Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

24 août 2007 5 24 /08 /août /2007 23:01

La Côte de Bou-Ismail polluée

Des produits chimiques déversés dans la mer

 

La frustration et l’amertume ont pris place chez les habitants de la coquette commune côtière de Bou-Ismail. L’été 2007 ne sera pas identique à celui qu’ils ont l’habitude de passer avec leurs familles, leurs amis et proches.

 

Les industriels venus en force investir dans cette localité à vocation agricole ont renvoyé aux calendes grecques le respect de l’environnement. Une clause pourtant mentionnée dans le dossier présenté aux autorités lors de l’ouverture des unités de production au même titre que le risque sur les personnes. Du coup, c’est l’environnement et les gens qui trinquent.
Dans la journée d’hier, le boulevard front de mer autrefois animé et vivant aux rythmes de la saison estivale, n’est qu’une allée vidée de son monde laissant place aux curieux venus constater de visu les retombées de la pollution sur la grande bleue.
La contamination du rivage de Bou-Ismail datant depuis une année, a connu son apogée depuis un mois lorsque les services du bureau communal d’hygiène ont soulevé l’existence de métaux lourds. La provenance de ces polluants est la zone industrielle de Bou-Ismail aménagée à seulement trois kilomètres de la côte. Une entorse à la réglementation qui stipule que toute zone industrielle doit être installée à une vingtaine de kilomètres de la mer afin de pouvoir contrôler tout déversement à temps.
Pour parer à cette pollution, les autorités locales en concert avec la commission des installations de la wilaya ont établi des PV et des mises en demeure à l’encontre des industriels incriminés notamment, Tera Céramique, Ballaouane Hippocampe et l’unité Ouarsenis du groupe Tonic Emballage qui utilisent une panoplie de produits chimiques afin qu’ils aménagent des bassins de décantation et des stations d’épuration. Comme ils ont procédé à la fermeture de la plage et interdit la baignade, la pêche et la plongée sous-marine. Des plaques mises en évidence rappellent que le dangers est là et est bien réel. L’odeur de pourri émanant de l’eau à la couleur gris souris atteste aussi de l’ampleur des dégâts. Car les dommages collatéraux sont évidents.
M. Mecharikh Toufik, ingénieur en environnement au sein du bureau d’hygiène communal, déplore cette situation qui «a fait fuir les oursins, les poulpes et ôter aux Bou-Ismailis leur passe-temps favori : la pêche et la plongée sous- marine». Il affirmera que la contamination est si importante qu’il faut déployer des moyens colossaux pour y venir à bout. «Nos tentatives d’amasser les déchets manuellement ont été vaines», fera-t-il remarquer.
L'écœurement et la désolation se lisent aussi sur le visage de ammi Hadouche. «Durant cet été, j’ai pris une seule fois mes enfants à la plage, l’odeur de pourri et le risque des infections cutanées ont eu raison de moi d’autant plus que mes moyens ne me permettent pas un déplacement pour ailleurs».
Les habitants du quartier Boughedour Abdelkader à trois mètres de la mer sont outrés par ce qu’il leur arrive et craignent pour leur santé. «Ils nous est impossible de demeurer dans nos habitations, les émanations nauséabondes gênent notre quotidien, ceci, en plus des maux de tête dont souffre la plupart des locataires des cités avoisinantes».
Au niveau du dispensaire de la commune «Mouloud Ferguène», l’inquiétude commence à faire son apparition devant la présentation de cas d’infection cutanée et de diarrhées principalement, chez les enfants après consommation de produits de la mer. D’après le personnel rencontré sur place, une dame s’est présentée avec des lésions cutanées dues probablement à la mer et à ce qu’elle renferme comme impuretés.
Car, en dépit des recommandations des responsables locaux, la tentation de la mer est plus forte et des personnes insouciantes s’adonnent encore à la pêche. Dans l’attente de colmater la brèche des déversements polluants, les habitants de la commune de Bou-Ismail observent la mer de loin et écoutent les bruits des vagues en attendant un été meilleur.

 

Source Horizons

 

Le Pèlerin

 

Partager cet article

Repost0

commentaires