Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

7 juin 2007 4 07 /06 /juin /2007 23:15
Investissement dans le sud
Une commission de «dé bureaucratisation»
Organisée en collaboration avec l’université Kasdi Merbah de Ouargla et la Chambre de commerce et d’industrie des Oasis, la rencontre a regroupé les représentants des directions de l’industrie et des mines, ceux des chambres de commerce et d’industrie et des investisseurs de Ghardaïa, Laghouat, Biskra, El Oued, lllizi, Tamanrasset et Ouargla.
Les travaux se sont localisés sur l’amendement apporté par l’ordonnance 06-08 du 15 juillet 2006 à la 01-03 du 20 août 2001 portant promotion de l’investissement, ses effets sur le système d’éligibilité, les avantages octroyés, les procédures et la croissance des investissements et présenté par M. Mansouri, SG de l’ANDI. Le bilan 2002-2008 du guichet unique décentralisé de Ouargla qui couvre sept wilayas du Sud-Est a démontré la déficience des investissements à mesure qu’on va plus au Sud et leur prévalence à Ouargla, avec 1560 dossiers pour 73 millions de dinars, El Oued avec 228 dossiers pour 9 millions de dinars et El Oued avec 239 dossiers pour 21 millions de dinars. Les statistiques illustrent également la faiblesse des investissements dans les secteurs productifs et la prédominance du secteur du transport, ce qui dénote une fois de plus l’inexistence d’un esprit entrepreuneurial et d’un investissement visant le développement durable et la création de richesses. Les principales préoccupations des investisseurs présentés autant par les chambres d’industrie et de commerce que par l’association professionnelle des opérateurs économiques de l’oued Righ dénudent les contraintes du Sud non prises en charge par la réglementation en vigueur et qui font que l’investissement et l’exploitation des unités industrielles reviennent plus cher qu’au Nord. On relève notamment les conditions climatiques, l’éloignement des ports, des gisements de matières premières. des marchés, des sources d’énergie et des centres de décision ainsi que l’absence d’infrastructures. A ces contraintes, des solutions sont proposées, notamment l’octroi du régime dérogatoire prévu dans l’ordonnance 01-03 du 20 août 2001 relative à la promotion de l’investissement pour les projets déclarés au-delà de cette date, vu leur implantation dans des zones non développées et classées antérieurement dans la liste des zones à promouvoir, l’extension des avantages fiscaux et parafiscaux, l’allégement des cotisations sociales, la viabilisation des zones industrielles et zones d’activités, la supplantation des câbles électriques aériens par d’autres enterrés pour sécuriser les unités industrielles, développer et moderniser l’infrastructure ferroviaire, équiper et étoffer les services des banques et des douanes et enfin créer la Banque du Sud pour gérer le Fonds du Sud en finançant les projets spécifiques au Sud. A souligner enfin les résultats de l’étude menée par deux chercheurs de l’université de Ouargla sur l’avenir de l’investissement dans le sud du pays qui, malgré la note optimiste quant à l’existence de projets étatiques structurants à l’effet d’entraînement, notent les disparités régionales, le taux important d’analphabétisme et le manque de qualification au sein des populations actives.
Source El Watan
Le Pèlerin
 

Partager cet article

Repost0

commentaires