Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

5 juillet 2007 4 05 /07 /juillet /2007 23:50

La canicule provoque de graves dégâts

 
La vague de chaleur enregistrée sur les régions de l'intérieur du pays est pénible à supporter. Notamment quand les besoins les plus vitaux comme l'électricité et l'eau courante font défaut. En effet, au moment où la température a frôlé les 45 degrés centigrades à l'ombre, de longues pannes d’électricité se sont succédées provoquant ainsi des situations pénibles pour la population. Ajoutez à cela, le désordre dans lequel l'eau courante était distribuée dans beaucoup de cités périphériques est devenu presque général.

L'ADE tente justement d'imputer ces incidents aux  pannes de courant électrique qui aurait influé sur le fonctionnement de ses équipements. Malheureusement, certains quartiers comme la cité Békira, dans la commune de Hamma Bouziane, Oued Homimine près de la ville du Khroub, El Guemmas à l'Est de la ville de Constantine où les immeubles de la cité Ziadia sur les hauteurs souffrent du manque d’eau depuis déjà deux semaines.
Les malaises de la population ont encore été accentués par les nombreux foyers d'incendie qui se sont déclarés tout autour de la ville et dans les différentes communes de la wilaya.
Les deux incendies les plus pénibles ont été enregistrés à Aïn Ennahas sur les hauteurs de la ville du Khroub et si ce n'était la grande mobilisation des agents de la Protection civile, le feux menaçait de provoquer une véritable catastrophe en se propageant dans la forêt d'El Meridj.
Le second aurait été allumé par des pyromanes au 7e kilomètre sur la sortie nord de Constantine, où 22 ha de pins ont été ravagés et les flammes ont failli s’étendre au cimetière des martyrs au risque de se propager vers la forêt de Chetaba. Les dégâts ont cependant été inévitables dans plusieurs communes.  Le bilan est donc très lourd. Pas moins de 1 038 ha ont été sinistrés parmi lesquels ont été recensés des centaines d’hectares de blé dur et tendre. En plus de ces énormes pertes, 300 arbres fruitiers et plus de 600 poulets ont été calcinés. Il faut dire que les efforts de la Protection civile ont été efficaces puisque plusieurs habitations ont été sauvées de justesse.
Selon les prévisions des services de la météo, cette canicule est attendue une nouvelle fois dès la fin de la semaine en cours.
On espère que la Sonelgaz ainsi que l’ADE inscrivent leurs actions au-delà des fatigants flots de promesses et prennent les dispositions nécessaires pour limiter au maximum les éprouvantes incommodités qui sont infligées à la population, notamment en assurant une meilleure distribution de l’eau potable puisque celle-ci est une nécessité vitale dans de pareilles conditions.
Source La Nouvelle République
 
Le Pèlerin
 
 
 
Partager cet article
Repost0

commentaires