Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

2 juillet 2007 1 02 /07 /juillet /2007 23:21

Cyclisme amateur - L’Ariégeoise vous connaissez ? - Mon fils Thierry y participait

 
 
Mon fils Thierry y participe depuis trois ans….Il s’était limité, jusqu’à présent, à «la Mountagnole». Hier, à Tarascon, Il s’attaquait à l’Ariégeoise» 168 km….3150 m de dénivelé….Il s’était entraîné en vue de cette épreuve et avait effectué récemment Hendaye Cerbère (voir le blog sur ce sujet). Il était accompagné d’un ami Pascal ….tous deux de la région toulousaine.
Ils étaient arrivés à Vèbre la veille….Pas une goutte de vin….mais ils m’avaient demandé des pâtes ….je fis un peu trop de spaghettis et j’en ai mangés énormément….finalement cela m’a permis d’éviter la tambouille pendant trois repas…..
Thierry devait être un peu stressé….aussi ne dormit il pas du tout la nuit précèdent le départ….Pascal était lui plus serein et passa une très bonne nuit…
De plus le fils avait un problème avec ses roues de vélo….En effet c’est sans arrêt la course au meilleur produit….les meilleures marques….pas toujours au point ces matériels….leur poid ferait rêver Eddy Merckx lui-même…. 
l-Ari--geoise-1.jpg--2-.JPG
Auzat ville d'arrivée


l-Ari--geoise-1.jpg--3-.JPG
  
Auzat le podium d'arrivée

l-Ari--geoise-1.jpg.JPG
Thierry ( avec la roue incriminée) et Pascal

l-Ari--geoise-1.jpg--1-.JPG

Samedi dernier tous les records ont été battus dans les trois courses lors de la treizième édition de l’Ariégeoise. « On ne cachait pas nos craintes par rapport à l'Etape du Tour, avouait Patrice Gaut, le président, sur la ligne de départ. Quel plaisir de voir que l'Ariégeoise bat encore son record ! Depuis treize ans d'existence, elle a toujours connu la progression, en treize ans, on a multiplié par dix la participation. » Quatorze na­tions représentées ainsi que plus de soixante-dix départements français... Les records battus, il ne restait plus qu'à pédaler, mais seulement après une minute de silence à la mémoire de Maurice Aussenac : 163 km pour les quelque 1.130 participants de l’ Ariégeoise, 101,5 km pour les 2.200 de la Mountagnole et 77 km pour les 308 de la Passejade. L'organisa­tion, rigoureuse et impeccable, assurée par près de 600 bénévoles, de l'accueil à l’intendance, en passant la sécurité sur la route, aidés par les motards de la gendarmerie, s'est révélée prépondérante dans le succès de cette édition. Le beau temps aidant, les participants ont pu aller au maximum de leurs possibilités sur des parcours jugés par certains « durs mais somptueux ». Pour ceux qui découvraient l’Ariège pour la première fois, l’intérêt est devenu certain. Les deux épreuves phares ont livré de beaux vainqueurs, tous deux du GS Blagnac et tous deux au départ pour la première fois. A l'Ariégeoise, le col de Sarailles, aux portes de Mas­sat, a servi de rampe d'envol à Nicolas Ansiaux. Le récent vainqueur du Week-end béarnais s'envolait littéralement dans le port de Lers pour finir en solitaire à Auzat.
A la Mountagnole, le jeune ingénieur d'Airbus, Dominique Balitrand, ne pouvait que décoller dans le port de Lers et finir lui aussi en solitaire, après une grosse frayeur à cause du pneu arrière qui rendait l'âme petit à petit... Christophe Basson, le parrain de la treizième édition, a pédalé dans la Mountagnole. L’ex-pro, porte-parole d'un cyclisme « propre », n'a rien perdu de son talent ni de sa verve. « J'ai fait le deuil du cyclisme mais pas celui du vélo, avoue-t-il, j'ai un grand plaisir à être là, j'aime l’Ariège, j'aime l'image d'une Ariégeoise « propre » dans un département à l'environnement magnifique. » A l'arrivée à Auzat, Bernard Piquemal, conseiller général, a salué la manifestation dans « une station nature toujours sensible à l'environnement et qui n'a de cesse de refléter l'image d'une vallée ac­cueillante».
Thierry dont l’ambition avouée au départ n’était que de terminer, prendra la 303ème position ….et oui sa roue arrière lui jouera encore des tours …Il était prêt à abandonner mais l’assistance lui fournit une roue de rechange, il perdit tout de même 25 bonne minutes ce qui lui fera perdre plus de 150 places . Quant à Pascal, il finira 523 ème place…
 
Mis à part Thierry qui râle contre son fournisseur de matériel cycliste, ils sont de bonne humeur et reviendront l’année prochaine
 
 
Amicalement
 
Le Pèlerin
 
 
 
 
  
l

Partager cet article

Repost0

commentaires