Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

24 juin 2007 7 24 /06 /juin /2007 23:27

La polémique prend une dimension internationale

Ghoul, les lobbies et l’autoroute
 
Depuis le lancement d’une pétition nationale contre le tracé de l’autoroute à El-Kala, l’affaire a pris de l’ampleur, quand Al-Jazeera a repris l’information. Le ministre, de son côté, rassure et plaide  la création d’un observatoire de suivi des travaux associant notamment le ministère de l’Environnement.
Le ministre des Travaux publics, M. Amar Ghoul, a plaidé hier pour la création d’un observatoire de suivi de la réalisation du tronçon du parc d’El-Kala, qui veillera à la stricte application des mesures d’environnement préconisées par une étude de l’impact sur l’environnement. Le comité sera constitué d’experts et de cadres relevant des ministères des Travaux publics, de l’Agriculture et de l’Environnement et de l’Aménagement du territoire.
Ce vœu intervient comme une assurance du ministre à ceux qui s’opposent au passage de l’autoroute par le parc.
Il précisera, par ailleurs, qu’il s’agit d’un projet du gouvernement, de l’Algérie, et non celui de son département qui fait face à des attaques ces derniers jours.
Il était obligé de faire la genèse du projet qui remonte aux premières années de l’Indépendance pour convaincre de ses bonnes intentions, mais surtout de l’utilité nationale et régionale de ce projet qui, par ailleurs, a suscité bien des convoitises de la part des grandes firmes internationales de réalisation. Au plus petit détail, Amar Ghoul énumérera toutes les mesures prises pour la préservation de l’environnement et le respect rigoureux des normes internationales. “Nous avons opté pour les normes européennes qui sont draconiennes”, a-t-il dit.
Mais l’affaire a pris de l’ampleur. Au tout début, comme par hasard, une pétition est initiée — par qui d’ailleurs ? — pour protester contre le tracé qui porterait atteinte à l’environnement dans le parc qui abrite déjà 11 communes d’El-Kala. Vite, l’affaire prend de l’ampleur, et le ministre est personnellement pris pour cible. Al-Jazeera, via sa succursale Maghreb basée au Maroc, s’empare du sujet et en fait une lecture assez tendancieuse. Lecture qui n’est pas innocente dans le contexte actuel où le Maroc en négociations directes avec le Front Polisario tente d’impliquer, dans une autre tentative de diversion et de fuite en avant, l’Algérie comme partie prenante du conflit sahraoui. Depuis quand Al-Jazeera fait dans l’écologie ? Elle n’est pas à une première de ce genre puisque depuis son installation au Maroc, elle n’a jamais raté une occasion de “tomber” sur l’Algérie.
Et que cette chaîne de télévision s’intéresse à ce dossier et en fasse l’objet d’une telle attention, c’est que Amar Ghoul dérange et dérange des intérêts. Cela depuis le lancement du projet. En effet, malgré la transparence de la procédure de soumission jusqu’à l’octroi du marché aux deux entreprises asiatiques, le ministre n’a pas échappé aux attaques. Ainsi, la société américaine Bechtel, éliminée de la course, a élaboré un rapport appuyé d’une étude pour démontrer qu’il y a eu surfacturation, une sorte de fraude de la part des deux entreprises retenues, avec implicitement la complicité du ministre en charge du projet. Les Américains se seraient plaints auprès du président de la République. Le ministre était-il alors contraint de prouver le contraire ?
Maintenant que les chantiers sont lancés, les critiques reprennent en usant du mobile de l’écologie. Il est alors poussé à répondre à la presse qui l’a accusé “d’entêtement” et de donner tous les détails concernant le choix du tracé, ses avantages avec un accent particulier sur les mesures pour éliminer les effets négatifs sur l’environnement, la faune et la flore dans le parc. D’ailleurs, a-t-il argué, à juste titre, plusieurs pays ont construit des autoroutes traversant des lacs et des sites protégés. Cela n’a pourtant pas soulevé autant de critiques. Détourner le tracé comme suggéré par certaines voix remettrait en cause toute la vision liée à cette autoroute, engendrerait des surcoûts, ne participerait pas au désenclavement de la région et éliminerait de facto toute possibilité d’investissement. En plus, il sera impossible, à moins d’une rallonge de 200 à 250 milliards de dinars, de la rattacher à l’autoroute tunisienne. Il a montré son étonnement devant “l’entêtement” des gens à le considérer anti-écologiste, alors que le tracé n’affecte que 0,2% de la superficie du parc, mais surtout à considérer le projet comme sien. “C’est un projet du gouvernement algérien, de l’État algérien”, n’a-t-il cessé de marteler. Aussi a-t-il invité tous ceux qui peuvent avoir une idée plus avantageuse à la proposer. “Nos portes sont ouvertes pour quiconque a une idée, une autre option à proposer”, dit-il.
N’ayant pas trouvé les véritables raisons de “ces coups”, Ghoul a mis cela sur le compte du manque de communication.
Soucieux du respect rigoureux des contrats, le ministre est souvent sur le terrain inspectant les chantiers. Jeudi, il a inspecté le chantier de la 2e rocade d’Alger. Point par point, il a fait tout le couloir déjà ouvert, entre 80 et 90%, de Zéralda jusqu’à Hammadi. Il a insisté particulièrement sur l’expropriation avec ses trois recommandations : équité, justice et souplesse de la loi, ainsi que le respect des délais de réalisation et la qualité de l’ouvrage. 
Source Liberté
 
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires