Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

24 avril 2007 2 24 /04 /avril /2007 23:29
Le président du RCD Saïd Sadi estime qu’en moins de dix ans, l’Algérie peut se hisser parmi les pays correctement lotis pour peu que les ressources soient mobilisées.
Un audit national sur l’utilisation des ressources de la nation, c’est du moins ce qu’a proposé hier M. Saïd Sadi, président du Rassemblement pour la culture et la démocratie, invité dans le cadre des rencontres économiques du Forum des chefs d’entreprise. Le patron du RCD a été très critique sur la politique économique mise en œuvre par les pouvoirs publics au point où il s’interroge sur l’existence même de cette politique. “Le foncier, qu’il soit agricole ou industriel, est toujours en jachère, le système bancaire est inefficient, les spécialistes en droit économique sont quasiment inexistants pour assurer les arbitrages, dans des délais raisonnables, la formation périclite et le fait du prince dicte la plupart des décisions économiques”, souligne-t-il. Saïd Sadi estime que “les grandes dépenses de l’État ne signifient pas dynamique de développement”. Le patron du RCD relève que “coincé entre l’absence de vision et la sollicitation politicienne, l’appareil économique, public et privé, est installé dans la courte vue et le clientélisme”. Malgré les recettes en hydrocarbures jamais égalées, d’importants moyens financiers engloutis, la croissance n’a été que de 5,3% en 2006. “Ce taux est inférieur à celui réalisé par l’ensemble du continent africain estimé à 5,7%”, note le président du RCD, expliquant que “la croissance plutôt molle de l’Algérie ne pouvait que limiter le volume des affaires, diminuer les bénéfices des entreprises, condamner les travailleurs à la précarité, favoriser l’exode des cerveaux et réduire la projection des entrepreneurs, dans un contexte où les réserves de change se montent à 80 milliards de dollars. Sous d’autres cieux, une croissance à deux chiffres n’aurait posé aucun problème”. La déficience ne se situe pas au niveau de la disponibilité de moyens financiers, affirme M. Saïd Sadi, mais au niveau de méthodes de gestion productive. “C’est à la révision de ces méthodes de gestion” que convie le Rassemblement pour la culture et la démocratie, “aux bénéfices des travailleurs, des cadres et des entrepreneurs aussi”. L’Algérie recèle des potentialités nécessaires pour sa construction.
Pour peu que la volonté politique ne fasse pas défaut, il est aisé de mobiliser l’épargne nationale, estimée à 55% du PIB, soit 60 milliards de dollars, sans contrainte. En termes de moyens de paiement extérieurs, il est possible de mobiliser aussi les ressources du Fonds de régulation des recettes, non affectées à la compensation des découverts du Trésor.
Dans les conditions actuelles, il est possible de dégager une enveloppe de 20 milliards de dollars, qui pourrait être affectée à un mégaprojet. Le président du RCD est convaincu que l’Algérie, “en moins de dix ans peut se hisser parmi les pays correctement lotis, avec un marché suffisamment important et une dynamique industrielle conséquente”. Cette option résulte aussi d’un choix politique en faveur de la sociale démocratie. Sadi estime que les études ont montré que la forte croissance des bénéfices est conditionnée par des salaires élevés, un syndicalisme puissant et un niveau de formation conséquent.
Du coup, il plaide pour un relèvement des salaires qui implique un rendement supérieur de l’appareil de production, un code d’investissement qui octroie des avantages substantiellement aux entreprises à subordonner des taux d’intégration élevés ou à des exportations de produits fortement valorisés et l’instauration d’une grille de rémunération qui gratifie la prise de risque et enfin un système d’encouragement à la formation interne.
 
Source Liberté
 
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires