Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

25 août 2007 6 25 /08 /août /2007 23:52
Nouvelle tendance : ces immigrés qui font leurs courses en Algérie avant le départ
 
 
Pour les milliers d'émigrés qui viennent passer les vacances d'été en Algérie, c'est déjà la période du retour avec les tracasseries des réservations notamment et les longues listes d'attente pour ceux qui n'ont pas pris toutes les précautions. Ces derniers temps, de plus en plus d'émigrés repartent les bagages pleins. Tout y est, du démodulateur, au portable en passant même par les articles scolaires.
 
Comme à chaque été, le marché informel des devises connaît une activité particulière. Et les opportunités de «bonnes affaires» ne manquent pas aujourd'hui en Algérie. Il y a l'embarras du choix. Aux ports et aux aéroports algériens, la fin de l'été de ces dernières années, on assiste à un phénomène inverse, comme en témoigne le volume de bagages emportés au départ des émigrés. Finis donc ces petits souvenirs et ces petits cadeaux qu'on ramène dans un coin de valise et qui rappellent une fois rentré de vacances, l'air du bled. Les boutiquiers de souvenirs vous le diront, les affaires ne marchent plus comme avant. Il est vrai que les ustensiles en cuivre bien ciselés, la bijouterie traditionnelle ou encore les objets sculptés en bois font toujours recette, mais ne constituent plus la tasse de thé des Algériens d'un été.
 
A Constantine par exemple, le «nouveau Remblai» considéré il n'y a pas si longtemps comme le temple de la dinanderie et presque la Mecque des estivants algériens de la rive nord de la Méditerranée, qui se déplacent dans le Constantinois, est pratiquement boudé aujourd'hui au profit de la grande messe du marché de Tadjenanet et celui d'El-Eulma devenus l'étape incontournable avant le départ du pays pour un grand nombre d'émigrés. Les fins de semaines, Tadjenanet et El-Eulma, presque tous les jours, comptent toutes les immatriculations européennes (France, Belgique, Allemagne, Espagne...). Un tablier d'écolier made in China à 200 dinars, un pantalon pour 500 dinars, une veste pour le même prix, c'est toujours bon pour habiller son enfant pour la prochaine rentrée scolaire, pour une bouchée de pain.
 
Et pour ne pas gâcher ce plaisir, c'est toujours bon d'acheter un sac à main pour la petite, une parfaite imitation d'un produit de luxe parisien, un parfum qui sent toujours bon, malgré la contrefaçon ou encore un parapluie, une paire de bottes... Même les articles scolaires sont désormais de la partie. Aujourd'hui, on essaye de joindre l'utile à l'agréable, même s'il faut payer le supplément de bagages. C'est toujours un gain au change inestimable qui en bout de course finit par rentabiliser paradoxalement un «farniente» censé délier les cordons de la bourse.
 
Le millier de marchés informels disséminés sur tout le territoire du pays font pâlir de jalousie les braderies les plus courues en France ou ailleurs en Europe.
 
Pour bon nombre de nos compatriotes, ce n'est pas toujours la vie en rose. «C'est à peine, affirment certains, si on arrive à boucler les fins de mois. Et cette impression d'opulence, miroitée comme une vie de prince, nombreux sont ceux qui la doivent à des économies pas toujours faciles». Heureusement qu'il y a la magie du change de l'euro en dinars. Les soins dentaires, par exemple, qui coûtent les yeux de la tête de l'autre côté de la Méditerranée, restent accessibles, le change aidant. Les dentistes commencent à figurer en bonne place dans l'agenda estival de bon nombre de nos compatriotes vivant à l'étranger.
 
Installé confortablement dans les pays voisins, le Maroc et la Tunisie, depuis quelques années où les cliniques privées se sont taillé auprès de la communauté émigrée et même des Européens une solide réputation dans le rapport qualité/prix des prestations, ce phénomène commence à faire son apparition en Algérie. Particulièrement à la faveur de la floraison de cliniques qui utilisent dans certaines spécialités un matériel de pointe et un personnel médical de grande compétence.
 
Bien sûr, il s'agit pour la communauté émigrée de prises en charge qui ne sont pas lourdes, mais qui restent tout de même à qualification égale très onéreuses en Europe. Une hospitalisation dans une clinique privée algérienne revient relativement nettement moins cher. Quand on sait qu'une journée d'hospitalisation en Algérie est facturée dans une clinique privée dotée de tous les moyens nécessaires à une bonne prise en charge médicale à 5.000 dinars, on reste quand même loin des 500 euros et plus exigés en France. C'est à peine le dixième de ce qui est dépensé dans le pays d'accueil. Ce n'est pas pour autant que les émigrés songent à retourner définitivement au pays, car la situation n'est avantageuse que si on compte en euros et on dépense en dinars.
 
Source : Le quotidien d'Oran
 
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires