Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

4 mai 2007 5 04 /05 /mai /2007 23:02

  Pollution à Tipasa

La démission citoyenne

Un nouveau phénomène de pollution des espaces naturels a pris de l’ampleur dans la wilaya de Tipasa. Pour vérifier cette désastreuse situation, il suffit de faire une balade sur les pistes et les routes. Les citoyens qui font du footing en connaissent un bout.

Cette pollution des espaces naturels diminue en intensité, au fur et à mesure que l’on s’achemine de la plage Colonel Abbès vers la côte Ouest de Tipasa. Certes, les familles avec leurs enfants n’hésitent plus à se rendre en villégiature dans de multiples endroits superbes de la wilaya pour fuir la ville et son stress. Des jeunes couples préfèrent opter pour l’isolement au milieu des parcs naturels pour vivre des moments de paix et de rêves. La préservation de ces lieux paradisiaques ne fait pas partie des soucis de ces visiteurs. Des sachets en plastique, des bris de verre de bouteilles de limonade, des journaux, des morceaux de carton d’emballage, des canettes de boissons alcoolisées, des préservatifs, des excréments… voilà par quoi nos yeux sont agressés le long des chemins, lors des promenades effectuées sur les différents sites naturels qu’offre le territoire de la wilaya, notamment la bande du littoral. Pour passer une journée agréable avec en sus un pique-nique familial, les familles se rendent à ces endroits isolés en voiture, abandonnant sur les lieux des déchets qui polluent ces espaces. Ce n’est pas un fait rare, mais une image qui se répète malheureusement. D’autres n’hésitent pas à déraciner les jeunes arbres pour agrandir l’espace. De même, la mer n’est en fait, pour certaines familles, qu’un dépotoir : on balance toutes sortes d’ordures dans la grande bleue. Hélas, si la volonté de protéger l’environnement naturel pour bénéficier de ses bienfaits est réelle, il manque ce petit geste de chaque visiteur. L’aménagement des espaces verts et des forêts récréatives est un atout pour le développement du tourisme. Les pollueurs de plus en plus nombreux mettent en péril les espaces naturels de la côte de la wilaya de Tipasa. Les responsables des communes, fréquentées par les visiteurs, n’ont pas pris des mesures et des initiatives efficaces, pour faire reculer ce phénomène. Au port de Tipaza, chef-lieu de la wilaya, les bus qui transportent les familles et les étudiants, venus en excursion pour visiter les sites, quittent le parking en laissant derrière eux des endroits sales. Les jeunes « gardiens » (ndlr, un business rentable) se contentent d’encaisser le droit du parking. Les efforts de l’Etat en matière de protection de l’environnement ne constituent qu’une goutte dans l’océan face au tsunami des pollueurs. La saison estivale s’annonce déjà éprouvante au niveau de la côte de Tipaza, si aucune action n’est entreprise pour faire cesser cette forme de pollution. Avec ce rythme, la « pénurie » des sites naturels propres se profile à l’horizon, au moment où, ailleurs, l’on parle de protection de la nature.

Source El Watan

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires