Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

24 avril 2007 2 24 /04 /avril /2007 23:48
SAÏD SADI: «Il faut arrêter d’insulter les binationaux»
 
 
Pourquoi la «diaspora» algérienne à l’étranger n’investit pas dans notre pays contrairement à d’autres pays du Maghreb ? Cette question a été soulevée, hier, par un opérateur économique algérien qui a pris part au débat qu’organise le Forum des chefs d’entreprises (FCE) et auquel a été convié cette fois-ci le patron du RCD, Saïd Sadi, qui dressera, lors de son introduction, un tableau peu reluisant de l’environnement économique du pays.

«Si vous voulez que les binationaux viennent investir en Algérie, il faut d’abord arrêter de les insulter», conseille le leader du RCD qui a souligné auparavant que les IDE (Investissements directs étrangers) ne peuvent pas constituer un moteur de développement dans notre pays et penser, dit-il, le contraire relèverait d’un «non-sens». Saïd Sadi qui a été invité dans le cadre du cycle de rencontres qu’organise le FCE avec des responsables des partis politiques en lice pour les législatives du 17 mai prochain, a plaidé pour l’instauration de règles claires pour tous, pour voir, souligne-t-il, encore notre économie décoller. «Tant que les opérateurs économiques nationaux ne sont pas sécurisés dans leur propre pays, les investisseurs étrangers vont réfléchir à deux fois avant de penser investir en Algérie», a déclaré le président du RCD qui citera dans son plaidoyer un certain nombre de problèmes, notamment les difficultés d’accès au foncier, les difficultés pour l’octroi de crédits par les banques, les passe-droits, le problème du week-end qui fait, argumente-t-il, perdre à notre pays quatre jours sur sept, etc. En fait, pense Saïd Sadi, il existe un problème «d’idéologisation» qui freine l’essor de notre économie malgré tous les moyens utilisés jusqu’ici par le gouvernement. Cela est dû, explique-t-il, à un manque de volonté politique. Ce n’est plus une histoire de moyens, explique-t-il, mais une affaire de bonne gouvernance et de bonne gestion. Sadi qui appellera à l’instauration d’un «débat économique» dans notre pays, exhortera le pouvoir politique «à exposer clairement ses objectifs à court, à moyen et à long terme». «Les dépenses énormes consacrées par l’Etat ne signifient pas nécessairement qu’il existe un développement économique», dira l’invité du FCE en indiquant qu’en bloquant les crédits, l’Etat a bloqué du coup l’économie nationale. «Il n’y a plus de place au slogan idéologique dans une économie», ajoute-t-il encore en affirmant qu’un grand défi attend l’Algérie en matière de développement économique. Bref, Saïd Sadi a déclaré qu’il n’est pas contre les privatisations mais se désole du manque d’engouement des opérateurs qui ne veulent pas, dit-il, prendre le risque de s’embarquer dans la reprise d’entreprises publiques. Abordant la fiscalité, le président du RCD dira que dans notre pays, la fiscalité est plus un instrument de pression sur l’opérateur qu’un instrument de régulation. Quant à la stratégie industrielle du gouvernement, Saïd Sadi l’a qualifiée d’être seulement un «slogan politique» en soulignant qu’il faut d’abord établir un audit avant de décider d’une stratégie.
 
Source Le Quotidien d’Oran
 
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires