Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

12 septembre 2007 3 12 /09 /septembre /2007 23:29
Ouargla - un nouvel essor pour l’aquaculture
 
L’aquaculture, dans la wilaya de Ouargla, a connu un nouvel essor ces dernières années. Cet essor est justifié par plusieurs projets lancés dans cette région saharienne du pays

Selon la direction de la pêche et des ressources halieutiques, cette région saharienne est devenue “un pôle important” dans la production aquacole, ajoutant que cette perspective prometteuse est appuyée par une approche scientifique imprimée à cette activité, rompant ainsi avec l’élevage traditionnel, qui a donné des résultats limités. Parmi les nombreux projets réalisés, en cours ou en voie de l’être, le projet structurant d’un promoteur implanté à Hassi Ben Abdallah (Ouargla) a commencé à donner ses résultats avec une production conséquente de l’espèce “Tilapia du Nil” suite à l’ensemencement en 2006 d’un premier lot d’alevins de ce genre de poissons.          S’étendant sur une surface de 5 ha, ce véritable complexe au milieu des dunes a, une fois opérationnel, généré quelque 189 emplois, dont 139 permanents. Il est doté d’équipements et outils de transformation des plus modernes, de 30 bassins et d’ateliers de conservation des poissons. Un investissement de plus de 400 millions DA a été consenti, dont une contribution de 80% par l’État, au titre du programme de la relance économique pour la création des projets stratégiques de grande envergure et l’assurance de la sécurité alimentaire. Un autre projet de moindre envergure est également en cours de réalisation dans la région de la daïra de Sidi Khouiled non loin de Ouargla où les études techniques menées et tous les spécialistes et chercheurs qui y étaient passés étaient unanimes sur l’adéquation de l’eau de la région (salée et saumâtre) à cette culture, notamment pour les espèces de Tilapia, l’Artemia et le poisson-chat. Dans l’optique d’encadrer l’activité aquacole, une filière de formation d’ingénieurs dans cette branche a été ouverte à l’université Kasdi-Merbah de Ouargla, dont la première promotion sortira la saison prochaine. Elle devrait combler le déficit accusé en matière d’encadrement dans le secteur de l’aquaculture. Selon la direction de la pêche et des ressources halieutiques, cette approche est corroborée par les recommandations de la FAO qui demande aux pays membres une production de plus de 50% de poisson à partir d’élevage (en mer et dans les bassins) pour remédier à la raréfaction des ressources halieutiques. Le sud-est du pays renferme d’énormes potentialités permettant le développement de l’aquaculture, notamment les ressources hydriques souterraines et de nombreux lacs d’eau salée éparpillés à travers les régions du Sahara, conditions favorables au développement de cette activité.
Source Liberté
 
Le Pèlerin
 
 

Partager cet article

Repost0

commentaires