Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

5 juillet 2007 4 05 /07 /juillet /2007 23:53

Algérienne, profondément algérienne...

« Vous savez ce qui frappe le plus les Algériens qui viennent en France ? C’est la police ! »
a dit  Coluche
Son père, Jacques Chevallier, maire libéral d’Alger dans les années de feu, était viscéralement attaché à cette terre d’Algérie, au point où il y vécut après l’indépendance et où il repose aux côtés des siens, selon ses vœux.
Jacques est décédé en 1971 des suites d’une longue maladie. C’est dans l’avion privé de Chaban-Delmas, alors Premier ministre français, que sa dépouille a été rapatriée. Avec son regard clair, son sourire désarmant et ses silences parlants, Corinne est plus que la fille de son père auquel, au demeurant, elle voue une immense admiration. Historienne, romancière et profondément algérienne, elle avoue qu’elle ne peut vivre ailleurs qu’ici. Dans sa demeure au style mauresque sur les hauteurs d’Alger, on hume déjà un parfum d’histoire. On y décèle aussi l’empreinte du célèbre architecte Pouillon, qui en a tracé les contours et qui a souvent fréquenté ces lieux en sa qualité d’ami de la famille. Avec une infatigable passion, elle s’est mise à écrire il y a trois décennies. On voit bien que derrière une apparence réservée, Corinne cache un personnage opiniâtre qui, quoi qu’on dise, est en train de se faire un prénom ! Née le 5 juillet 1935, ici même, elle y a toujours vécu. « J’ai la chance de vivre à l’endroit même où je suis née », confie-t-elle en précisant que sa famille vit depuis des siècles à Alger et ses ancêtres reposent au cimetière Bru. Six générations se sont ainsi succédé. De son enfance, elle ne garde que quelques souvenirs épars. « Je me rappelle vaguement du débarquement des Américains qui ont largué leurs bombes sur Alger en 1942. Mon père, alors jeune maire d’El Biar, partait au boulot sous les bombardements. Il prenait des risques certains, mais il n’a jamais reculé. Jeune, j’ai fait mes études à Sainte Geneviève, près de l’hôtel Saint Georges. Plus tard, bien plus tard, ma dernière fille a fréquenté la même école. On a considéré que l’école algérienne était suffisamment rodée pour y mettre notre enfant qui a appris l’arabe avant le français. Elle se prénomme Wassila-Eloïse et est actuellement professeur d’art islamique à la Sorbonne. En 1943, mon père est parti faire la guerre à Monté Cassino en Italie. Puis, il a été envoyé en Amérique pour le contre-espionnage du fait que sa mère, dont je porte le prénom, était Américaine. » Corinne avoue qu’elle avait de l’admiration pour ce père qu’elle adorait.
 
Devoir de mémoire 
« J’étais très proche de lui. On partageait les mêmes idées pour ce pays, notre pays. Les livres, c’est un peu pour lui que je les ai écrits », confie-t-elle l’émotion à fleur de peau. Puis, notre écrivaine nous fera savoir qu’elle et sa famille étaient les rares personnes d’origine française à déambuler dans la Casbah. « Notre père nous racontait l’histoire tourmentée de cette citadelle. Il nous emmenait sur les remparts occupés par la soldatesque française, nous montrait la baie et nous racontait l’histoire de Charles Quint dans sa lutte contre les Ottomans, qui l’entraîne en Afrique du Nord. Les événements d’Europe l’obligent à renoncer définitivement à sa politique musulmane et méditerranéenne. Toutes ces péripéties m’ont marquée. Cela m’a travaillée et j’étais fascinée par l’histoire de cette ville. Quand j’ai voulu raconter cette histoire bien plus tard, après des recherches, j’ai trouvé beaucoup de choses inédites. Je me suis alors juré d’écrire le livre que je n’ai pas trouvé... J’ai appris que le contexte colonial a largement défiguré l’histoire de ce pays. Je me suis aperçue que les Algériens ne connaissaient pas leur passé. Je me suis appesantie sur le XVIe siècle en cherchant à savoir ce qui s’est réellement passé. J’ai procédé à des recherches, une thèse que j’ai faite toute seule. J’avais assez d’éléments pour écrire une histoire romancée de cette époque. C’est comme ça qu’est né Les Trente premières années de l’Etat d’Alger (1510-1541) qui dément la thèse selon laquelle l’occupant français n’a pas trouvé d’Etat algérien en 1830. » Lorsqu’on décortique le parcours personnel de Corinne, il nous suggère un lien généreux et humaniste à la société algérienne. Cet attachement, lui avons-nous demandé, ne s’explique-t-il pas par la conjonction de l’histoire familiale et son tempérament personnel forgé sans doute dès la petite enfance ? La réponse est immédiate. « C’est certain, car j’ai été élevée dans un milieu familial très ouvert. On ne m’a jamais appris que les ancêtres des Algériens étaient les Gaulois. On m’a toujours expliqué que l’Algérie était mon pays. Je l’aime et la réciproque est vraie. En 1962, quand il y a eu les accords d’Evian, invitant les Français d’ici à opter, je n’ai pas hésité à prendre la nationalité algérienne. Je ne voulais pas être étrangère dans mon pays. Sincèrement, je ne me voyais pas vivre ailleurs. L’Algérie, c’est le pays de mes ancêtres. Je ne peux nier la France, mais je n’ai aucune attache là-bas ! » 
Un père attentionné
 
La référence à son père est sans doute un devoir de mémoire mais aussi une preuve d’amour. « Mon père était profondément persuadé de la nécessité d’indépendance et aimait la France. Il espérait une indépendance dans un cadre d’amitié. Les ultras le surnommèrent ‘‘le maire des Arabes’’. Ce qui n’a pas empêché l’autorité qu’il représentait de l’humilier. Lorsque de Gaulle après son discours au Forum d’Alger a invité les officiels au Palais du peuple, il a omis mon père, pourtant maire d’Alger. Mon père en a été profondément touché. Un seul homme a osé. C’est Mgr Duval qui est sorti de la réception et est venu réconforter mon père abattu après un tel affront. Quant à ses amis, ils se sont bizarrement éclipsés. » L’œuvre littéraire de Corinne, plus particulièrement l’incursion qu’elle fait dans l’histoire algérienne des XVe et XVIe siècles, souligne chez elle une jonction entre passé et présent qui peut être comprise comme une appropriation identitaire. Peut être est-ce là une réflexion sur la problématique des racines ? Cette vision des choses semble la surprendre, sinon la déconcerter. « Mon livre est vraiment dans le passé. C’est une démarche historienne de réappropriation, de redécouverte du passé et du souci de le faire partager. C’est un peu grandiloquent de ma part mais je veux rendre à mon pays, l’Algérie, ce que la France m’a enlevée. La France a laissé croire que les troupes françaises, lors de leur débarquement en 1830, n’ont pas trouvé de nation algérienne. C’est le début de la falsification de l’histoire. Avant 1830, il y avait des moments de gloire, trois siècles auparavant que j’évoque dans mon livre. C’est dire qu’il y avait une histoire avant l’histoire. Je vais vous raconter une anecdote : une de mes amies après avoir lu mon livre m’a appelée pour me dire : ‘‘Après lecture, j’ai l’impression que j’ai, enfin, un mur sur lequel je peux m’adosser.’’ Faire ainsi œuvre utile est une indicible satisfaction morale », résume-t-elle. Comme on a pu le constater, son travail d’écrivaine se distingue par une double insertion dans l’espace d’Alger et de la Méditerranée. Nous lui avons demandé en quoi ces sphères appartiennent-elles à un imaginaire universel. « La Méditerranée ? N’est-ce pas le centre culturel et civilisationnel du monde ? C’est le berceau de l’humanité, des religions. C’est le cœur du monde qui nous appartient à tous. Quant à Alger, El Djazaïr, c’est ma ville natale. C’est une ville magnifique qui, malheureusement, se détériore de jour en jour. Mais je pense qu’elle a été tellement gâtée par la nature qu’il est difficile de l’abîmer au plan esthétique. Elle reste une ville merveilleuse même si je déplore la façon dont elle est traitée. La Casbah, hélas, m’inspire une immense tristesse. Certes, elles a été défigurée par les Français en 1830 mais elle s’est encore dégradée depuis l’indépendance. J’en suis malade. Les maisons ne sont pas restaurées dans les normes requises. On a l’impression qu’on attend qu’elles partent à la mer. C’est inacceptable car il s’agit du cœur d’Alger, de son histoire, de sa mémoire. » 
Alger, source d’inspiration 
De son point de vue d’écrivaine, d’historienne, nous l’avons interpellée sur le rôle de l’intellectuel et comment celui-ci aide-t-il à l’éveil citoyen et à la complexité du rapport à l’histoire. A-t-elle le sentiment que ses romans ont permis à ses lecteurs de savoir d’où ils viennent et au public étranger de porter un autre regard sur l’Algérie ? Elle rebondit tout de suite : « Je le souhaite ardemment. Je serais heureuse et gagnerais beaucoup si mes livres aident à éclairer les enfants de ce pays. Les impressions que j’ai sont favorables et cela me conforte dans mes convictions. Je veux dire que dans un pays dont on a obstrué l’histoire, c’est une petite fenêtre dans laquelle il faut s’engouffrer. Mais attention, il ne faut pas leurrer les gens. Il faut que l’histoire soit établie sur des faits, des documents, des dates et des preuves, et basée sur une étude rationnelle et scientifique. » Son dernier livre La nuit du corsaire suscite chez elle un sentiment de fierté lorsqu’elle évoque les péripéties qui ont amené à la confection de cet ouvrage, on distingue une éclatante lueur dans ses yeux. Il est vrai que ce travail a nécessité d’énormes sacrifices auxquels sa famille, heureusement, a consenti. Elle s’en explique. « Les recherches m’ont pris 15 ans de ma vie. Ce roman est l’aboutissement d’un rêve. L’histoire d’Alger au XVIe siècle me passionnait et je voulais la conter d’une autre manière moins conventionnelle, moins rébarbative. » De quoi s’agit-il en fait ? Corinne a inventé le personnage principal de son roman, Djabber et sa famille algéroise. Djabber est un corsaire qui le devient malgré lui. Il s’est laissé entraîner par Barberousse qui lui communiqua l’amour de la mer et celui d’être corsaire. « J’ai voulu montrer qu’il y avait des corsaires algérois qui ont participé à la construction et à la défense de l’Etat algérien, sans être commandités par les Turcs. Barberousse, quant à lui, a eu le mérite de transformer la petite ville de pêcheurs et de commerçants qu’était Alger en un véritable Etat ! » Lorsqu’on demande à Corinne pourquoi elle n’a pas mis autant de cœur à écrire aussi sur l’histoire contemporaine, elle nous arrête net. « Je n’aime pas beaucoup le temps où l’on vit, c’est pourquoi, peut-être, je me réfugie dans le passé. C’est personnel. Et puis, les années passées n’ont pas été des années agréables avec leur lot de guerre, de terrorisme. Nous les avons en nous. Il se pourrait qu’un jour je me mette à écrire sur ce sujet pour témoigner et laisser une empreinte à mes enfants... » 
Parcours
Corinne Chevallier est née en 1935 à Alger où elle vit depuis. Toutes ses études, elle les a effectuées dans la capitale algérienne. Elle commence par écrire un premier livre pour les jeunes, Des ruines, des chèvres, des bateaux. En 1986, elle publie à l’OPU Les Trente premières années de l’Etat d’Alger 1510-1541 et collabore en 1992 à la collection Histoires de l’Histoire de la maison Hatier, avec Prisonnier de Barberousse qui obtient le prix du roman historique pour la jeunesse de la ville de Nancy. En 2001, elle publie un roman La petite fille du Tassili chez Casbah Editions. Passionnée par l’histoire d’Alger, elle a effectué plusieurs voyages en France et ailleurs pour ses recherches notamment concernant la période du XVIe siècle. La nuit du Corsaire est son dernier roman qui relate la période du XVIe à Alger. Ce livre lui a pris 15 ans de sa vie. « C’est l’aboutissement d’un rêve », fait-elle savoir. Elle apporte un démenti à ceux qui prétendaient qu’il n’y avait pas de nation algérienne avant 1830. « Il y a l’histoire avant l’histoire », formule-t-elle subtilement. Mme Corinne est mère de 6 enfants. 
Source El Watan
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires

TRIAY BERNARD 31/12/2010 23:50



je m'appelle triay bernard mon père était conseiller municipal et je suis le filleul de votre père j'aimerais savoir si vous vous sevenez de lui



Le Pèlerin 02/01/2011 11:10


Bonsoir Bernard? Je ne savais pas que mon père avait un filleul Il est vrai que j'ai perdu mon père alors que j'étais encore très jeune...et je ne me souviens pas de votre père non plus… Pourriez
vous me dire de quel mairie votre père étai le conseiller municipal, Cela me permettait d'orienter mes recherches En attente d'une réponse de votre part je vous souhaite une bonne année et vous
prie d'accepter mes plus cordiales salutations Le Pèlerin