Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

26 avril 2007 4 26 /04 /avril /2007 23:21
L’UE accorde 220 millions d’euros à l’Algérie

Ce programme, s’étendant sur trois ans, tient compte de la mise à niveau des petites et moyennes entreprises.
Les relations algéro-européennes ne cessent de se consolider. L’agriculture, le tourisme, l’enseignement supérieur...sont autant de secteurs concernés par ces rapports. Pour mieux les fructifier, l’Algérie bénéficiera, pour la période 2007-2010, d’un financement européen de 220 millions d’euros. Ce programme servira à soutenir des projets de diversification économique, des programmes sociaux et de formation universitaire, convenus, hier au Luxembourg, entre les deux parties sur la base du programme du gouvernement algérien. Un mémorandum relatif à ce programme de coopération dit «Programme indicatif national» pour la période 2007-2013, a été signé hier au Luxembourg au cours d’une séance plénière du 2e conseil d’association UE-Algérie par le ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères, Mohammed Bedjaoui, le ministre fédéral allemand et président du Conseil de l’UE, M.Franck-Walter Steinmeier et la Commissaire européenne aux relations extérieures et à la politique européenne de voisinage, Mme Benita Ferrero-Waldner. Pour la partie algérienne, cet accord servira, à plus d’un titre, l’économie nationale. D’autant plus qu’il «tient pleinement compte des priorités du programme du gouvernement», notamment celles relatives à la mise à niveau des petites et moyennes entreprises. Avec une enveloppe financière estimée à 40 millions d’euros, d’aucuns estiment que ce volet a bénéficié de la part du lion du programme. Quant aux autres projets qui bénéficieront de l’expertise et du financement européen, ils ont trait à la diversification de l’économie algérienne, notamment l’agriculture et le tourisme, deux secteurs potentiellement générateurs d’entrées en devises. D’autres secteurs ont été retenus pour cette coopération avec l’UE, principalement l’assainissement hydraulique nécessaire à l’optimisation de la mobilisation des ressources hydriques et la préservation de l’environnement, la recherche universitaire et la nécessaire liaison avec le secteur économique, et l’organisation du secteur de la santé. Aussi, ce programme concernera aussi bien la modernisation du système pénitentiaire que la réinsertion sociale des détenus considérée par l’Algérie comme un objectif prioritaire pour la prise en charge des séquelles de la tragédie nationale. Ce programme entre dans le cadre du nouvel instrument de financement de la coopération et de partenariat qui remplace les programmes MEDA à partir de cette année.
En ce sens, les observateurs n’hésitent pas à mettre l’accent sur l’échec dudit programme. Les pays de la rive sud de la méditerranée reprochent à leurs partenaires de la rive nord de vouloir les «gouverner à distance». En outre, le programme Meda n’a pas pris acte du problème de la circulation des personnes. Un casse-tête qui ne cesse de revenir au-devant de la scène à chaque occasion.
Par ailleurs, les deux délégations ont signé le protocole d’adaptation de l’Accord d’association (AA) aux 10 nouveaux membres de l’UE qui ont adhéré en 2004 à l’Union européenne après la signature de l’accord en 2002. Il s’agit de la Tchéquie, l’Estonie, Chypre, la Lettonie, la Lituanie, la Hongrie, Malte, la Pologne, la Slovaquie et la Slovénie. La même procédure sera également, appliquée ultérieurement pour la Bulgarie et la Roumanie, qui ont rejoint l’UE en janvier 2007.
En ce qui concerne l’accord d’association, celui-ci engage, dès son entrée en vigueur, tous les pays membres de l’Union.
 
Source Horizons
 
Le Pèlerin
 

Partager cet article

Repost0

commentaires