Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

25 août 2007 6 25 /08 /août /2007 23:11

Algérie - Développement durable et management environnemental

40 entreprises s’engagent dans la dépollution

Des contrats de « performance environnementale » ont été signés le même jour à Alger entre le ministère de l’Aménagement du territoire, de l’Environnement et du Tourisme et des groupes industriels et entreprises spécialisés dans la sidérurgie, les ciments, la construction métallique, la manufacture, les produits rouges, l’électroménager et l’agroalimentaire. Ces contrats, paraphés en présence de Chérif Rahmani, ministre du secteur, des président-directeurs généraux des SGP et des entreprises suscitées ainsi que des industriels et des ONG, visent à inciter ces entreprises à adopter, dans leurs plans et règlements intérieurs, la dimension environnementale et écologique dans l’optique de la réalisation du développement durable. Le contrat de « performance environnementale » a une finalité explicite, celle de mettre en exergue l’engagement des entreprises et des délégués à l’environnement à mettre en œuvre un programme de dépollution industrielle. Ce programme qui s’étalera sur trois années permettra la mise à niveau des entreprises, le respect de la réglementation environnementale et l’efficience écologique et économique. Il a également pour ambition de préparer le secteur de l’industrie à adopter les méthodes de management environnemental sur la base de critères standard internationalement reconnus. « La signature de ces contrats entre dans le cadre de la préservation de la nature », a précisé le ministre. Il ajoute : « Ce sont des accords volontaires pour réduire la pollution et augmenter la qualité de l’environnement tout en respectant les critères internationaux. » Cette initiative tend également, selon M. Rahmani, à mener de larges « campagnes de dépollution en milieu industriel pour la réalisation de l’efficience économique et la protection de l’environnement dans le cadre du développement durable, outre la réduction des dépenses ». Ces contrats s’ajoutent aux 50 autres déjà signés fin 2005, ce qui fait en tout 90 entreprises qui se sont engagées dans la dépollution. M. Rahmani a indiqué que ces contrats renouvelables après trois ans contribueront « à ancrer la dimension environnementale dans le domaine économique ». Il n’a pas omis dans ce cadre de citer les résultats obtenus en matière de dépollution dans la wilaya de Annaba, soulignant « une amélioration de la qualité de l’air et un recul de certaines maladies dues à la pollution ». Le premier responsable de l’environnement a insisté en outre sur la poursuite des opérations de « dépollution dans la région de Ghazaouet et la fermeture de quelques complexes industriels polluants à Azzaba », citant la dernière décision gouvernementale visant la fermeture de trois entreprises industrielles productrices d’amiante, notamment à Zehana et Bordj Bou Arréridj. Des entreprises scellées pour des problèmes de présence d’amiante, de pollution par des huiles Askarel ou des produits pharmaceutiques périmés. M. Rahmani n’a toutefois pas donné le nombre d’entreprises fermées pour des raisons de pollution. A noter que ce programme se fait suite à la stratégie nationale et au plan national environnemental pour un développement durable élaboré par les autorités. Un certain nombre de dispositions ont été prises dans ce cadre par les pouvoirs publics dont une fiscalité écologique dans le cadre du principe du pollueur payeur, des mesures d’incitation au destockage des déchets industriels et des taxes pour activités polluantes.

 

Source El Watan

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires