Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

30 novembre 2007 5 30 /11 /novembre /2007 00:49

Informaticien sur une île déserte

 
Un informaticien pris dans une tempête fait naufrage et manque de mourir plusieurs fois quand une vague démente le rejette sur le rivage d'une île déserte. Epuisé, il se traîne sur le sable puis réussit à trouver un creux de rocher où il s'établit tel un Robinson. Les semaines et les mois passent, notre homme subsistant grâce au lait de coco et à quelques bananes vertes, dans une profonde solitude. Au bord de la dépression (et de la mer) , alors que barbu et demi nu il retourne se noyer, il entend une voix féminine :
" Hello ! ".
Délire ? Hallucinations ? Une superbe femme, habillée chic-ville et parfaitement maquillée lui fait signe.
" Que vous arrive-t-il cher ami ? "
" Heu, je suis naufragé, je croyais l'île déserte " répond-il. " Mais je le croyais aussi jusqu'à ce que je vous aperçoive
" Je suis naufragée comme vous, depuis plusieurs années" dit la jolie fille.
" Plusieurs années ? Mais à vous voir on dirait que vous sortez du "France" et de ses galeries haute couture !" " Merci, c'est gentil ! En fait j'ai un petit métier à tisser que je me suis fabriqué, en bois, et je tisse des fibres de coco. Pour la couleur j'ai trouvé de ravissants coquillages dont je tire une teinture ".
" Mais ces bijoux ? " poursuit l'homme, ahuri.
" Ils vous plaisent ? Je les ai fondus moi même à partir d'un minerai que j'ai découvert là bas à flanc de montagne. Je suis assez fière des moules à cire perdue que j'ai fabriqués. Mais suivez-moi, je vous invite plutôt à vous restaurer et à vous reposer chez moi, vous avez l'air épuisé ".
Complètement hébété, le type la suit et découvre un superbe bungalow avec piscine. " Nom d'un chien, pense-t-il, elle est sacrement débrouillarde, cette femme ", et il s'affale sur le canapé.
" Je vous sers quelque chose à boire ? " lui demande son hôtesse.
" Heu, si c'est encore du lait de coco, non merci j'en ai ma claque "
" Du lait de coco ! Qu'il est drôle ! Non bien sûr ! Je distille un petit alcool dont vous me direz des nouvelles. Avec ou sans glaçons ? "
Plus étonné de rien, le type boit d'un trait quelque chose qui ressemble fort à du whisky, et se voit proposer par la jeune femme une étape dans la salle de bains :
" Vous trouverez un rasoir sur l'étagère " lui précise-t-elle. Douché, rasé de près, détendu, il revient au salon et voit son hôtesse vêtue d'un déshabillé transparent et très suggestif. Elle se colle contre lui et lui susurre à l'oreille: " Dis moi chéri, je suis sûre qu'il y a quelque chose que tu n'as pas fait depuis très longtemps et qui te manque terriblement... " décidément halluciné le type répond :
" Nan ??!!... je peux aller consulter mes e-mail en plus ??!"
 
De la part d’une Correspondante
 
Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0

commentaires