Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

6 juillet 2007 5 06 /07 /juillet /2007 23:29

Le parc d’El Kala : La réalisation des 15 km en différée.

 
 
Le ministre des Travaux publics, Amar Ghoul, revient sur le projet d’autoroute Est-Ouest. « La réalisation des 15 km à l’intérieur du parc d’El Kala est différée »


Monsieur le ministre, vous venez de mettre en place une équipe technique à laquelle vous avez confié la mission de trouver une solution à la problématique soulevée par le passage de l’autoroute Est-Ouest par le parc d’El Kala. Cela veut-il dire que l’option de la traversée du parc d’El Kala est actuellement mise en veilleuse ?

Je voudrais tout d’abord vous préciser que nous avons pris quatre décisions importantes. Il s’agit, en premier, de l’installation d’un observatoire de suivi et de contrôle pour la mise en œuvre des mesures environnementales préconisées par l’étude d’impact (sur l’environnement) commandée lors de la conception du projet d’autoroute Est-Ouest.

En deuxième lieu, nous avons instruit l’Agence nationale des autoroutes afin d’élargir la consultation à l’ensemble des universitaires, experts, associations nationales ainsi que tous nos partenaires. La troisième décision que nous avons prise est celle de différer la réalisation des 15 km situés à l’intérieur du périmètre du parc d’El Kala. Pour la quatrième et dernière décision, nous avons créé une commission de coordination entre les trois ministères concernés (Travaux publics, Agriculture et Environnement) qui s’attellera à des consultations permanentes ainsi que des rapports périodiques quant à la réalisation du projet. Aujourd’hui, nous pouvons affirmer que pour notre part il n’y a plus de problème concernant le parc d’El Kala.

Pensez-vous que la polémique actuelle autour du tracé est justifiée ?

Comme vous le savez, je suis un homme de science, un universitaire et un chercheur qui respecte toutes les opinions. Je n’ai jamais été dérangé par aucune opinion et cela quelle qu’elle soit. Au contraire, je me sens dans la peau d’un universitaire qui est responsable et qui détient un dossier bien ficelé et étoffé. Celui-ci a été très bien étudié par des experts et des cabinets conseils de renommée internationale.

Justement, à quoi aboutissent les études commandées ?

Ces études ont abouti à des solutions fiables et fines. Je serais très heureux si on arrive à trouver des solutions qui nous donneront la possibilité de contourner le parc national d’El Kala. Je ne suis pas un homme cloîtré dans une option précise. Je suis, au contraire, un homme de dialogue qui est ouvert à toute proposition et c’est pour ces raisons que j’ai instruit l’agence nationale des autoroutes de s’ouvrir aux spécialistes, aux universitaires et aux chercheurs et de débattre du sujet. J’aimerais vous préciser que la solution la plus idoine, la plus fiable sera retenue, à condition d’arriver à un consensus responsable dans le cadre de l’intérêt du pays. Je suis un homme qui défend l’environnement et très sensible à toute question touchant à la nature. Nous allons tout mettre en œuvre afin que ce dossier soit traité dans le cadre de l’intérêt de la région et du pays.

Que répondez-vous à ceux qui disent que le parc d’El Kala est protégé par un décret et que l’Etat algérien est en train de piétiner ses propres lois ?

Pour réaliser la trans-maghrébine ou pour édifier l’autoroute Est-Ouest, nous avons opté pour des choix très nobles mais aussi pour la qualité. Dans ce contexte, les normes internationales les plus sévères en matière de respect de l’environnement ont été incluses dans le projet. Cette autoroute sera donc conçue, réalisée et exploitée selon les normes européennes. Nous sommes favorables aux textes et réglementations qui s’adaptent avec la réalité, avec l’intérêt du pays mais aussi avec la taille du projet qui est d’une envergure maghrébine, continentale et méditerranéenne à la fois.

Quelles sont les retombées socioéconomiques du passage de l’autoroute Est-Ouest à travers la wilaya d’El Tarf ?

Tout tracé doit répondre à des paramètres précis : la fonctionnalité de l’ouvrage, la rentabilité, la création de l’emploi et de la richesse, la valorisation des richesses locales, la promotion du tourisme et de l’artisanat local, le désenclavement des régions... Enfin, l’autoroute est une réelle locomotive de développement. Tous ces paramètres sont étudiés dans le cadre d’une analyse multicritères. Le tracé de 15 km à l’intérieur du parc d’El Kala prend en charge cette analyse avec tous ces critères intégrant parfaitement le volet environnement et écologie non seulement dans un cadre de préservation mais aussi dans celui de la promotion. C’est pour cette raison qu’il est justement prévu que les régions qui sont arides soient boisées. Et c’est la raison pour laquelle nous avons appelé cette autoroute, l’autoroute verte. En plus de tous ces paramètres, nous avons fait appel, pour la consultation et le suivi, à des entreprises d’envergure internationale. L’assistance technique a été confiée aux Canadiens, alors que les Japonais se chargent de l’étude. Ils sont reconnus parmi les meilleurs dans le monde. En plus de cela, le projet a été exposé au niveau local avec l’association de tous les élus locaux.

L’étude d’impact concernant le passage de l’autoroute par le parc d’El Kala a-t-elle été réalisée ?

L’étude d’impact a été finalisée au mois de janvier 2007. D’environ 1000 pages, cette étude réalisée par un bureau d’études étranger a été également validée par le bureau d’assistance canadien Dessau Soprane. Elle a été, par la suite, discutée par des cadres de l’agence des autoroutes ainsi que ceux des autres secteurs.

Quel est son contenu ?

Je vous assure que cette étude n’a rien laissé au hasard. Elle fait un recensement de tout ce qui existe au niveau du parc. Elle identifie les besoins et les impacts sur tout l’environnement et donne des mesures concrètes pour la préservation et la promotion de l’environnement. Je voudrais préciser que les mesures concrètes concernent les trois phases du projet, c’est-à-dire la phase d’étude et de conception, la phase de réalisation et enfin celle de l’exploitation. La faune, la flore, les eaux mais aussi le site sont pris en charge en harmonie avec les communes à l’intérieur du parc. Des mesures draconiennes pour l’écologie, la biodiversité et l’écosystème sont totalement prises en charge par cette étude. Des passages pour les animaux, des murs antibruit, de multiples bassins, des systèmes de sécurité pour les automobilistes, des systèmes de protection contre les incendies seront installés. Malgré tout cela, comme je vous l’ai dit, nous avons instruit l’Agence nationale des autoroutes à s’ouvrir à l’ensemble des chercheurs et autres universitaires. Nous sommes preneurs de toute idée, de toute solution qui peut optimiser le projet et je reste convaincu que nous aurons des solutions meilleures.

Pourquoi, selon vous, Monsieur le ministre, les défenseurs de la nature n’ont pas réagi face à l’extension urbaine dramatique et pour quelles raisons ont-ils attendu jusqu’à 2007 pour se manifester ?

Je ne vous cache pas que je me suis posé cette question, mais je préfère la laisser aux concernés. Lorsque nous avons lancé le projet, nous avions annoncé la réalisation d’une autoroute verte qui va préserver et promouvoir l’environnement. Promouvoir veut dire que nous allons récupérer les surfaces arides et les boiser dans le cadre du couloir de l’autoroute. Pour notre part et pour répondre à votre question, je dirais que nous sommes conscients, responsables et allons exiger la qualité quant à la protection et la promotion de la nature. Chaque chose en son temps et chacun est responsable en ce qui le concerne.

Nous vous laissons le soin de conclure...

Je suis très positif. En outre, je reste réceptif à tous les messages positifs et de bonne intention pour faire mieux et éviter le parc d’El Kala. Je le dis et je le répète, nous sommes ouverts à toute proposition et toutes les bonnes idées, que ce soit de la part de nos chercheurs, universitaires ou membres associatifs. L’autoroute Est-Ouest est le projet de l’Etat algérien. Il concerne le devenir des générations futures. Nous sommes condamnés à converger tous nos efforts pour cristalliser nos visions et nos réalisations. C’est un projet qui permettra à l’Algérie de se hisser parmi les plus grandes nations d’Afrique et du bassin méditerranéen et nous ne ménagerons aucun effort pour réaliser ce projet avec, bien entendu, la concertation des idées et le dialogue constructif.


Source El Watan

Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0

commentaires