Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

20 juin 2013 4 20 /06 /juin /2013 23:04

Près de 100 000 emplois crées dans le monde rural en Algérie

fella

 

“Le monde rural en Algérie doit être synonyme d’avenir et de potentialités à valoriser et non pas un espace de précarité uniquement, comme veulent bien le montrer certains.” C’est ce qu’a déclaré le Dr Rachid Benaïssa, ministre délégué chargé du Développement rural. La politique du renouveau rural, prônée par le Dr Benaïssa, a pour principal but de redonner espoir aux populations rurales, notamment les jeunes qui représentent 70% de l’ensemble des habitants de ces zones. “Il n’y a pas de territoires sans avenir, il n’y a que des territoires sans projets”, tient-il à préciser. La stratégie nationale du développement rural durable est venue, selon le ministre délégué, changer la vision du monde rural et celle des approches et autres méthodes d’intervention dans ces espaces. De par la complexité de ces derniers, cette démarche implique plusieurs secteurs à la fois.

Outre le ministère de l’Intérieur, de l’Agriculture…, il s’agit aussi d’un pan important de l’aménagement du territoire quand on sait que plus de 13 millions de personnes habitent dans quelque 979 communes rurales. Elle touche également 562 communes urbaines. Pour cela, le département de M. Benaïssa a dégagé un programme de soutien au renouveau rural qu’il a lancé dès janvier dernier et qui s’étalera jusqu’à 2013. L’année 2007 constitue la première étape pilote où plus de 1 500 projets de proximité de développement rural intégré (PPDRI) ont été formulés par les wilayas dont 700 ont été d’ores et déjà mis œuvre. L’année 2008 sera celle de la consolidation, alors que 2009 sera dédiée à la généralisation de toute la démarche. “Ce sont des projets construits de bas en haut”, c’est-à-dire proposés par la société civile, elle-même, aux responsables concernés dans le cadre de la cellule d’animation rurale installée dans toutes les daïras et certaines municipalités. L’opération vise en fait la “modernisation et/ou la réhabilitation des villages et ksours, la diversification économique en milieu rural, la protection des ressources naturelles et des patrimoines ruraux matériels et immatériels”, indiquera le Dr Benaïssa. Invité hier au Forum d’El Moudjahid, le ministre délégué a présenté les instruments qui encadrent toute cette dynamique.

Il a évoqué à ce propos le système national d’aide à la décision pour le développement durable. Il a parlé aussi de codification des interventions et des approches au niveau local pour le montage des PPDRI avec la participation des populations, des associations qui veulent bien s’y impliquer. Plus de 4 500 associations locales à divers caractères ont été identifiées et se sont présentées pour prendre part à ce programme. Abordant le premier bilan de sa politique, M. Rachid Benaïssa a affirmé qu’à la fin 2006, il a été réalisé 2 229 projets expérimentaux dans 880 communes qui ont permis la création de 94 000 postes d’emploi touchant aussi 1 million de personnes directement ou indirectement. Outre la mise en place d’un site Web propre au ministère (www.mddr.gov.dz), il a été, en outre, installé un système de suivi et d’évaluation des PPDRI qui offrent la possibilité de visualiser les projets dès leur formulation par les différents ministères concernés. “C’est un suivi réel des projets qui a pour finalité une meilleure transparence et une valorisation des efforts consentis par les autorités locales”, conclura le ministre.

Source : Liberté

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires

saadoun 23/02/2010 21:02


la politique suivie par benaissa donne des résultats palpables dans tous les domaines,elle réussira plus vite si tous les acteurss'y impliquent{badr instituts,association...etc.c'est une politique
de terrain dont tout le monde
récoltera les dividendes.


Le Pèlerin 28/02/2010 00:24



Bonsoir Saadoun,
Je pense avoir déjà répondu à ce genre de message
Oui l'agriculture algérienne est en progrès mais il y a beaucoup d'impondérables et si j'en juge par les terres cultivables qui ne sont pas cultivées ( en tenant compte des jachères, je pense que
l'Algérie peut mieux faire
Elle ne doit pas se contenter du marché intérieur mais exporter et faire la promotion de sa propre identité et non pas quand elle exporte, prendre un autre label ( tunisien par exemple pour les
dattes)
Cordialement,
Le Pèlerin