’avance vers lui clopin-clopant,
en faisant des grimaces de douleur à chaque pas :
– Alors, est-ce que vos poules sont satisfaites? demande le véto.
– Ah les poules, elles se cachent tellement elles en ont marre que le coq leur coure après, mais par contre…
– Oui? Interroge le véto.
– Sauf que la prochaine fois, ne parlez pas devant ma femme!
visiblement, je me suis trompé de commentaire ....Bref de commun dans toute cette affaire c'est d'en rire
j'espère que j'y serai parvenu
Cordialement,
Le Pèlerin