Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

1 septembre 2019 7 01 /09 /septembre /2019 17:35

RADAR BRÛLÉ : 30.000 EUROS À REMBOURSER POUR TROIS GILETS JAUNES

Gilet Jaune en action

Gilet Jaune en action

Ils étaient poursuivis pour avoir incendié le radar du Boudou, dans le Tarn-et-Garonne, le 28 décembre dernier.

Facture salée pour trois anciens "gilets jaunes" de Valence-d’Agen.

Les trois hommes étaient poursuivis devant le tribunal correctionnel pour avoir incendié un radar automatique le 28 décembre dernier. "On en avait ras le bol, on a discuté cinq minutes et on est parti là-bas sans avoir prémédité l’incendie", a assuré Stéphane, l’un des trois accusés. Selon La Dépêche, les hommes ont mis le feu au radar grâce à des pneus usagers récupérés dans le QG des "gilets jaunes" de Valence-d’Agen. En ce qui concerne le jerrycan d’essence qui a servi à enflammer les pneus, ce père de six enfants explique l’avoir récupéré dans "la voiture de sa compagne, il était déjà dans le coffre".

Les trois hommes ont été confondus par un appel anonyme. "On a été balancés, on le sait, cela serait de toute façon arrivé à un moment ou à un autre", affirme Johan, père de deux enfants, et tenu de s’expliquer, comme ses deux acolytes, sur les faits et ses intentions. Franck, de son côté, affirme que le trio est retourné "sur les lieux pour s’assurer que le feu ne se propage pas dans les bois". Mais les explications des prévenus ne semblent pas convaincre le tribunal qui rappelle les "nombreux débordements du mouvement des ‘gilets jaunes’" dans le Tarn-et-Garonne et notamment l’incendie de la trésorerie de Valence et celui du péage de l’A62 à Saint Loup.

Le procureur de la République a également pointé du doigt les dégradations de radars qui ont pour conséquence "une hausse des comportements à risque des automobilistes" et donc des accidents. Un argument réfuté par l’avocat des accusés, Me Rafaël Mattar. "Il n’y a aucune statistique pour démontrer la corrélation entre la destruction des radars et une hausse des accidents de la route", a fait valoir le conseil. Mais rien n’y fait, les trois hommes sont lourdement condamnés. Ils écopent de 4 mois de prison avec sursis avec mise à l’épreuve et sont condamnés à une amende de 29.693 euros qu’ils devront régler solidairement à l’État.

Bonne journée

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires