Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

14 juin 2007 4 14 /06 /juin /2007 23:25
GIOVANNI...


C'est Giovanni, le play-boy de Seraing ville haute, qui sort en discothèque et qui parvient à se lever un vrai canon, une petite étudiante d'à peine vingt ans. Sans faire de façons, la belle accepte qu'il la raccompagne jusque chez elle, dans son petit studio.

Bref, en moins de temps qu'il ne faut pour le dire, Giovanni est au lit avec la donzelle qui s'avère être tout sauf le premier prix de vertu.

Giovanni en profite pour lui faire passer en revue les grands classiques du genre : l'hélicoptère hawaïen, la brouette tonkinoise, le tire-bouchon américain, l'omnibus renversé, j'en passe et des plus compliquées. Giovanni les fait toutes !

Seulement voilà, après avoir tiré cinq salves, le play-boy des banlieues est vraiment au bout du rouleau. Ne voulant pas montrer ses faiblesses, il avoue :

"Écoute chérie, je te ferai bien l'amour jusqu'au petit matin, mais je vais devoir arrêter: je n'ai plus de capotes! "

Et là, la nymphomane lui donne le coup de grâce :

"Mais voyons Gigi, ne t'inquiète pas pour ça : je passe à la salle de bains me rafraîchir la boite à plaisir et je te ramène ma cargaison de capuchons. Tu vas les aimer, ce sont des Durex extra-fins !

"Ça, c'est plus que Giovanni ne peut en supporter: à peine a-t-elle tourné le dos qu'il a déjà enfilé son pantalon et l'instant d'après, il a quitté les lieux, bien décidé à ne pas avoir avoir à remettre le couvert une sixième fois ou plus encore.

Un quart d'heure plus tard, la sonnette de la porte d'entrée retentit. La fille va ouvrir et tombe sur une de ses copines, pliée de rire.

"- Qu'est-ce qui se passe ?" Lui demande-t-elle.

"- Un truc incroyable", lui répond sa copine. "Au bas de ton immeuble, il y avait un bel italien qui s'apprêtait à faire pipi le long de la gouttière, et je l'ai entendu supplier en regardant sa braguette Allez, sors Nénette, t'as plus de raison d'avoir peur, c'est seulement pour faire pipi maintenant !

(merci à PAULINE pour cette farce)
 
De la part d’une Correspondante
 
Le Pèlerin
 
Partager cet article
Repost0

commentaires