Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

26 avril 2007 4 26 /04 /avril /2007 23:29
Tipasa
Des femmes trônent sur quatre listes
 
Des 23 listes présentées aux prochaines élections législatives à Tipasa, quatre, d’entre elles sont pilotées par des femmes. Même si elles sont venues d’horizons politiques différents, ces têtes de listes comptent, outre la transmission aux citoyens de cette wilaya les idéaux ainsi que les programmes électoraux de leurs partis, démontrer à leurs semblables masculins que même en politique la parité est une réalité palpable et qui s’impose d’elle-même.
D’ailleurs, les grandes lignes de leurs discours de campagnes font de la promotion de la notion de l’égalité entre la femme et l’homme un objectif dont l’aboutissement ne pourrait être, selon les quatre, que positif. Ayant consacré 20 ans de sa vie au mouvement associatif, Sebti Tafida, fonctionnaire à la wilaya, a été choisie par le mouvement El Infitah pour chapeauter sa liste.
"Je suis présidente de l’association Ligne du front national 54 et fonctionnaire à la wilaya de Tipasa depuis sa création. De par ces deux expériences, je considère, avec toute modestie, que mon parcours m’a permis de mieux connaître les réalités de notre société ainsi que ses aspirations, partant, mes propositions ne peuvent s’inspirer que de celles-ci et du projet de société d’El Infitah", déclare-t-elle, avant d’ajouter que "je compte également porter à l’hémicycle de l’APN, si je suis élue, le message de notre jeunesse qui ne demande qu’à être impliquée dans les grandes décisions qui la concernent et qui touchent le destin de l’Algérie ".
L’autre tête de liste, à Tipasa, proposée par le Front national indépendant pour la concorde (FNIC) est une élue APW du parti de Louisa Hanoune. Après son élection à l’assemblée de la wilaya, Takkouche Kheira, puisque c’est d’elle qu’il s’agit, a préféré déserter les rangs du PT. Car, comme elle explique, "des divergences d’ordre politique avec la direction du parti des travailleurs ont influé la décision de mon retrait de cette formation ".
Luttant sous différentes casquettes et sur plusieurs fronts, la tête de liste du FNIC, est également une syndicaliste dans le secteur de l’éducation. Enseignante d’anglais dans un CEM de Sidi Ammar, elle table sur la représentativité de sa liste comme atout majeur pour réussir sa campagne afin de ratisser large. " Les candidats portés sur ma liste sont pratiquement tous issus des administrations qui gèrent différents secteurs, notamment ceux touchant le développement local.
Cela dit, je suppose que nos propositions sont loin de toute démagogie, bien au contraire, elles puisent leur substance des connaissances ainsi que de nos expériences", arguera-t-elle. Propulsée aux commandes de la liste du PT, Nessira Fatiha, TS en santé, compte faire des positions de sa formation son cheval de bataille, lors de cette campagne électorale.
" Par définition, le député est à la fois un législateur et un contrôleur de l’action gouvernementale, donc, sa mission première est d’envergure nationale, d’où alors l’accent que nous allons mettre, durant cette campagne, sur nos convictions politiques au sein du PT.
D’une manière plus explicite, je sensibiliserai les citoyens de cette wilaya, entre autres, sur la nécessité de la renationalisation des hydrocarbures, la sauvegarde de la souveraineté nationale, la défense du secteur public et la réconciliation nationale", fait-elle savoir, sans oublier aussi d’insister sur la proposition d’une loi portant statut des handicapés et la promotion de l’égalité entre l’homme et la femme au Parlement.
La quatrième femme tête de liste, Kerdjani Saida, défendra, quant à elle, les couleurs du PST. A la tête des listes ou parmi les candidats en lice pour ces joutes, la femme marque, d’une manière effective, de son empreinte l’ensemble des listes.
" Le temps où la femme est réduite à jouer le rôle de figurante en politique est révolu, aujourd’hui, composer avec elle pour tout projet, soit-il politique, est une réalité irréversible. D’ailleurs, ce n’est qu’une petite reconnaissance des sacrifices qu’elle a consentis pour que l’Algérie reste debout", tient à dire une moudjahida de Cherchell
 
Source Horizons
 
Le Pèlerin
 

Partager cet article

Repost0

commentaires