Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

13 juillet 2007 5 13 /07 /juillet /2007 23:14

La Sncf et la Ratp en concurrence pour la concession

Le quotidien français Le Figaro souligne que le patron de l’entreprise, Pierre Mongin, en a fait une affaire personnelle, tout en précisant que la RATP tiendrait la corde car elle aurait présenté une offre financièrement très compétitive.


Le métro d’Alger n’a pas encore été livré que la bataille pour s’adjuger le marché portant sur l’exploitation du réseau fait déjà rage, notamment parmi les entreprises françaises intéressées par le projet, à l’image de la Régie autonome des transports parisiens (RATP) et la SNCF. Si ces deux entreprises ont toutes deux soumissionné pour la prise du contrat, la RATP, déjà présente aux côtés de l’Entreprise du métro d’Alger, assurant certaines missions de conseil et d’engineering, serait mieux placée que sa concurrente pour décrocher le marché. Le quotidien Le Figaro, qui a écrit dans son édition d’hier que la SNCF, via sa filiale Keolis, et la RATP, par le truchement de sa filiale RATP Développement, sont en concurrence pour l'exploitation du futur métro d'Alger a, cependant, affirmé que ce modeste contrat de 40 millions d'euros par an “mobilise jusqu'au sommet de la RATP”. Forte de l’expérience qu’elle a eue en Algérie, la Régie parisienne part donc avec une longueur d’avance sur ses concurrents, où figure également un autre français, à savoir Veolia Transport. Le vainqueur de l'appel d'offres exploitera la ligne du métro de neuf kilomètres dont les travaux sont en voie d'achèvement et qui sera ouverte au public à la fin 2008. Mais, Le Figaro souligne que le patron de l’entreprise Pierre Mongin en a fait une affaire personnelle, tout en précisant que la RATP tiendrait la corde car elle aurait présenté une offre financièrement très compétitive. Cet ancien directeur de cabinet de Dominique de Villepin espérait, en tout cas à son intronisation à la tête de l’entreprise, poursuivre l'internationalisation de la RATP, d’où son intérêt de plus en plus croissant pour des projets dans certains pays comme l’Algérie. Un ancien ambassadeur de France à Alger a même été embauché par la RATP pour une mission de conseil, selon toujours le journal français qui cite, par ailleurs, un porte-parole de la RATP. “L'enjeu est de réussir l'ouverture de cette ligne dans un pays qui n'a pas de tradition ferroviaire. Le cahier des charges a mis davantage l'accent sur la qualité des services que sur le montant des recettes”. Le contrat d'exploitation porte sur dix ans. Il comporte une phase de préparation de dix-huit mois pour la formation des conducteurs algériens et des tests de sécurité. À terme, la ligne accueillera plus de 60 millions de passagers par an. À rappeler que RATP Développement et la société d’ingénierie Systra avaient remporté l’année dernière l’appel d’offres relatif à l’assistance du maître d’ouvrage délégué pour l’EMA, en termes de suivi des études et de mise en place des installations fixes, en vue de la mise en service de la première tranche du métro prévue en 2008. Ces deux entreprises constituèrent un groupement d’entreprises : CPE (ingénierie de suivi et contrôle de la réalisation du système et de préparation à l’exploitation du métro). Le contrat stipule que pendant une durée de trois années, la RATP Développement intervient en qualité d’expert d’exploitation.

 
Source Liberté
 
Le Pèlerin
 
Partager cet article
Repost0

commentaires