Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

26 mai 2013 7 26 /05 /mai /2013 23:41
Ressources en eau au Sahara septentrional
L’Algérie, la Tunisie et la Libye liées par le SASS
Ressources-en-eau-au-Sahara-septentrional.jpg
Les ressources en eaux souterraines du Sahara septentrional sont contenues dans deux immenses aquifères qui sont le continental intercalaire (CI) et le complexe terminal (CT).
 
Le premier est un réservoir d’eau qui s’étend sur 600 000 km2, sa température dépasse les 60°C, son alimentation est relativement faible et se fait par ruissellement à la périphérie du réservoir. Le complexe terminal se localise, quant à lui, dans le Sahara occidental et s’étend sur une superficie de 350 000 km2. Les potentialités en eau de ces aquifères sont de l’ordre de 156 m3/s, soit environ 5 milliards de m3 par an jusqu’à l’horizon 2040, selon le modèle ERESS 1985. La situation est montre que l’exploitation de ces aquifères atteint un seuil alarmant et constitue un risque majeur, non seulement pour le Sahara algérien mais aussi pour plusieurs pays voisins. Selon les constatations du plan directeur général des régions sahariennes, l’évolution des différents termes du bilan en eau de la nappe sur la période 1957-1998 montre que, pour faire face à l’augmentation des prélèvements, la nappe réduit le débit de ses sorties naturelles mais surtout déstocke énormément avec une tendance à la réduction progressive du débit des foggaras. C’est pour remédier à cette situation que l’Algérie, la Tunisie et la Libye ont mis en place dernièrement un modèle mathématique appelé Système aquifère du Sahara septentrional (SAS), qui a commencé à fonctionner en 2006. Ce système a été mis au point par un ingénieur de l’Agence nationale des ressources hydriques (ANRH) au niveau de l’Organisme sahélo-sahélien (OSS). Basé à Tunis, ce système mathématique a pour objectif de contrôler les prélèvements excessifs de la nappe phréatique située entre les frontières de ces trois pays, prévenir toute atteinte au continental intercalaire et créer une base de données complète et aisément accessible sur le système aquifère et les utilisations de l’eau au Sahara, afin de permettre à long terme d’améliorer les connaissances acquises par l’entretien et l’actualisation des modèles, le pilotage de programmes de recherches, la proposition de sujets de thèse, la publication des résultats obtenus et l’organisation de colloques, etc. Outre le lancement du SASS auquel l’Algérie participe activement, la protection des nappes du Sahara septentrional du gaspillage et de la pollution due aux rejets des eaux résiduelles, prend la forme de deux projets de réhabilitation des réseaux d’assainissement et de lutte contre la remontée des eaux dans les wilayas de Ouargla et d’El Oued qui enregistrent d’importants prélèvements et déperditions en réseau depuis plusieurs années, ce qui a fait de la remontée des eaux un phénomène écologique spectaculaire et un danger, autant pour l’environnement que pour la santé des habitants et l’économie locale, notamment l’agriculture.
Source Horizons
Le Pèlerin
 
 
Partager cet article
Repost0

commentaires