Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

21 août 2007 2 21 /08 /août /2007 23:00
Son impact immédiat : la réduction du prix du billet
A partir du 1er janvier 2008, le billet électronique sera une obligation pour toutes les compagnies aériennes qui voudront rester au sein de l’International Air Transport Association ( IATA).
Pour être au rendez-vous, Air Algérie s’attelle à mettre en place l’ensemble des instruments techniques et les moyens humains nécessaires pour la mise en œuvre d’un service billetterie électronique.
Pour rappel, la compagnie nationale avait lancé un avis d’appel d’offres international en novembre 2005 avec pour date limite de dépôt des offres le 15 novembre 2005.
Air Algérie a posé comme condition que les offres soient scindées en deux parties, une offre technique avec l’implémentation de l’électronique ticket et les différentes composantes du système (fonctionnalités), ainsi que les connections et les transferts d’informations entre les trois systèmes pivots, à savoir le système de réservation, le système d’enregistrement et le système de revenu (gestion des recettes) et une offre financière avec l’implémentation globale (la formation, le prix par coupon et les frais de télécommunication). Ce sont là les points clés du programme (cinq mesures phares) de réduction des coûts entrepris par l’IATA en 2004. Dans la foulée, on peut rappeler que dans un séminaire organisé au début de l’année en cours par Air Algérie et consacré à l’opération de généralisation de la billetterie électronique, le coordinateur du service e-ticket Air Algérie avait indiqué à cette occasion que l’opération de mise en place de ce genre de billets est en bonne voie et que le e-ticket sera opérationnel à la fin 2007. Une initiative qui va permettre de «réduire le prix du billet d’avion», avait expliqué ce dernier à l’assistance. Comme il est aussi avantageux pour le passager, puisque ce dernier ne risque plus de perdre son billet car il faut simplement un identifiant : une carte d’identité, une carte bancaire, ou de fidélisation accompagnée d’un simple numéro. Autre avantage et non le moindre, le client peut faire sa réservation à partir d’un ordinateur personnel, à l’aide d’une connexion Internet ou de sa ligne téléphonique et émettre sa carte d’embarquement par le biais de son imprimante personnelle.
Comparativement aux pays voisins, il est clair que nous sommes à la traîne dans la mise en place de la billetterie électronique. Chez nos voisins tunisiens la billetterie électronique est effective depuis mars 2005 sur la ligne Tunis- Marseille-Tunis. Par ailleurs, Tunis Air a lancé, en octobre 2006 , le E-Ticking sur les destinations de Casablanca, Londres et Beyrouth. Quant à la compagnie Royal Air Maroc (RAM), elle avait annoncé au cours de l’année 2006 un renforcement de ses canaux de réservation et d’achats des billets d’avion en ligne par l’offre sur Internet de services permettant un accès facile à toutes les informations.
L’Association internationale du transport aérien (IATA) espère que ses 265 compagnies n’utiliseront plus que le billet électronique d’ici la fin de l’année 2007. L’IATA estime que cette transition permettra à l’industrie de réaliser des économies de 3 milliards de dollars par an. Selon ses données, un «e-ticket» coûte 1 dollar à éditer contre 10 dollars pour un billet classique. En clair, la billetterie électronique vise à faire faire des économies substantielles aux compagnies aériennes.
L’enjeu est de taille pour les compagnies aériennes frappées de plein fouet par la flambée des prix du pétrole, qui fait bondir leurs coûts dans un contexte de féroce concurrence. D’après l’IATA le E-ticket a atteint un taux d’application de 78 % dans le monde, soit 90% en Asie et aux Etats-Unis, mais le continent africain et le Moyen-Orient n’arrivent pas à franchir le cap des 50%. Le projet e-ticket représente pour la compagnie nationale Air Algérie, une des actions phares inscrites au programme de l’année 2007. 
Source La Tribune
 
Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0

commentaires