Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

16 avril 2007 1 16 /04 /avril /2007 23:53
A une semaine de la présidentielle en France
Begag règle ses comptes avec Sarkozy
A Marseille, parti soutenir le candidat centriste François Bayrou, le sociologue lâche des perles devant une assistance qui en redemandait. « Quand j’entends parler de moutons égorgés dans la baignoire, ça ne me convient pas.
Qu’est-ce que ça veut dire, livrer en pâture non pas des immigrés mais des descendants d’immigrés au moment de l’élection présidentielle comme le fait le Front national depuis 25 ans ? Quand on est républicain, on ne peut pas s’offrir ce luxe, c’est impossible ! Pourquoi ne pas essayer pendant cinq ans, une rupture bayrousienne ? » Il appuie là où ça fait mal en rappelant que le candidat de droite n’a toujours pas effectué le moindre déplacement en banlieue. « Il y a des quartiers qui sont interdits à Sarkozy ! Mais il y a des candidats qui offrent des perspectives républicaines, et je suis là pour le dire. Quand Sarkozy a parlé de nettoyer au Kärcher, j’étais embêté ; j’ai dit que ce n’était pas bien et je m’en suis pris plein la gueule pendant deux ans ! Malheureusement pour lui, les propos de Sarkozy ne sont pas tombés dans l’oreille d’un sourd, mais dans la plume d’un écrivain. » Jamais Azouz Begag n’a été aussi présent dans la presse, même si les médias lourds continuent d’être frileux. Jeudi dernier, il a accusé Nicolas Sarkozy d’être « un menteur et de draguer à fond la caisse l’électorat d’extrême droite avec des idées d’extrême droite ». « Quand ce type veut créer un ministère de l’immigration et de l’identité nationale, vous trouvez que c’est du ressentiment personnel ? Quand ce type parle de moutons égorgés dans la baignoire devant 12 millions de téléspectateurs, est-ce qu’il est en train de parler des Islandais ou des Finlandais qui sont en train d’envahir la France ? (...) N’avez-vous pas le sentiment qu’il est en train de draguer à fond la caisse l’électorat d’extrême droite avec des idées d’extrême droite ? Quand un individu, ministre de l’Intérieur, affirme devant un parterre de ministres, que moi, Azouz Begag , j’ai des antécédents psychiatriques, quand il déclare qu’il faut associer immigration et identité nationale dans un même ministère, alors oui, je dis que cet individu est dangereux. Quand un homme comme lui a la maîtrise et le soutien de tant de pouvoirs médiatiques et économiques, et qu’il peut, avec cela, marquer son emprise totale sur la société française, sans supporter la moindre contestation, alors oui, je dis que cet homme est dangereux. » Avec son sens de la formule, il affirme que « c’est un devoir personnel et politique majeur que d’informer les électeurs avant l’élection. Si je laisse faire, je pourrais être accusé de non-assistance à pays en danger ». Il n’épargne pas non plus le lieutenant de Sarkozy, Brice Hortefeux, ministre délégué aux Collectivités territoriales. « Allez, fissa, sors de là ! Dégage d’ici, je te dis, dégage ! », lui aurait-il lancé le 11 octobre 2006 alors qu’ils étaient assis sur les bancs de l’Assemblée nationale. « Il utilise un terme de l’époque coloniale. Il se croit encore dans l’Algérie de l’indigénat. Je fais le benêt. Je dis que je ne comprends pas le breton. » Fissa est un terme argot d’origine arabe, contraction de « fi sa’a », soit mot à mot, dans l’heure. Le livre d’Azouz Begag, Un mouton dans la baignoire (Fayard), en référence à la fameuse phrase de Nicolas Sarkozy, est en passe de devenir un best-seller.
Source El Watan
Le Pèlerin
 
Partager cet article
Repost0

commentaires