Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

21 août 2007 2 21 /08 /août /2007 23:38

Mouvement pour l’Autonomie de la Kabyle - Le congrès de tous les espoirs.

 

L
e mouvement pour l’autonomie de la Kabylie MAK a tenu son premier congrès constitutif après six ans d’existence sur la scène politique algérienne. Elus domicile au siége de l’association culturelle Tidukla Tadelsant Taos Amrouche, les 372 congressistes présents ont travaillé jusqu’à tard dans la nuit.


Les communes kabyles sont représentées dans leur quasi-majorité par au moins un délégué, venus des quatre coins de la Kabylie. Composé essentiellement des ex-délégués des Aarch non-dialoguiste d’une part, et des membres des comités autonomistes des universités de la région d’autre part.

L’ouverture des travaux s’est effectuée par l’incontournable hymne national Aghuru, version revisitée par Matoub Lounès. S’ensuivît le discours d’ouverture du porte-parole du mouvement Mas Ferhat Mehenni. Après un hommage appuyé à la région qui accueille en son sein le premier Agraw Ameqwran des autonomistes Kabyles. L’orateur a évoqué les fils et filles de la régions, militants de la première heure de la cause Kabyle et Amazigh tels les Amrouche.

Il enchaîne sur le parcours et l’histoire du mouvement, né dans la foulée des événements du printemps noir de 2001. Après la répression dans le sang des manifestants Kabyles, l’urgence était de trouver un moyen politique de soustraire la région à l’emprise meurtrière du pouvoir central. Après un bilan lourd de 126 morts et des milliers de blessés, la rupture avec les instances dirigeantes d’Alger est scellée dans le sang Kabyle. Comme un pavé dans la marre, l’idée de l’autonomie est lancée sur la scène publique.

Après l’adoption de la charte des droits fondamentaux du peuple Kabyle, à laquelle les participants ont consacré toute la matinée et une partie de l’après-midi. Les congressistes sont passés à l’adoption après amendement pour certains des statuts article par article.

A rappeler les avancées diplomatiques du mouvement auprès des instances internationales et des régions autonomes de par le monde. De Montréal au pays de Sous au Maroc en passant par le pays basque espagnole, Mas Feraht Mehenni a porté haut et fort la parole et l’emblème du peuple Kabyle. Action diplomatique couronnée par une visite au pentagone et au département d’Etat américain et une rencontre au sommet avec le président du bloc Québécois M Gilles Duceppes à Montréal.

Sur le plan international, le leader du MAK a donné à la Kabylie une visibilité notable. Action qui confirme la position de leader de la région kabyle dans l’innovation dans l’action politique et publique. Position qui lui confère un statut d’avant-gardiste dans la lutte des peuples de la zone Afrique-Méditerranée pour leur autodétermination. Néanmoins, beaucoup reste à faire pour amener l’opinion publique algérienne, à se départir de la vision séparatiste largement répandue, qu’elle se fait du mouvement autonomiste.

Le changement notable dans l’organigramme des fonctions au sein du mouvement est la substitution du statut de président à celui de porte-parole. A l’unanimité, avec des acclamations nourries, Mas Ferhat Mehenni est élu président du mouvement. A l’aune d’un engagement sincère et jonché de sacrifice, le chanteur engagé au treize arrestations, devient le premier président du Mouvement pour l’Autonomie de la Kabylie.

Belkacem Lounès du congrès mondial Amazigh CMA et Younes Adli ont contribué par des communications d’une haute volée intellectuelle. Fidèles aux résolutions du CMA, qui avait appelé à soutenir toute les initiatives des régions Amazigh aspirants au recouvrement de leur autonomie régionale. Mme Malika Baraka du CERAK (Cercle d’Etudes et de Réflexions sur l’Autonomie de la Kabylie) a été la véritable cheville ouvrière du congrès, en terme sportif, elle était l’homme du match. Portée par le succès retentissant du séminaire que le CERAK avait organisé deux mois auparavant à Paris, l’égérie de la cause Kabyle n’a pas été avare d’efforts.

La couverture médiatique de l’événement par la presse privée algérienne n’était pas à la hauteur des attentes d’une presse qui se veut indépendante. Hormis les quotidiens du soir d’Algérie, la Depêche de Kabylie, et le journal arabophone Al Khabar, qui de surcroît n’a pas manqué de mentionner mouvement séparatiste, les autres quotidiens n’ont pas jugé utile de couvrir l ‘événement. Celui qui a décidé des sujets de la semaine, n’arrive-t-il toujours pas à digérer l’idée d’un mouvement autonomiste ?

Du côté des partis politiques, surtout pour les plus implantés dans la région, leur risée était à la hauteur du ridicule. Aucun représentant n’a daigné se déplacer.

Après le pavé dans la marre, tant de défis restent à relever, dont celui de déjouer les nombreuses tentatives de diabolisation du combat autonomiste. L’Algérie notre village et la Kabylie notre maison, est le symbole de l’amour que porte les hommes et les femmes soucieux d’un meilleur avenir pour les régions qui les porte. La refondation de l’Etat-nation passera forcément par l ‘acceptation de l’autre pour ce qu’il est pas pour ce que les bureaucrates pyromanes d’Alger voudraient qu’il soit.

Source Forum Algérie

Le Pèlerin

 

Partager cet article

Repost0

commentaires