Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

26 juin 2007 2 26 /06 /juin /2007 23:52

Journee du Pain à Tipasa

L’orge et le son réhabilités
 
Le comité national des boulangers a organisé, hier à la salle omnisports de Tipasa, une journée sur le pain, durant laquelle une exposition de différentes gammes du pain traditionnel s’est tenue.
En parallèle, une série de conférences animées, entre autres, par le président du comité national des boulangers ainsi que des médecins spécialistes a porté, notamment, sur les vertus nutritives du pain traditionnel par rapport au pain blanc, produit de large consommation en Algérie.
Lors de son intervention, Maamar Hentour, président de la fédération des boulangers (UGCAA) a été catégorique : «En matière de valeur nutritive, le pain traditionnel est de loin meilleur que le pain blanc». Plus explicite, ce conférencier a développé une analyse basée sur des données scientifiques : «La partie du grain de blé la plus riche en sels minéraux, vitamines et fibres, est son enveloppe externe.
Or, le pain blanc dont la matière première est la farine de type 55, commercialisée dans la majorité des boulangeries, est pauvre en minéraux. Cela dit, la cause de ces carences est imputable au raffinage du blé dans les minoteries qui élimine systématiquement l’enveloppe externe du grain. »
Et de poursuivre : « opter pour le pain traditionnel est devenu non seulement une nécessité diététique et nutritionnelle, mais mieux encore, il contribuera, à coup sûr, à réduire en sus de la facture de l’importation du blé, qui actuellement a atteint 70% de nos besoins nationaux, la facture des médicaments.
Car, beaucoup de maladies gastriques sont favorisées par la consommation quasi exclusive du pain blanc». Abondant dans le même sens, Tefani Souhila, diététicienne au CHU de Bab El-Oued, s’est attardée sur les différences entre les deux produits. «Les vitamines du groupe B dont on connaît l’importance pour le corps humain sont concentrées et dans l’enveloppe et dans le germe. Ne consommer que le germe revient à dire qu’on se prive d’une partie de ces vitamines». Lui succédant, le Dr Halbouche, économiste, a développé pour sa part les aspects liés à la production nationale de blé et céréales, la forte dépendance du pays qui importe l’essentiel de ses besoins de l’étranger, essentiellement de France, les Etats-Unis d’Amérique ou le Canada. M. Halbouche a précisé que beaucoup de pays exportateurs risquent, dans les décennies à venir, de devenir des pays importateurs de blé. Ainsi en est-il de la France.
«Il est urgent de mettre en œuvre des politiques d’autosuffisance, en céréales en particulier, pour ne pas subir les contrecoups d’une crise mondiale comme cela s’est fait, dernièrement, pour la poudre de lait», a-t-il conclu. Il faut préciser que le nombre de boulangers recensés en Algérie avoisine les 14 000 dont 30% sont affiliés au comité national des boulangers, selon son président.
A l’occasion de cette manifestation économique et culturelle, des artisans boulangers et pâtissiers venus des différentes wilayas du Centre, ont exposé une gamme variée de pains traditionnels. Les nombreux participants ont été conviés à une séance de dégustation où nombre de jeunes ont été surpris par la qualité gustative des pains kabyles faits à base de plantes odorantes et d’huile d’olive.

Source Horizons
 
Le Pèlerin
 

Partager cet article

Repost0

commentaires