Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

16 juin 2007 6 16 /06 /juin /2007 23:07
Dessalement de l'eau de mer

La station de dessalement de l'eau de mer d’El-Hamma (Mohamed-Belouizdad) sera opérationnelle au mois de décembre prochain.  Les tests seront effectués en juillet.

D’une capacité de 200 000 m3/jour, l’usine du Hamma est constituée de trois unités composées de neuf trains d’une capacité de 25 126 m3/j par train. Le coût du projet de cette station, qui produira l’eau conformément aux normes internationales et suivant le procédé appelé «osmose inverse», est estimé à 250 millions de dollars, a précisé  Badis Derradji, chef du projet. Cette estimation a été faite lors de la visite d'inspection du ministre de l'Energie, Chakib Khelil, de l'usine de dessalement d'eau de mer d'El Hamma (Alger).
Ce financement est monté, nous dit-on, selon la formule du project financing sans garantie de l’Etat ni celle des banques. C’est le projet lui-même, à travers les ressources qu’il génère, qui s’autogarantit. En d’autres termes, les partenaires rembourseront leurs dettes à travers les recettes de la commercialisation de l’eau produite, explique le ministre de l’Energie et des Mines lors d’une conférence de presse tenue à l’issue de cette visite.
D’une durée de réalisation de 24 mois, ce projet est dans un état d’avancement estimé à
77 %. L’usine d’El Hamma est destinée à couvrir un tiers des besoins en eau de la capitale estimés à 600 000 m3 d’eau par jour. Selon le ministre de l’Energie et des Mines, le prix du mètre cube de l’eau est compétitif, il oscillera entre 45 et 55 DA/m3.
Précisant que 200 000 m3/j équivaut à 200 millions de litres tout en rappelant que la consommation journalière d’une personne en matière d’eau est de 100 l/j, le ministre a indiqué que pas moins de 2 millions de personnes peuvent être approvisionnées par la station d’El Hamma.  
«En 2009, une grande partie du programme de dessalement d’eau de mer sera achevée, soit  80%», a avancé le ministre, ajoutant qu’«en 2010, tous les projets seront terminés et atteindront l’objectif de 2,300 millions de m3 /j c'est-à-dire 2 ,3 milliards de litres de l’eau/j  approvisionnant ainsi 23 millions de personnes».
Au chapitre du programme national de réalisation des 13 unités de dessalement pour une capacité globale de 2,260 millions de m3/jour, Amanallah Sari, président-directeur général d’Algerian Energy Compagny (AEC) (filiale de la Sonatrach et de la Sonelgaz), a rappelé que le programme national, lancé ou à lancer en partenariat entre l’AEC et les entreprises étrangères spécialisées dans le domaine notamment canadienne et espagnole, sera achevé entièrement en 2010. Parmi ces projets, il a cité la centrale de
Kahrama, d'une capacité de
99 000 m3/j d'eau en production, le projet d'El Hamma, et les autres projets dont certains sont au stade de la construction et d'autres en phase d'appels d'offres.
Le P-DG de AEC, M. Sari, a indiqué que l'usine de Skikda d'une capacité de 100 000 m3/jour sera mise en service partiellement fin 2007, tandis que celle de Beni Saf, d'une capacité de 200 000 m3/jour, le sera à la mi-2008.
Il a, d'autre part, annoncé la mise en chantier en juin prochain d'autres projets tels que ceux de Honein (Tlemcen) avec 200 000 m3/j, de Mostaganem (200 000 m3/j) et Cap Djanet, à Boumerdès (100.000 m3/j). 
«D'ici le mois de juin prochain, nous pourrons engager en termes de chantier 500.000 m3/j», a indiqué M. Sari en ajoutant que d'autres projets sont en phase d'évaluation technique.
Revenant sur le plus grand projet de la Macta (Oran) , d'une capacité de 500.000 m3/jour, en cours d'appel d'offres, M. Sari a précisé que 9 soumissionnaires ont déjà retiré les cahiers des charges le concernant.
L'ouverture des plis des offres techniques relatives à ce projet aura lieu fin mai ou début juin de cette année, selon le même responsable.
Source la Nouvelle République
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires