Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 08:18

Entre Histoire et pré histoire

 

A voir autour de Tarascon

 

Une ville dans un écrin de montagnes.

Le vicomte de Mirepoix, sénéchal dresse ses ruines entre la vallée 

Tarascon-1--1-.jpg



Tarascon-1--2-.jpg
 

 

Visite au Parc de la préhistoire

 

Une plongée au temps de la préhistoire s’impose. Direction le parc de la préhistoire à 1 km de la ville. Une marche sur les traces des cromagnons et des magdaléniens qui oc­cupaient jadis le pays de Tarascon. Rendez-vous avec une formidable aventure où vous apprendrez à faire du feu comme les magdaléniens, chasser les animaux sauvages au propulseur tout en suivant un circuit tracé sur un territoire grand de treize hectares. À revivre : l’atelier de fouilles,

 

Apprendre à peindre sur la roche comme nos ancêtres. 

L'atelier de peinture sur paroi, et la bonne manière d’apprendre à reconnaître les traces de 32 animaux sauvages, que l’on croisait dans les forêts, voilà moins de 20 000 ans. À voir également des animations reconstituants un campement et une démonstration de taille de silex.

Au bout de l’aventure se visite un musée à la pointe de la technologie avec audio guide, reportages, films, documentaires, photos mais aussi la découverte d’objets de toutes sortes qui racontent l’univers de la préhistoire. À l’issue de ce voyage, une boutique librairie avec des centaines d’ouvrage sur l’époque magdalénienne, mais aussi, un restaurant et une aire de pique-nique, confortable et boisée.

 

Tarascon, site où se rencon­trent histoire et préhistoire. En effet, c’est à proximité que vi­vaient les magdaléniens, hom­mes préhistoriques qui logeaient dans les cavernes, à l’abri de froid et des animaux sauvages. C’était il y a 15 000 ans. (Voir zoom parc de la préhistoire). La grotte de la vache, la grotte aux 36 000 silex. Armes, outils, harpons, poin­çons, aiguilles gouges ont été dé­couvertes dans la grotte par cen­taines. Plus proche de nous, à la fin du Vile siècle, Tarascon va connaître son heure de gloire avec l’appui des troupes de Charlemagne qui livrent un combat sans merci contre les Sarrasins dans la plaine. L’église de Sabart, plus connue sous le nom de «No­tre Dame de la victoire», est cons­truite sur les lieux même de la ba­taille. Tout un symbole donc pour ce lieu de culte. Rappelions que les guerres de religion n’ont pas épargné la région pendant de nombreuses années. Une période noire pour tous les habitants de Tarascon qui ont été confrontés aux innombrables massacres entre Huguenots et catholiques jusqu’ en 1589. A la mort du protestant Rougairoux,

 

Le musée pyrénéen de Niaux.

 

Autour de Tarascon-sur-Ariège et dans un périmètre de moins de cinq kilomètres figurent de nombreuses grottes célèbres. Parmi les plus connues, la grotte de Niaux, celle de Bédeilhac, qui dispose d’un énorme antre avec une entrée colossale, la grotte du gouverneur du pays de Foix, nomme un catholique au com­mandement de Tarascon. Les an­nées s’écoulent et Louis XIII, roi de France et son ministre, le car­dinal de Richelieu, décident d e la destruction de la la plupart des citadelles de la région. Celle de Tarascon n’ y échappera pas.

 

L’Amour des vieilles Pierres

 

De nombreux châteaux et vieilles pierres sont à découvrir dans le

Lombrives et la grotte de la Va­che. Dans les environs, le musée de Niaux propose une exposition permanente sur la préhistoire et l’architecture avec de nombreu­ses pièces étonnantes qui racon­tent des tranches de vie passées.

En juillet et août, tous les mardis, à Vicdessos, Niaux et Capoulet. Sa présence formelle remonte à 1213.

Il défendait une grande partie de la contrée au Moyen Âge. De ce château ne reste que des ruines avec le donjon carré, une grande salle avec cheminée et tour carré surmontant une salle voûtée. D’autres châteaux, comme celui de Sué , situé à l’ouest de Tarascon, le château de Calâmes, dans la vallée de Saurat, le château de Montorgueil et le château de Rabat les Trois Seigneurs, après-midi, les amis du musée pyrénéen de Niaux organisent des animations littéraires et ar­tistiques.

Auteurs, éditeurs, pein­tres et sculpteurs viennent à la rencontre des visiteurs du mu­sée pour présenter leurs œuvres. Afin de mieux comprendre com­ment se travaillait le fer, une vi­site des forges catalanes Fargas s’impose à proximité.

Enfin, aux alentours de Tarascon, se trouve un pont qui enjambe la rivière. Construit afin de facili­ter les échanges commerciaux, c’est le pont du Diable. Il a été bâti au XIII ème siècle. À la légende troublante, l’ouvrage fortifié pré­sente deux arcades. Il est facile­ment accessible depuis la route (N 20) qui relie Foix et Tarascon-sur-Ariège et se visite toute l’an­née.

 

Source Guide Ariège été 2007

 

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires