Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

27 juin 2007 3 27 /06 /juin /2007 23:48

Pourquoi les Quinquas préfèrent les Jeunes

C’est inscrit dans les gènes depuis l’âge des cavernes : côté nanas, l’Homo Sapiens qui s’obstine à aimer les femmes les préfère plus jeunes que lui, passée la cinquantaine rugissante. Mais qu’ont fait les femmes de 50 ans pour mériter ça ? Elles les fatiguent…

Ces femmes d'enfer qui les fatiguent

vie sexuelle à 50 ans

Depuis que nos baby-boomeuses femelles, liftées de près, relookées de frais, aérobiquées au plus près, véritables bombes sexuelles du troisième millénaire, ressemblent à leurs petites-filles et dansent le Chihuaha avec des grâces élancées de gazelles exotiques, c’est vrai que les hommes de cinquante berges et plus, éblouis par cette métamorphose, devraient tomber comme des mouches. Roucouler dans leurs âges pour éviter à Cupidon le conflit de générations.
Eh bien non ! Statistiquement parlant, on est encore loin du compte…
Les quinquas lambda aux mœurs sans surprise ne cachent même plus leur crainte historique de se faire broyer par les femmes matures d’aujourd’hui. Celles qui mènent leur vie au rouleau-compresseur.

 

Tombé sur une folle du Kamasutra

Depuis que nos baby-boomeuses femelles, liftées de près, relookées de frais, aérobiquées au plus près, véritables bombes sexuelles du troisième millénaire, ressemblent à leurs petites-filles et dansent le Chihuaha avec des grâces élancées de gazelles exotiques, c’est vrai que les hommes de cinquante berges et plus, éblouis par cette métamorphose, devraient tomber comme des mouches. Roucouler dans leurs âges pour éviter à Cupidon le conflit de générations.
Eh bien non ! Statistiquement parlant, on est encore loin du compte…
Les quinquas lambda aux mœurs sans surprise ne cachent même plus leur crainte historique de se faire broyer par les femmes matures d’aujourd’hui. Celles qui mènent leur vie au rouleau-compresseur.

Besoin d’être rassuré et admiré»

Marc vit aujourd’hui avec Nicole, 36 ans, chef de rang dans un deux-étoiles, qu’il a rencontré devant un cassoulet et qui boit ses paroles quand ce fin connaisseur parle de bon vin. "Avant, dit-il, je n’étais rien. Maintenant on m'écoute…" Important, l’écoute, pour les hommes de 50 ans. Ils ont tant de choses à raconter et à faire admirer.
Le syndrome répulsif de l’amazone, de "l’exécutive woman" désespérément égocentrique et sourde aux élans du cœur, qui traite son compagnon à l’américaine, comme une réunion d’entreprise rondement menée, constitue un facteur déterminant dans la peur de l’homme mûr pour la femme accomplie de l’ère post-industrielle. Dès lors, comment serait-il le héros de ces créatures sur actives qui ne vous laissent pas la moindre chance de les consoler ?

L’Empire du juste milieu

André, 52 ans, avoue qu’il ne se voit pas avec une quinqua à son bras. "J’aurais l’impression de sortir avec ma mère…"dit-il cruellement. Mais comme il ne veut pas non plus risquer le ridicule de "sortir avec sa fille", il s’en remet à la formule mathématique de la sagesse chinoise : diviser l’âge de l’homme par deux et rajouter huit pour trouver l’âge de sa future moitié ! Pour Gérald , "psy" de 54 ans "en recherche de compagne", la cause est entendue : il (re)vit depuis peu avec une artiste qui, à 50 ans, en paraît à peine 35 ! Cela lui inspire une jolie réflexion : "Les hommes de notre âge, qui font de plus en plus jeunes, ont peur de deux choses : des femmes qui les vieillissent et de celles qui les prennent pour des gamins !" Entre les deux, heureusement, il reste encore de la marge.

Source Senior Planet

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires