Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

18 mai 2007 5 18 /05 /mai /2007 23:44
Les opportunités d'affaires en Algérie
 
“En Algérie, les réformes structurelles menées ont permis le rétablissement des équilibres macroéconomiques, l’amélioration des performances en termes de croissance du produit intérieur brut et le développement d’un secteur privé plus dynamique, entraînant un plus grand flux entrant d’investissements directs étrangers”, souligne le réseau euroméditerranéen des Agences de promotion des investissements, (Anima) dans une étude sur “investir dans la région Meda, pourquoi et comment”. Les rédacteurs de l’étude notent que la politique budgétaire expansionniste, orchestrée depuis 2001 contribue, à soutenir la croissance.

La demande publique permet ainsi de tirer vers le haut la contribution à la croissance des secteurs hors hydrocarbures. La valeur ajoutée dans les services a ainsi progressé de plus de 60% en cinq ans. Le BTP a, quant à lui, enregistré une croissance de 40%. Évoquant les opportunités d’affaires, le rapport met en avant l’emplacement géostratégique de l’Algérie, le plus vaste des cinq pays composant le Maghreb. “Cette position géographique stratégique lui offre de nombreux atouts pour la mise en valeur de son potentiel d’investissement, notamment les investissements étrangers orientés vers l’exportation”, lit-on dans le document. Anima relève les performances macroéconomique, réalisées par l’Algérie.

La conjoncture économique actuelle, souligne l’étude, “constitue donc une opportunité” pour les pouvoirs publics pour accélérer le processus de relance de la croissance par le financement de projets et la mise en œuvre de réformes économiques. “Elle est un signe d’encouragement pour les entreprises étrangères à investir durablement, par des implantations directes, des partenariats équilibrés avec un secteur privé en pleine mutation ou des entreprises publiques restructurées dans le cadre des privatisations”, estiment les rédacteurs du rapport. Anima rappelle la révision à la baisse de l’évaluation du risque Algérie, ces deux dernières années.

Le pays est passé de la 5e à la 4e place sur l’échelle pour l’assurance-crédit des agences faisant partie de l’OCDE. La Coface a reclassé en janvier 2006 sa notation du risque court terme sur l’Algérie de B à A4. Cette appréciation du risque pays vient confirmer et renforcer la tendance à l’amélioration du climat des investissements. Elle constitue un nouveau signe d’encouragement pour l’investissement étranger dans un contexte de stabilité politique et de conjoncture économique extrêmement favorable. Anima évoque les défis de l’économie algérienne. La relance de la croissance, note le document, est pour l’essentiel financée par la ressource pétrolière, “ce qui constitue un modèle de développement particulièrement vulnérable à long terme”.

Avec 48% de la valeur ajoutée, le secteur des hydrocarbures constitue la principale source de devise de l’économie (95% des recettes d’exportations). La structure monoexportatrice de l’économie et la faiblesse des exportations hors hydrocarbures soulèvent la question de la compétitivité externe de l’économie à l’heure de la mise en œuvre de l’accord d’association et l’adhésion prochaine à l’OMC. Le taux de chômage qui a, certes, fortement reculé, demeure préoccupant, il touche essentiellement les jeunes. La demande d’emploi sera encore longtemps très forte au sein de la jeunesse qui atteint l’âge d’activité. L’agriculture est encore entravée par de multiples contraintes, notamment les limites de la superficie agricole, les rendements insuffisants et la forte dépendance aux aléas climatiques.

Le réseau Anima présente dans le document les opportunités d’affaires et comment investir en Algérie. Le document évoque les différents avantages accordés par le texte de loi sur l’investissement. Le rapport donne un aperçu détaillé de la fiscalité appliquée aux entreprises. En matière d’opportunité d’affaires, l’étude fait référence aux programmes de privatisation en cours. Elle cite les secteurs de l’agriculture, la pêche et l’agroalimentaire, de l’eau, du bâtiment et construction, des travaux publics, des transports et infrastructures, des hydrocarbures, de l’électricité, des mines, de la santé et des produits pharmaceutiques et du tourisme.

source : Liberté
 
Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0

commentaires