Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

21 février 2011 1 21 /02 /février /2011 07:47

Avec les Aigles de Carthage, ce sera un match ouvert à toutes les éventualités.

algerie CAN 2010

 

Les voeux de l’entraîneur de l’équipe nationale algérienne A’, Abdelhak Benchikha, sont en train de se réaliser et il ne lui reste donc qu’à gagner deux matchs pour arracher le trophée de ce Championnat d’Afrique des nations 2011 qui se déroule depuis le 4 février du Soudan.

Après avoir terminé 2e du groupe A derrière le Soudan et après avoir arraché une victoire, somme toute méritée en quarts de finale face à l’Afrique du Sud, l’Equipe nationale algérienne retrouvera sur son chemin son voisin maghrébin, la Tunisie.

Benchikha qui avait assuré que cette participation au CHAN a comme objectif d’arracher le trophée, confirme avec ses joueurs qu’ils ne ménagent aucun effort pour y arriver.

D’ailleurs, Hadj Aïssa et ses partenaires ont bel et bien réalisé l’objectif assigné par les membres du bureau fédéral de la Fédération algérienne de football puisqu’ils ont bien atteint ce carré final. C’est ce que remarque si bien le défenseur Maïza, en déclarant, entre autre: «Nous avons atteint l’objectif de la FAF, mais nous n’avons pas encore atteint notre objectif: celui de remporter ce trophée».

Cette déclaration témoigne, si besoin est, de la grande volonté des joueurs algériens de se transcender afin de réaliser aussi bien leur rêve, que celui de leur coach Abdelhak Benchikha. Et là, il faudra bien préciser que si les joueurs ont réalisé le premier rêve de se qualifier aux demi-finales, leur coach Abdelhak Benchikha, voit deux rêves se réaliser en même temps: celui de se qualifier à ce stade de la compétition et celui de rencontrer la Tunisie lors de cette demi- finale justement. En réalité, et avant le début de ce Championnat d’Afrique, Abdelhak Benchikha avait émis le voeu «de rencon-trer la Tunisie en finale de cette compétition.»

Mais, après que les données ont changé, le même Benchikha avait déclaré avant le match des quarts de finale entre la Tunisie et le Cameroun, qu’il «aimerait bien rencontrer la Tunisie en demi-finale.»

Et c’est chose faite. Et puis, Benchikha connaît, aussi bien le football tunisien, que les joueurs qui l’animent du fait qu’il a été entraîneur dans ce pays.

Benchikha avait même suivi le match des quarts de finale entre la Tunisie et le Congo et il a évidement relevé les points forts et points faibles de cette redoutable équipe tunisienne en passe de réaliser un parcours parfait durant ce CHAN. La preuve, les Tunisiens drivés par le coach Sami Trabelsi, ont bel et bien gagné cette revanche contre les Congolais: ceux-là même qui les avaient battus 5-0 à Lubumbashi, d’autant que les onze joueurs du champion d’Afrique des clubs, le TP Mazembé, qui composent cette équipe congolaise ont également été battus, par la même occasion effaçant ce mauvais souvenir de l’élimination du club tunisien, l’Espérance de Tunis en Ligue des champions africaine. Il ne faut pas oublier aussi que le défenseur international tunisien, Walid Hichri, et ses coéquipiers restent «très motivés et enthousiasmés» à l’idée de rencontrer l’Algérie en demi- finale.

Ce qui veut dire que les Tunisiens vont accorder une grande importance à cette rencontre contre le voisin maghrébin, l’Algérie, drivée par un de leurs anciens coachs de club.

Ce serait donc un autre défi que Benchikha doit relever durant ce CHAN, qui, pour l’instant, lui sourit très bien. Très calme, il a déclaré:

«Maintenant, place à la concentration et à la préparation de ce match des demi-finales.» Ajoutant: «Une chose est sûre, dans ces demi-finales, on n’aura aucune pression. Ça ne sera pas facile devant une équipe coriace, mais on luttera jusqu’au bout pour aller le plus loin possible...». Et justement, le plus loin possible, c’est de ramener le trophée et c’est largement dans les cordes de Benchikha et ses joueurs. Ils le prouvent bien au fil des matchs: celui contre la Tunisie en est un autre où on attend confirmation...

Source L’Expression Said Mekki

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires