Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

17 septembre 2007 1 17 /09 /septembre /2007 23:14

Les mausolées de Medracen et d’El Khroub classés sites mondiaux menacés

Le mausolée de Medracen, dans la wilaya de Batna, et le mausolée royal de la soumaa d’El Khroub, dans la wilaya de Constantine figurent désormais sur la liste des 100 sites patrimoniaux mondiaux les plus menacés.
Cette liste dressée par des experts internationaux en architecture, archéologie, histoire de l’art et préservation ou restauration des sites patrimoniaux pour le compte de la World Monuments Fund (WMF) vient d’être publiée sur le site de la fondation mondiale spécialisée dans la préservation des sites mondiaux. La «nouveauté» dans ce listing est l’introduction et la mise en exergue de l’impact négatif de l’action de l’homme, directe ou indirecte (les changements climatiques), qui «est devenue la plus grande menace pour notre héritage culturel», note la WMF.
L’état des deux sites algériens, dont la restauration est en cours, «s’est détérioré à cause, notamment, de certains phénomènes naturels en plus d’actes de vandalisme», affirme la WMF qui y a envoyé une mission d’expertise ainsi qu’à la Kalaa Beni Hammad dans la wilaya de M’Sila en novembre 2006.
Rappelons que la restauration du mausolée d’El Khroub dont le niveau supérieur est fortement endommagé a été au centre d’une polémique et d’un conflit d’autorité entre la wilaya de Constantine et le ministère de la Culture.
Le mausolée royal de la soumaa d’El Khroub, érigé sur une colline, est bâti sur une base carrée de 10,50 m sur 2,80 m de hauteur, qui se termine par trois gradins sur lesquels repose un deuxième niveau de 8,40 m de côté et de 1 m de hauteur formé de deux assises dont la seconde est moulurée. Concernant sa datation et son attribution, plusieurs hypothèses sont avancées par les chercheurs, mais la plus vraisemblable est celle qui en fait le tombeau de Micipsa, fils du chef numide Massinissa, en établissant un lien avec sa mort et la datation du mobilier funéraire découvert dans le mausolée.
Pour plusieurs chercheurs et anthropologues, la proximité du mausolée d’El Khroub de la ville de Cirta révèle l’évolution importante que connut le royaume massyle au cours du IIème siècle avant J.-C.
Cette évolution répondait à une logique urbaine, faisant référence à la royauté de Cirta et traduisait la rencontre des influences gréco-orientales introduites par Carthage et de la tradition numide. Le Medracen, un mausolée typiquement numide, érigé au sommet d’une petite colline, est un gigantesque cône de pierre, à gradins, posé sur un socle cylindrique. Cette base peu élevée (4,43 m) est ornée de 60 colonnes engagées, surmontées de chapiteaux de style dorique, supportant une architecture lisse et une corniche à gorge, caractéristique des monuments puniques.
Edifié vraisemblablement à la fin du IIIe siècle avant J.-C., ce tombeau dont la construction est généralement attribuée à Massinissa a dû servir, selon des spécialistes, de modèle au mausolée de Tipasa et à quelques autres. C’est en fait le modèle contemporain des dynasties numides qui révèle, selon eux, une influence carthaginoise jusqu’en plein pays numide et l’existence d’une civilisation savante.
Créée en 1965 par une ONG, la WMF a mis en place en 1995 un observatoire des monuments mondiaux et publie chaque année une liste des 100 sites patrimoniaux les plus menacés. Quelque 75% des sites mis en avant «ont été sauvés ou sont hors de danger», se félicite le WMF.

Source La Tribune

 

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires