Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

19 août 2007 7 19 /08 /août /2007 23:02
Communiquez pour être moins stressé
 
La majorité des stress proviendrait d'une mauvaise communication.
"Soyez moins stressé, communiquez !", écrit Isé Denis, consultante....L'auteur propose des exercices pour mieux se connaître.

Entretien :

Soyez moins stressé, communiquez ! : c'est ce que prône, tout bonnement, Isé Denis, psychomotricienne, consultante et animatrice de séminaires, qui vient de sortir un ouvrage ainsi intitulé ("Les Editions de l'Homme").

Existe-t-il d'heureuses personnes sur lesquelles le stress n'a absolument aucune emprise ?

Oui, certainement, Bouddha. Plus sérieusement, il existe peut-être des gens sur lesquels tout glisse et qui ne rencontrent jamais la moindre contrariété. Mais personnellement, je n'en connais pas.

Dans la société africaine, par exemple, on a l'impression que le stress est moins présent.

Il ne faut pas faire d'amalgame entre quelqu'un qui n'est pas stressé et quelqu'un qui est fataliste. Je pense que les Africains ont un comportement quelque peu fataliste. Cela dit, c'est vrai, globalement, ils sont moins stressés que nous. Ils sont plus positifs et heureusement pour eux, car ils auraient de quoi stresser cent fois plus que nous si l'on considère leurs conditions de vie. Mais s'ils sont moins stressés, cela les empêche peut-être aussi parfois d'avancer.

Donc, selon vous, dans nos sociétés, tout le monde est soumis au stress, à des degrés divers ?

Absolument, et un même stress ne va pas faire réagir de la même façon chez deux personnes, car nous sommes tous différents par rapport au stress. En plus, un même stress peut être bien vécu par une personne un jour et très mal un autre jour parce qu'elle se trouve dans un état d'esprit différent. C'est donc très variable d'une personne à l'autre et chez une même personne d'un moment à l'autre.

D'après votre expérience, les sources de stress identifiées sont quasiment toujours les mêmes. Quelles sont-elles ?

En effet, je rédige souvent des questionnaires pour mes stagiaires et, en quinze ans d'expérience professionnelle, je me suis aperçue que c'était presque toujours, soit entre 75 et 80 pc des cas, les mêmes causes de stress qui revenaient, à savoir mauvaises relations avec les autres, que ce soit au niveau familial ou professionnel. En deuxième position, on trouve la relation à soi : s'apercevoir que l'on est timide, que l'on a du mal à s'affirmer, à dire non... C'est toute une gestion de soi-même qui manque pour pouvoir aller au-delà d'un certain stress. Après cela, viennent la pollution, le bruit,...

Comment peut-on se protéger contre ces agressions quotidiennes ?

Je préconise différentes approches pour essayer de gérer le stress et de l'éviter. Le premier point consiste à comprendre le principe du stress. Lorsque l'on comprend ce que cela peut avoir comme impact au niveau de l'organisme, on doit forcément faire attention. Au niveau du stress négatif, le concept de durabilité est important. Nous sommes faits pour affronter des choses difficiles dans notre vie, mais de façon ponctuelle. En principe, cela ne pose pas de problème. Par contre, lorsqu'il s'agit de petits stress qui reviennent sans arrêt au quotidien, c'est épuisant, usant, et cela crée le vrai stress qui peut entraîner des maladies parfois graves. C'est pourquoi il est essentiel de comprendre ce qui se passe au niveau de notre organisme.
Ensuite, il faut travailler sur soi et se connaître. Puis, il faut savoir comment l'on réagit dans diverses circonstances, quelles sont les émotions, négatives mais aussi positives, qui reviennent souvent dans notre vie. Dans le livre, on propose une trentaine d'exercices pour mieux se connaître, c'est très important pour mieux gérer le stress. Il s'agit de prévenir et de gérer le stress au niveau psycho-corporel, que ce soit par la colère, le rire ou la relaxation. (Voir encadré)
Sachant que 80 pc des stress proviennent d'une mauvaise communication, il est essentiel d'apprendre à communiquer en se positionnant, en osant s'affirmer, en changeant son système de communication et en instaurant pour soi-même et envers les autres une véritable hygiène relationnelle.

Quels sont les systèmes de communications stressants ?

Tout ce qui est humiliations, jugements, dévalorisations, menaces, mensonges, trahisons, non-dits... Si cela ne se passait qu'une seule fois, ce ne serait pas grave, mais cela le devient lorsque c'est distillé au cours de toute la journée, aussi bien dans la famille que dans le milieu professionnel. Les gens sont blessés par ce qu'ils entendent et la façon dont on s'adresse à eux et c'est ce qui les stresse le plus. On se dispute avec les collègues, on rentre à la maison et l'on se sent mal, on est à son tour agressif avec la famille. Un véritable cercle vicieux.

Comment remédier à cette situation ?

Avant tout essayer d'être authentique, retrouver une authenticité dans la communication avec soi-même déjà, mais aussi avec les autres. Par ailleurs, pour bien communiquer, il ne faut pas hésiter à utiliser tous les canaux sensoriels, et principalement la vision et l'audition. Il est aussi indispensable de savoir ce que l'on veut faire passer. Il faut oser faire des demandes. Nous vivons dans une ère où l'on s'imagine que l'autre doit deviner ce que l'on souhaite, aussi bien dans le couple que dans l'entreprise. Il faut aussi s'assurer que l'on a bien compris. Il faut mettre en place dans l'entreprise une politique de bonne hygiène relationnelle. Aujourd'hui, les gens qui travaillent à dix mètres l'un de l'autre s'envoient un mail plutôt que se parler en face à face. Non pas que je sois contre le progrès, mais à certains moments, il faut passer par le face à face pour retrouver une chaleur humaine indispensable. L'utilisation que l'on a fait de la technologie a certainement généré certains stress.
Il faut aussi se sentir responsable dans une communication. Quand une relation est mauvaise, les torts sont souvent partagés. Si tout le monde s'attache à regarder quelle peut être sa part de responsabilité et agir en conséquent, cela pourra déjà améliorer la relation avec l'autre. Il faut oser tout dire, mais le dire avec la forme, sans agressivité, sans entretenir le cercle vicieux de la violence verbale. Il faut aussi parler clairement, les gens ne se rendent pas toujours compte qu'ils n'articulent pas suffisamment ou qu'ils ne parlent pas assez fort. Il y a une responsabilité en tant que récepteur, mais aussi en tant qu'émetteur.

Source Liberté
 
Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0

commentaires