Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

4 juin 2011 6 04 /06 /juin /2011 23:36
Navarre, le vent de la discorde eoliennes---pour-ou-contre.jpg
En Navarre, le vent attise les passions... écologistes et promoteurs
Des éoliennes s’affrontent autour de l’implantation de moulins à vent dans les zones sensibles de refuge des oiseaux migrateurs
La veille de son quatre centième anniversaire, le Chevalier à la Triste Figure et son inséparable Sancho Pança se trouveraient bien ragaillardis si leurs pérégrinations les menaient en Navarre... Là-bas, perchés sur les crêtes qui entourent Pampelune, des centaines de moulins à vent ( maintenant appelés aérogénérateurs») font tourner leurs hélices comme autant d’étranges avions amputés. Paradoxalement, ce sont les écologistes qui font maintenant office de Don Quichotte virulents car ils ont autant d’arguments pour dénoncer les inconvénients de cette source d’énergie « verte » que n’en ont, de leur côté, les partisans des éoliennes. La polémique est servie !
Un millier d aérogénérateurs
Après l’Allemagne, l’Espagne est le pays qui produit le plus d’énergie éolienne au monde. Les premiers parcs éoliens sont apparus en Espagne il y a peu près dix ans, logiquement dans les zones les plus venteuses (au sud de l’Andalousie), avant investir plus avant dans cette nouveauté. Mais c’est encore en Navarre que le développement de l’énergie éolienne a été le plus dynamique, en dix ans, le territoire navarrais s’est doté de 28 parcs qui cumulent un millier d’aérogénérateurs. Elle est, après la Galice, la seconde région d’Espagne qui produit le plus d’énergie éolienne. D’après les statistiques du gouvernement autonome, 60 % de l’électricité consommée actuellement dans la communauté serait issue des énergies renouvelables, dont 30 % de l’énergie éolienne.
Au départ, le développement des énergies renouvelables en Navarre a coïncidé avec la libéralisation du marché énergétique espagnol quand, dans s années 70, la crise du pétrole obligea le pays à trouver rapidement une alternative à l’or noir, sa principale source d’énergie. À l’époque, la Navarre ne produisait que 15 % de sa propre électricité à partir de combustibles solides (charbon) et donc polluants. Elle devait importer le reste (pétrole) et ses besoins étaient déjà considérables à cause de l’importance du tissu industriel local. Pas question de laisser les usines sans « jus », mais pas question non plus de souiller le bon air des montagnes de noires fumées !

Avec l’entrée de l’Espagne dans le Marché com­mun, en 1986, la Navarre va faire bon usage des généreuses subventions européennes pour lancer un premier plan énergétique quinquennal (1995-2000) qui a pour but ultime de réduire la consommation de combustibles solides polluants en augmentant la production d’énergies renouvelables. Le premier parc éolien se construit dans la montagne de El Perdôn.
À l’entrée du troisième millénaire, la Navarre avait déjà décuplé la production d’électricité d’origine éolienne. Un article du Wall Street Journal, publié à cette époque, faisait l’éloge de la politique énergétique navarraise, parlant des « vertes collines de Navarre », où les vaches « piquaient un somme à l’ombre des aérogénérateurs », et des stations de transformation électrique « inspi­rées des maisons de pierre locales ».
Ces mièvreries font bien ricaner les écologistes locaux qui accusent le gouvernement de Navarre de subordonner les véritables enjeux écologistes aux intérêts purement économiques d’entreprises telles qu’EHN (le plus grand groupe de promotion et d’exploitation des énergies renouvelables en Espagne), dont il est justement actionnaire... Le principal grief des écologistes est la mortalité de l’avifaune, causée par les pales des aérogénérateurs.
Source Pyrénées Magazine
Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0

commentaires