Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

17 avril 2007 2 17 /04 /avril /2007 23:07
La Tendance Etait à La Baisse entre 2005 et 2006
Les Algériens demandent moins de visas français
 
A rebours d'une idée reçue, les Algériens sollicitent moins de visas court séjour auprès des services consulaires français en Algérie. Dressé chiffres à l'appui, le constat est consigné dans un document officiel hexagonal élaboré récemment mais non médiatisé. Rédigé par le Comité interministériel de contrôle de l'immigration - un organe placé sous la présidence de Matignon -, le document a été rédigé pour les besoins du Parlement. Il définit à coup d'indicateurs les orientations de la politique du gouvernement français en matière d'immigration. Selon les chiffres arrêtés à la mi-2006, derniers en date à avoir été officiellement consolidés, la tendance de la demande algérienne de visas était à la baisse. Retenu par les rédacteurs du rapport en guise d'illustration, un tableau de comparaison en atteste. Entre janvier et juin 2006, le nombre d'Algériens à avoir transmis une demande de visa court séjour (visa de type C dit «touristique») s'était élevé à 112.010. La plus grosse quantité (82.861) a été réceptionnée par le consulat général d'Alger, mission habilitée à traiter les demandes des nationaux résidant au Centre, à l'Ouest et dans le grand Sud. Le consulat général d'Annaba - destiné aux nationaux de l'Est - a enregistré 29.149 dossiers. Concrètement, la baisse était de 30.751 demandes par rapport au premier semestre de l'exercice précédent, soit un recul de 21,5%. Entre janvier et juin 2005, les services consulaires de Hydra avaient été destinataires de 107.794 demandes contre 34.967 pour ceux d'Annaba. 26.653 demandes ont fait l'objet d'un refus entre les deux périodes. Le rapport du Comité interministériel de contrôle de l'immigration ne fournit pas d'explications sur les raisons d'une telle évolution. Tout au plus, il précise que la baisse de la demande algérienne - 32.160 dossiers de moins entre janvier 2005 et janvier 2006 - a tiré vers la baisse la demande globale de visas français dans les pays tiers.

En revanche, les visas «étudiants» accordés au profit d'Algériens en quête d'études supérieures dans les établissements français étaient légèrement à la hausse. Le nombre de sésames pour les campus de l'Hexagone s'était établi à 299 au premier semestre 2006 contre 270 à la même période de 2005, soit une hausse de 10,7%. Reste que le nombre de nationaux autorisés à franchir la Méditerranée pour les besoins de post-graduation et d'études supérieures était bien en deçà du volume des étudiants marocains et tunisiens.

Les premiers étaient au nombre de 964 au premier semestre 2006 contre 865 au premier semestre 2005 (+11,4%). Les seconds représentaient 566, en hausse de 43,3% (395).

Thème récurrent de la relation franco-algérienne, la question des visas - toutes catégories confondues - a toujours été inscrite au chapitre des contentieux. De quelque 900.000 sésames à la fin des années 1980, le nombre de sésames a fortement chuté sous les effets de la crise algérienne et la fermeture des services consulaires français à la suite des attentats de 1993 et 1994 contre des sites français. Coup sur coup, au plus fort du terrorisme, les consulats généraux d'Annaba et d'Oran ont fermé leurs portes. Implanté au centre-ville (place des Martyrs), le service des visas du consulat général d'Alger s'est replié dans un premier temps dans les locaux de la chancellerie diplomatique à Hydra avant de basculer vers Nantes avec un service minimum (Bureau visa Algérie). Du coup, faute d'effectifs, le nombre de visas délivrés est tombé à moins de 50.000 entre 1995 et 1997 avant de remonter progressivement à quelque 75.000, 95.000, 150.000 avant de se stabiliser depuis 2001-2002 autour de 250.000. Au fur et à mesure de la restauration consulaire hexagonale en Algérie, le consulat général d'Alger a retrouvé ses capacités d'accueil antérieures. Annaba a rouvert ses portes en 2004 alors que la réactivation du consulat général d'Oran est prévue pour le courant de cette année.
 
Source Le Quotidien d’Oran
 
Le Pèlerin
 

Partager cet article

Repost0

commentaires