Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

31 août 2007 5 31 /08 /août /2007 23:30
13 stations de dessalement d’eau de mer en cours réalisation
La réalisation de treize (13) usines de dessalement  d’eau de mer permettra d’assurer, à long terme, la sécurité de l’Algérie en  matière d’eau potable, a annoncé hier, à Jijel le ministre des ressources en eau, M. Abdelmalek Sellal, en marge d’une visite d’inspection dans les wilayate  de Mila et Jijel. Ces unités, réalisées selon la formule “Build and operate” et qui  produiront 2,35 millions de mètres cubes/Jour d’eau de mer à l’horizon  2010, verront leur capacité doubler d’ici 2020, a encore précisé le ministre  dans une déclaration à la presse.
Toutes les grandes villes seront dotées de stations de dessalement  d’eau de mer, avec un “léger privilège” pour les agglomérations de l’ouest  du pays eu égard à la sécheresse qui sévit dans cette partie du territoire national.         
La station d’Oran sera ’’la plus grande du continent africain’’, a  affirmé le ministre, soulignant que ’’ces ouvrages ont pour but de sécuriser  le pays’’ en matière de ressources hydriques.
D’autres villes, telles que Mostaganem, Tizi Ouzou et Annaba,  pour ne citer que ces agglomérations, seront également équipées de stations  de dessalement d’eau de mer, alors que la ville de Ténès est déjà approvisionnée  par une unité de dessalement entrée en fonction au mois de juillet dernier,  rappelle t-on.
La wilaya de Jijel, quoique suffisamment ’’arrosée’’ (environ 1.200  mm par an) disposera, elle aussi, d’une station de dessalement dont le dossier  sera finalisé d’ici la fin de l’année en cours, selon M. Sellal.
A El Milia, première étape de sa visite dans la wilaya de Jijel, le  ministre des ressources en eau, accompagné du directeur général de l’Agence nationale des barrages (ANB) et transferts (ANBT), s’est rendu  sur le site du barrage de Boussiaba où les travaux de réalisation accusent un  avancement de 12 pour cent. Cet ouvrage de 110 millions de mètres cubes, destiné à répondre aux  besoins de la région d’El Milia, et qui permettra aussi d’assurer le transfert  du surplus vers le barrage mitoyen de Beni Haroun, était initialement prévu  pour être réalisé dans un délai de 30 mois, susceptible d’être ramené à 24 mois,  rappelle-t-on.
Au niveau du barrage de Kissir, construit sur l’oued éponyme dans la daïra d’El Aouana (ouest de Jijel), le ministre s’est enquis de l’état d’avancement des travaux et des moyens matériels mobilisés sur le chantier. Ce nouveau projet, dont la construction a été confiée à une entreprise  serbe ayant déjà réalisé des projets similaires en Algérie, servira à approvisionner,  une fois achevé et mis en service, les besoins de cette région ainsi que l’ensemble  du couloir compris entre El Aouana et Sidi Abdelaziz, à l’est Le taux de réalisation du projet est de 40 pour cent, selon le directeur  du projet qui a précisé que l’ouvrage aura une capacité de stockage de 36 millions  de mètres cubes.  La réalisation de ce projet se fera en deux phases, indique-t-on,  à savoir l’alimentation du couloir El Aouana - Jijel et l’extension vers l’est  de la wilaya jusqu’à la localité côtière de Sidi Abdelaziz. La station de traitement des eaux, réalisée par une entreprise  égyptienne, à un jet de pierre du barrage, a également reçu la visite de la  délégation ministérielle. Sur site, le ministre a insisté sur le respect des délais contractuels  impartis et préconisé le doublement du diamètre de la conduite en direction  d’ El Aouana en 400 mm, tout en maintenant celui vers Jijel en 200 mm.
’’Avec l’achèvement du barrage de Beni Haroun, le pays aura franchi un grand pas’’ dans la réalisation d’importants ouvrages hydrauliques. Le complexe hydraulique de Beni Haroun est un ’’géant en Algérie’’, a souligné M. Sellal.
 
Source El Moudjahid
 
Le Pèlerin
 

Partager cet article

Repost0

commentaires