Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

11 juillet 2007 3 11 /07 /juillet /2007 23:03

Bientôt un nouveau régime de rémunération 



Un nouveau régime de rémunération des fonctionnaires sera finalisé dans moins de dix jours. C’est ce qu’a affirmé le directeur général de la fonction publique, Djamel Kharchi.



« L’objectif de ce régime est d’aller vers un système salarial dans la fonction publique qui motive les fonctionnaires dans leur carrière et qui soit suffisamment incitatif pour pouvoir attirer les compétences et les qualifications dont a besoin la fonction publique pour mener les missions de l’Etat dans les meilleures conditions possibles », explique-t-il en marge de la journée portes ouvertes sur la fonction publique organisée hier à Alger. Un groupe interministériel présidé par la direction générale de la fonction publique (DGFP), indique-t-il, s’est penché sur cette question depuis quelques mois et s’apprête à finaliser son rapport. « Conformément aux dispositions du nouveau statut général de la fonction publique, un groupe de travail interministériel a été mis en place afin de définir ce nouveau système. Les travaux de ce groupe sont en cours de finalisation et son rapport sera présenté, vers la fin du mois de juin en cours, au gouvernement pour signature », précise-t-il. Considérée comme le premier secteur employeur en Algérie avec 1 526 710 fonctionnaires, la fonction publique est restée à la traîne en matière des rémunérations. La faiblesse des salaires est à l’origine de la désertion du secteur par de nombreux cadres partis à la recherche de meilleures conditions de travail. En effet, comme en témoigne la répartition des effectifs de la fonction publique par niveaux d’instruction, le secteur ne compte que 301 951 cadres, soit 19,8% de la totalité des fonctionnaires. Ainsi, l’élaboration de ce nouveau système des rémunérations vise à exhorter les cadres qualifiés à rejoindre la fonction publique. En plus de ce système, les salaires de la fonction publique seront également révisés à la faveur de l’élaboration des statuts particuliers des différents secteurs faisant partie de la fonction publique. Le dernier délai pour la finalisation de ces textes est, selon un responsable de la DGFP, fixé pour le 1er septembre prochain. « Les avant-projets de textes doivent parvenir à la direction générale de la fonction publique, au plus tard, le 1er septembre prochain », souligne ce responsable. Ces statuts devront, selon le DGFP, recentrer les différents corps de fonctionnaires sur leurs véritables missions de service public et de puissance publique. « Les nouveaux statuts particuliers permettront d’adapter les règles du statut général à la spécificité des différents corps de fonctionnaires », a-t-il soutenu. Affirmant qu’il n’y a « aucune compression d’effectif dans la fonction publique », M. Kharchi déclare que le secteur continue en revanche de recruter. A cet effet, les diverses directions de la fonction publique organisent, selon lui, chaque année entre 700 et 1000 concours. Ces concours débouchent sur le recrutement de 15 000 à 20 000 fonctionnaires et agents. Afin de faciliter l’accès à l’information concernant le recrutement à tous les citoyens, la DGFP a mis en place un site consacré, particulièrement, aux annonces de recrutement dans les différentes directions. En plus de ce site, la DGFP a acquis, au début de l’année en cours, un système informatique (data center) qui lui permettra, selon les responsables de la DGFP, d’actualiser et de maîtriser toutes les données de la direction. La nouveauté dans la réorganisation de la fonction publique est « la flexibilité statutaire ». Cette dernière, explique M. Kharchi, « représente désormais l’un des principes fondateurs de la politique de la fonction publique ».

46,4% des femmes travaillent dans l’éducation

La répartition des fonctionnaires à travers les diverses directions de la fonction publique montre que le personnel féminin travaille en majorité dans l’éducation. Ce secteur emploie, en fait, 46,4% de la totalité des femmes exerçant dans la fonction publique, soit 197 039 femmes. Il est suivi des secteurs de la santé (18,4, soit 78 006 femmes), l’intérieur et les collectivités locales (11,3%, soit 48 035 femmes), l’enseignement supérieur (6,1%, soit 26 038 femmes), la formation professionnelle (2,7%, soit 11 434) et les autres secteurs (15%, soit 63 790 femmes). Mais l’élément féminin constitue uniquement 27,8% de l’effectif global de la fonction publique. L’éducation nationale est, effectivement, le secteur qui emploie le plus de personnes en Algérie avec 31,8% de la masse salariale de la fonction publique. Elle est suivie par l’intérieur et les collectivités (30,8%) et la santé publique (12,3%). L’élément jeune constitue, selon la pyramide des âges, plus de la moitié des fonctionnaires, avec 44,2% (30 à 40 ans) et 16,5% (de moins de 30 ans).

Source Actualité DZ

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires