Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

19 mai 2007 6 19 /05 /mai /2007 23:48
Tipasa
14 millions de litres de lait produits par an
 
Avec un effectif global de près de 11000 têtes de bovins dont 6000 vaches laitières, la production laitière dans la wilaya de Tipasa tourne, bon an mal an, autour de 14 millions de litres, a-t-on appris auprès des services de la Direction des services agricoles de la wilaya.
Le gros du travail et des efforts faits dans le secteur, en particulier depuis la mise en place de l’observatoire de wilaya de la filière lait, est perceptible dans les chiffres de collecte du lait qui connaissent une courbe ascendante et, par conséquent, l’adhésion de l’éleveur au Plan national de développement agricole (PNDA). En effet, selon les responsables de la DSA, le nombre d’éleveurs adhérents au PNDA est de 34 contre 11 en 2003 avec un capital bovin estimé à 5 vaches au minimum pour chaque éleveur sur 1960 éleveurs recensés. La même augmentation est constatée au niveau de la collecte de lait, qui de 1 240 000 litres en 2003 a été multipliée par deux pour atteindre le chiffre de près de 3 millions de litres par an, indiqueront ces responsables qui précisent qu’un travail de proximité est engagé par les observateurs de la subdivision et ceux de la wilaya pour sensibiliser les éleveurs à la nécessité d’adhérer au programme. "Le soutien des pouvoirs publics à la filière est très important", a souligné la même source signalant que le montant global des aides de l’Etat est évalué à 86 958 592,00 DA. Le soutien de l’Etat se fait de manière directe ou indirecte, à savoir, à travers la prime de production dont le montant est de 13 DA par litre de lait réparti entre 7 DA pour l’éleveur, 4 DA pour le collecteur et 2 DA pour l’unité de transformation, celle relative à l’utilisation de l’insémination artificielle (30 000 DA par vêlage) et, enfin, à travers le financement de l’équipement. Ce dernier concerne également l’acquisition de chariots trayeurs, de salles de traite, d’abreuvoirs et autres petits matériels pour la construction d’étables et de locaux pour les mettre à niveau et aux normes d’hygiène en vigueur. A travers ses soutiens financiers et un suivi rigoureux de la filière, le programme du ministère de l’Agriculture vise le développement de la filière avec des estimations à 2009 d’une production de lait de 18 millions de litres par an pour la wilaya. La production laitière dans la wilaya de Tipasa, "qui a été plus ou moins stable ces cinq dernières années avec une production moyenne de 14 millions de litres/an", reste tributaire de facteurs exogènes, entre autres, l’importation de l’aliment de bétail qui grève, comme cela a été le cas en 2006, le budget de l’éleveur quand il y a des fluctuations des prix sur le marché mondial, ne manquent pas de signaler certains éleveurs. A titre comparatif, la production laitière qui était en 2003 de plus de 12 millions de litres avec une quantité de 1 240 000 litres collectés, est passée à près de 14 millions dont 2 900 000 litres collectés par les collecteurs agréés. L’effectif bovin a atteint en 2006 les 9973 têtes dont 5334 vaches laitières. La production ovine dont le cheptel est estimé à 53 130 têtes dont 28 000 brebis a donné une production laitière de 11 millions de litres destinés à la consommation familiale de l’éleveur. Quant à la production de lait de chèvre, celle-ci a atteint, durant la même année, 432 000 litres. Le lait est acheminé vers les unités de transformation de Béni-Tamou à Blida et Bir-Mourad-Raïs à Alger. Parmi les unités de transformation de lait installées dans la wilaya, celle de Sidi-Amar, inaugurée en 2004, a dû arrêter la production de lait recombiné "en raison de difficultés d’approvisionnement en poudre de lait pour se consacrer à la production de fromage", apprend-on . Selon les responsables de la DSA, le développement des surfaces irriguées dont celui du Sahel ouest (2880 ha) et de la Mitidja Ouest (14 000 ha) vont insuffler une nouvelle dynamique à la filière dont l’activité est concentrée au niveau des bassins laitiers de Sidi- Amar, Menaceur, Attatba, Ahmer-El-Aïn, Sidi-Rached et Hadjout.
Source Le Soir d’Algérie
Le Pèlerin
 

Partager cet article

Repost0

commentaires

autin 04/07/2007 14:32

Comme je le disais sur un forum il y’a quelques heures, j’étais également navré du spectacle et effaré de ce qui se pratique encore de nos jours à Tipaza, mais qui tient qu’à son préfet (wali) d’après ce que j’ai bien compris à travers les journaux que j’ai pu lire, et d’ailleurs pour raconter une petite anecdote, j’étais de passage avec mon fils et ma fille à Tipaza et étions déboussolé lorsque nous sortions du site archéologique du centre ville et pour aller au site qui après le commissariat (le cimetière de la sainte salsa) aussitôt que nous étions arriver avec une personne locale devant l’entrée nous avons été choqué de voir à travers la clôture le long de la route qui mène au site de voir DES PROSTITUEES le plus normalement possible entrain de racolé, et mieux elles étaient visibles depuis le carrefour où les policiers-motards en fraction s’occupaient quant eux de la circulation... Oui Madame de l’Unesco et Brigitte l’Archéologue, cela m’avait choqué, et avions rebroussés chemin, heureusement que nous les avions aperçus avant d’entrer... nous avions été écœurés. Nous avions continué notre route sur Cherchell.Oui, Brigitte et Louis, vous avez raison de dire que le Wali de Tipaza devrait plutôt nettoyer sa ville, débroussaillé, et éliminé les prostituées... même si le wali est célibataire, ca devrait lui faire quelque chose dans sa conscience et si il était marié, alors je demanderais à sa femme de le quitter sur le champ, surtout si il a des enfants... parait-il que c’est le cas... alors quelle CONSCIENCE DE CE WALI QUI EST NORMALEMENT UN CADRE DE LA NATION... QUI EN FAIT QU’A SA TETE... il devrait se regarder dans un miroir... et il s’apercevrait très vite qu’il croit qu’il est le Nombril du monde avec la science infuse.... JE DEMANDE AUX ALGERIENS DE NE PAS BAISSER LES BRAS DEVANT LES AGISSEMENTS D’UN TEL ACTE DE DEMOLITION DE MAISONS (Maison : qui signifie Abri) et si vous détruisez cet abri qui vous habiter prés d’un demi siècle.... je prie dieu qu’un JOUR LA MAISON DU WALI Soit détruite de la même façon que ces familles qui ont du souffrir, et il ne faudra surtout pas lui répondre lorsqu’il demander de l’(indemniser... Afin qu4il comprenne bien ce que ca veut dire--- car ce wali de Tipaza ne doit rein ressentir, a foce de manger des bananes, du miel, et les meilleurs repas dans un endroit climatisé l’été et chauffé l’hiver, ce Wali de Tipaza qui se fout du monde et encore moins de ces familles qui les fait déguerpir en une journée, sans leur parler... MAIS CA SERAIT QUI HABITERAIT A TIPAZA, JE VOUS JURE QUE JE l’AURAIS DEJA Tué... C’est sur... et après on vient demander pourquoi il y’a des gens qui monte dans le maquis... MAINTENANT JE COMPRENDS MIEUX... ET SUIS DESOLE QUE JE NE REVIENDRAIS PAS A TIPAZA... j’écrits ce message et ne peux retenir mes larmes... Monsieur le Président Bouteflika, est aveugle de voir que ce préfet de tipaza ne fait absolument rien pour tipaza, certainement que tous les projets doivent venir d'en haut (alger) c'est sur... car Tipaza, compte beaucoup de chantiers à l'arrêt et certains sont toujours enchantiers, il n'ay rien de concret, véritablement, il suffit de voir la vidéo que j'"ai l'occasion de visonné, c'est vraiement incroyable, et meme les touristes s'appercoivent de la supercherie et de la désolation qu'offre Tipaza avec son alccol dans les sites archéologiques autour de la drogue et bien entendu les Prostitués de Monsieur le Wali....IL FERAIT MIEUX DE NETTOYER DEVANT SA PORTE...Géraldine de CLICHY S/bois.LA WLIYA MERITE MIEUX QUE CA -

Le Pèlerin 08/07/2007 21:04

Je ne suis pas aussi radical que vous et qui de plus est je suis un non violent...Je me rends régulièrement à Tipasa et je n'ai pas la vision dont vous avez...peut être ne suis je pas un expertSi je me suis plaint du Wali, non pas personellement, c'est surtout à cause ds lenteurs de l'adminisration qu'il est censé gérerA part cela je ne me plains pas..Tipasa est l'une des villes les plus propres de la Mitidja et je n'ai pas de griefs particuliersQuant aux prostituées..peut etre n'ai je pas l'oeil aguerri mais rien ne m'a choqué...Cerainement qu'en plein été......Mais je me trendrai sur les lieux prochainement et je rgarderai cela de plus prèsAmicalementLe Pèlerin